Les Amis de la Bibliothèque vous recommandent

 La carte postale – Anne Berest (Roman)

 Lundi 6 janvier 2003, le facteur dépose dans la boîte aux lettres de Lélia, mère d’Anne Berest, une carte postale. D’une écriture maladroite étaient notés quatre prénoms : Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. Il s’agissait des prénoms des grands-parents, tante et oncle de Lélia. Tous quatre avaient été déportés avant sa naissance et morts à Auschwitz en 1942.

« Qui a bien pu m’envoyer cette horreur ? s’est demandé Lélia »

Vingt ans plus tard, Anne Berest commence un énorme travail, une quête de vérité pour connaître cette famille maternelle dont sa mère n’a jamais parlé.

En septembre 1931, Myriam (12 ans) et Noémie (8 ans) Rabinovitch font leur entrée dans les petites classes du lycée Fénelon à Paris. Leur fiche d’inscription mentionne « palestinienne d’origine lituanienne, sans nationalité »

Leurs parents, Ephraïm et Emma sont tous deux juifs russes et très tôt le patriarche Nachman enjoignit à sa famille de quitter la Russie. Fuite vers Riga en Lettonie, puis la Palestine puis la France.

Myriam épouse en novembre 1941 Vicente Picabia, fils du peintre Francis Picabia.

Le 14 octobre 1940 Ephraïm est recensé en tant que Juif…et un travail lent et efficace est entrepris pour restreindre toutes les libertés des juifs…l’étoile jaune,  la déportation… Auschwitz…

« Séparer les juifs de la population française, les éloigner physiquement, les rendre invisibles. »

Un mécanisme machiavélique orchestré par les allemands nazis et des français : La Shoah.

 Avec réalisme et sobriété, Anne Berest nous fait vivre l’insoutenable, tout en nous faisant participer à ses recherches.

Une réflexion intime sur la nécessité de connaître son passé et sa façon de vivre sa judaïcité. « Qu’est-ce qu’être juif de nos jours en France ? »

Un livre écrit avec beaucoup de sensibilité et de clairvoyance.

Un très grand coup de cœur.

  Anne Berest, née le 15 septembre 1979 à Paris, est une romancière et scénariste française. Elle a deux sœurs dont l'écrivaine Claire Berest. Toutes trois sont les arrière-petites-filles de Francis Picabia et de Gabrièle Buffet-Picabia. Anne Berest, a reçu le prix Renaudot des lycéens 2021 pour « La carte postale »

 

« Comment savoir que l’on est en vie, si personne n’est le témoin de votre existence ? »

 Guillemette Chevallier

 

Amis de la bibliothèque : films documentaires

 La médiathèque de Lasalle et l’association des Amis de la bibliothèque renouvellent l’abonnement à la plateforme de films documentaires Tënk, accessible depuis chez vous. Chaque semaine, une sélection de sept films, renouvelée tous les deux mois vous est proposée, mettant ainsi soixante-dix films à votre disposition. Cela, pour la modique somme de 4 € annuels (la somme sera versée à l'association des Amis de la bibliothèque). La médiathèque et l'association des Amis de la bibliothèque ont partagé à part égale le financement de l'abonnement pour un an qui s'élève à 400 euros pour 50 comptes.

Si vous êtes intéressés, adressez-vous à la médiathèque.

 William Gosselin
04.66.83.99.14 -
mediatheque.lasalle@cac-ts.fr

 

Fête de la châtaigne: le retour

 A l’automne dernier, la fête de la châtaigne a malheureusement dû être annulée, une fois de plus. Mais nous ne désespérons pas ! Nous souhaitons tellement pouvoir proposer de nouveau cette journée exceptionnelle pour notre village. Afin d’organiser cette fête nous avons besoin d’aide, nous avons besoin d’idées, nous avons besoin de VOUS !

Le comité de pilotage constitué d’élus municipaux, de producteurs, d’agriculteurs, de commerçants, d’associations et d’habitants se réunit dès le mois de mars pour prendre ensemble les décisions nécessaires au bon déroulement de l’évènement.

Le 1er comité se tiendra le : lundi 14 mars de 14h à 16h dans la salle des Glycines.

Merci de nous faire connaître votre participation !

Vous en remerciant par avance,

Bien cordialement,

 Les régisseurs,

Régie de Coordination Municipale
81, rue de la Place - 30460 Lasalle
04 66 30 05 78 - 06 30 47 50 46
www.lasalle.fr coordination@lasalle.fr 

 

Association Caminar (Monoblet) : circuit des capitelles de Bénovie

 Aux marcheurs impénitents... Beaucoup d’associations, de groupes d’amis ou d’individus solitaires apprécient la randonnée. C’est le début du printemps, un temps idéal pour cette activité. Pourquoi ne pas partager vos découvertes par l’intermédiaire du Grillon ?

 Il faut nous envoyer :

- une carte de situation, une photo,

- un itinéraire détaillé (points de repères, longueur, dénivelée),

- quelques points d’intérêt paysager, naturel ou culturel (3000 signes maxi).

 Voici un exemple communiqué par l’association Caminar de Monoblet (Annie Richet) sur le parcours des Capitelles de Bénovie (Saussines). Situé dans la garrigue, tout près de Sommières, ce circuit de 10 km, près de la rivière Bénovie, a permis la réouverture de chemins abandonnés et la restauration d’une dizaine de capitelles. Ane pas confondre avec un " maset ", une capitelle  (capitêlo) est une  " hutte ou baraque de vigne : très petit bâtiment voûté et terminé en cône, principalement destiné à mettre à couvert un cuvier en maçonnerie (ou " tine " en languedocien), où l'on égrappe la vendange pour en faire les charges des mulets ou des charriots. »" (Boissier de Sauvage, Dictionnaire languedocien-françois, 1785). Les capitelles abritaient aussi des outils, et les travailleurs, en cas de nécessité.

" Pour les historiens, le terme désigne une cabane de vigne édifiée par un membre du petit peuple des villes gardoises dans une parcelle conquise sur la garrigue péri-urbaine, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles (où elles figurent dans les document d’archives). A cette époque, la garrigue nîmoise était constellée d’enclos et de cultures (oliviers, vignes, céréales, maraîchage) jusqu’à la crise du phylloxéra (1785) qui provoqua l’abandon des vignes. On recensait encore autour de Nîmes 10 000 enclos en 2001, avec 500 capitelles dont 313 en bon état.

La forme des capitelles n’est pas uniforme dans le détail mais répond au même projet constructif. Le dessin de Christian Lassure en résume l’essentiel et vous pouvez trouver sur internet le récit, étape par étape, de la construction d’une capitelle contemporaine par Jean-Marie Barre (https://www.pierreseche.com/construction_capitelle_lunel.htm). En outre, grâce au retour des métiers de bâtisseurs en pierres sèches de nombreuses capitelles ont été restaurées de nos jours (http://www.didierieux.fr/pierre-seche/capitelles/).

Le village médiéval de Saussines renferme par ailleurs de remarquables maisons viticoles, témoignage de la prospérité de la fin du XIXe siècle et il abrite l’église romane Saint-Etienne, dépendance de l’abbaye de Psalmodi en Camargue. Le château date de la fin du XIIe siècle.

 Michelle Sabatier

 

Association Viv’Alto  :  Académie de printemps

 Viv’Alto  rouvre les portes de son " Académie " de printemps, du 23 au 27 avril, avec les classes de maîtres : violon (musique de chambre, écriture), alto, viole d’amour, violoncelle, musique latino américaine (violon, alto, cuatro, contrebasse), informatique musicale (musique pour l’image) et musique pour jeux vidéo.

Maîtres et élèves nous retrouveront autour de trois concerts ouverts au public :

·         samedi 23 avril 20 h à  l’église St Pierre à Lasalle (Mozart, Enescu),

·         dimanche 24 avril 17 h au temple de St Jean du Gard (musique latino-américaine),

·         mercredi 27 avril 17 h à la filature du pont de fer à Lasalle (composition de musique pour l’image sur grand écran, musique classique et latino).

Cette année Viv’Alto fête son 10ème anniversaire ! Vous pouvez adhérer à l’association (15 €) pour soutenir son travail et l’engagement de tous les musiciens qui assurent depuis dix ans classes de maîtres et concerts, du printemps à l’automne, avec le " point fort " du Festival de l’Alto. Cette année, il est programmé du 22 au 29 août, sur le thème des Routes de la soie. A l’occasion nous en profitons pour lancer un appel aux habitants disposant de chambres, qui pourraient recevoir un musicien pendant une ou plusieurs nuits, à l’occasion du festival.

En attendant retrouvez quelques échos sonores du festival 2021 sur : www.vivaltoencevennes.jimdo.com

 

Marie-Hélène Bénéfice

06 76 21 32 20

 

Association Jean-Marie Granier :

 Le langage secret des paysages (musée PAB à Alès)

 " Artiste gardois (né à Lasalle en 1922) Jean-Marie Granier, disparu en 2007, laisse derrière lui une production artistique de près de 3000 estampes ainsi qu’une centaine de dessins. Tout au long de sa vie, il a été en perpétuelle recherche graphique répondant ainsi à des problématiques diverses comme la représentation du réel et du mouvement. Il invente un nouveau langage qui l’amènera de gravures extrêmement détaillées et fidèles à la réalité, à des figurations abstraites. « Comme je vois, non comme je sais » écrira-t-il plus tard. La représentation du paysage revient souvent dans son œuvre gravée, avec une volonté presque obsessionnelle de décrypter les signes du monde. De l’Espagne aux Cévennes, en passant par la ville, Jean-Marie Granier explore les frontières de la réalité et de sa représentation dans un travail riche et multiple. Cette exposition consacrée à son travail sur les paysages, retrace ainsi l’évolution graphique de celui qui « griffe la planche de cuivre comme il dessinerait sur le papier ». (Musée Pierre André Benoit)

Un remarquable dossier pédagogique, disponible en ligne, vous en dira plus sur l’artiste et sur les propositions du musée autour de l’exposition ouverte jusqu’à fin avril.

Extrait :

"À partir de 1954, il commence à graver les Cévennes de son enfance, où il aime venir se ressourcer et chercher de nouvelles inspirations. Dans l’exécution de ses premières planches de la série, Fragment d’un itinéraire cévenol, on retrouve le même traitement graphique que dans ses gravures d’Espagne (fig. 8), ainsi que dans les Suite du Fageas (fig. 9-10). Mais rapidement Jean- Marie Granier s’essaye à de nouvelles expériences de l’espace. La ligne s’ouvre et les blancs entrent en grâce dans ses compositions. Il leur fera d’ailleurs de plus en plus de place dans son travail. Rapidement l’artiste va abandonner l’idée d’une analyse minutieuse de l’espace au profit d’une traduction directe de plus en plus rapide, où l’impulsivité du geste est clairement visible (fig. 10) et préfigure les gravures des années 1960. " (Jean-Louis Vidal).

 https://www.museepab.fr/wp-content/uploads/2022/01/Dossier-pedagogique-Jean-Marie-GRANIER.pdf

 

MS

 

Patrimoine de Pays et des moulins

 Les journées du Patrimoine de Pays et des moulins reviennent le week-end du 25 et 26 juin 2022, sur le thème Être et renaître. Les inscriptions sont ouvertes aux associations, collectivités, artisans, architectes, propriétaires, offices de tourisme. Tous sont invités à faire découvrir leur patrimoine de proximité, leurs savoir-faire et leurs paysages lors de cette manifestation nationale ! Plus de 1000 animations en France...

Nous espérons votre participation aux JPPM 2022, en tant qu'organisateurs mais aussi en tant que visiteurs, pour faire de ces journées, un week-end festif de découverte culturelle et de plaisir partagé !
Renseignements : 01 42 67 67 51

 

MS

https://www.patrimoinedepays-moulins.org/

 

Quelques nouvelles de l’association « Rêvons pour nos Pitchounets »

 Les deux années qui viennent de s'écouler, marquées par la pandémie du COVID-19, ont été très difficiles pour tout le monde. Nous avons ici une pensée pour toutes les proches connaissances qui, de près ou de loin ont été touchées par la maladie, pour les personnes encore hospitalisées mais aussi toutes celles et tous ceux qui, aujourd’hui encore, ont des soins kinésithérapeutes ou autres. Nous n'oublions pas bien évidemment tous les soignantes et soignants qui font un travail remarquable.

Les deux ans passés ont également été terribles pour beaucoup d'associations. « Rêvons pour nos Pitchounets» en fait bien évidemment partie mais grâce à une trésorerie bien maîtrisée depuis la création de l'association, avec la mise en place d’une ligne budgétaire spécifique en cas de coups durs, et malgré de grosses pertes financières avec l'annulation de nos activités, nous ne sommes pas restés deux ans à attendre car même si beaucoup de choses ont été stoppées l’handicap de nos Pitchounets lui n'a pas pris la position off. L’association a soutenu les enfants et leur famille, les malades en finançant les prises en charge que l’assurance maladie ne rembourse pas ou plus : soins spécifiques, matériel médical, frais de transports ou d’hébergements.

Pendant ces deux années, nous avons toutefois continué à travailler avec le conseil d'administration et le bureau, nous avons travaillé en visioconférence et pour des « gavots » comme nous les premières séances ont été compliquées mais amusantes !! Aussi, on a rapidement abandonné la visio pour revenir aux traditionnels mails, textos et appels téléphoniques, la méthode à l’ancienne a du bon pour nous.

Point positif, nos Pitchounets vont bien malgré la complexité pour trouver des places dans des structures, la mise en place d'aide à l'accompagnement est très compliquée mais les parents font face avec l'aide de l'association qui est là pour cela. Tous, nous nous accrochons pour envisager un avenir pour nos Pitchounets.

Un grand merci à tout le conseil d'administration, au bureau, à vous adhérents et anonymes qui avez continué à nous soutenir par vos adhésions renouvelées, par la tombola que nous avons organisée cet été.

Nous continuons à anticiper malgré la situation actuelle et préparons 2022.

Pleins de projets comme :

·        La chasse à l’œuf qui se tiendra le samedi 16 avril 2022 à partir de 15 h sous les halles qui sera suivie d’un concert à 18 h interprété par le sosie de Francis Cabrel.

·        Notre grande kermesse annuelle aura lieu cette année le samedi 9 juillet 2022 sur le thème du Far-West.

Toutes les personnes qui souhaiteraient venir s’investir à nos côtés seront bien entendu les bienvenues. 

C’est avec plaisir que nous espérons vous retrouver nombreux à nos futures festivités.

 

Amitié Cévennes

 L’association Amitié Cévennes, qui développe des activités en direction des personnes de plus de 50 ans, a repris du service depuis le 15 février et tiendra son assemblée générale le 15 mars. Au programme, des déjeuners (le 3 mars bouillabaisse au Major à Monoblet et le 22 mars couscous aux Glycines), des sorties (marche le 17 mars à Euzet, journée-visite le 7 avril à la grotte de la Cocalière et le préhistorama de Rousson). Les soirées des mercredi- jeux se tiennent à 20 h 15 tous les 15 jours depuis le 16 février. Enfin nous organisons le mercredi 27 avril un voyage sur le train bleu entre Marseille et Martigues, ainsi que la visite des calanques de Cassis.

Contact : Sylvette Chabalier 06 75 93 82 11

 

Assemblée générale du Grillon, venez nombreux

 C’est le samedi 26 mars à 10 h 30, salle Viala au-dessus de l’office du tourisme, que se tiendra l’assemblée générale annuelle de l’association Le Grillon. L’occasion de faire le point sur l’activité développée en 2021 et sur le bilan financier de l’exercice. En dehors de cet aspect statutaire sur lequel le vote est réservé aux seuls membres adhérents de l’association, c’est aussi le moment de débattre de la pertinence de notre petit journal et de ses évolutions possibles ou souhaitables, un moment propice à l’échange avec nos lecteurs. Aussi n’hésitez pas à participer à cette rencontre, vous serez les bienvenus ! Et un pot amical clôturera ce temps fort de la vie du Grillon.

FB

 

BAL 2022

 Dans le cadre de la BAL (Balade Artistique Lasalloise) organisée par l’USPOP, nous souhaitons réunir un maximum d’habitants.es de Lasalle pour une photo de groupe qui sera affichée en très grand format au centre du village cet été. La photo se fera le samedi qui précède le 2ème tour de l’élection présidentielle, c’est-à-dire le samedi 23 avril à 11 h 30 sur les marches de l’escalier du parc des glycines.

 L’USPOP

 

                                                    +   +   +   +   +   +   +   +   +   +

                  

  

Une église animée

 

Après avoir franchi le col du Mercou en descendant sur L’Estréchure, on traverse le petit hameau de Saint Martin de Corconac, repérable au travers de deux images successives : la première, hélas bien visible, est cet amas de voitures et autres engins en voie de dégradation avancée laissés à l’abandon sur un terrain au bord de la route par des propriétaires peu scrupuleux et irrespectueux pour leur environnement. Car juste après, on découvre une jolie petite église romane du XIIe siècle en cours de restauration, comme un ironique clin d’œil à la « modernité », ou du moins à ce que certains en ont fait … Racheté en 2011, le nouveau propriétaire des lieux et quelques amis ont créé l’association SMAC qui anime et restaure l’église et a pu faire inscrire le bâti au titre des monuments historiques dès l’année suivante. Depuis une étude préalable a été conduite par les services concernés pour engager la restauration et retrouver l’histoire du lieu, avec ses petites voûtes croisées et quelques fresques encore visibles dans l’ancienne chapelle. Aujourd’hui le clos est réalisé avec une toiture en bon état et des vitraux originaux ainsi que deux lustres récemment créés et posés par des artistes locaux. La prochaine tranche devrait porter sur le chauffage au sol, car au-delà de la restauration, l’ambition est bien d’en faire un espace vivant porteur d’animations diverses, de la simple visite à la création artistique. C’est ainsi que depuis quelques années de nombreux concerts, spectacles, expositions… et stages sont régulièrement organisés à l’initiative de l’association SMAC, portant sur la musique, le yoga, le chant médiéval, la danse, le théâtre …Plus récemment le lieu peut aussi servir de résidence d’artistes, avec un hébergement adapté pouvant aller jusqu’à neuf chambres. C’est ainsi un beau projet qui se développe progressivement, et pour lequel des complémentarités pourraient être mises en œuvre en lien avec l’activité culturelle de Lasalle. Autre particularité inattendue, juste derrière l’église se trouve là le joli petit cimetière de L’Estréchure, village pourtant distant de plusieurs kms. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’association SMAC au 04 66 61 28 35 ou 06 43 78 65 47, sur corconac@gmail.com Vous pouvez également la retrouver sur corconac.fr, Facebook, Youtube et Wikipedia

FB

 

Les Amis de la Bibliothèque vous suggèrent

 

La Corniche des Cévennes – Textes : Jean Paul Chabrol & Daniel Travier

Aquarelles : Camille Penchinat

 

« Il est par le monde des routes légendaires […] la Corniche des Cévennes mérite de rentrer dans cette prestigieuse famille. »

Les auteurs nous proposent une belle promenade à travers les Cévennes en parcourant la Corniche dans le Temps.

Au commencement étaient deux drailles dévoilant de nombreux vestiges, témoins d’une occupation humaine dès 5000 av JC. Un territoire fortement soumis aux migrations se transformant à partir du XIe siècle avec l’arrivée du châtaignier. C’est l’intendant Basville, qui en élargissant des chemins en « routes royales » afin de soumettre durement les cévenols en 1689, favorise son essor.

La route Royale change plusieurs fois de nomination mais contribue toujours à la croissance économique de la région. Fin du XVIIIe siècle, la soie filée à Saint André de Valborgne rejoignait la Corniche pour être acheminée à la foire de Beaucaire ou d’Alais, favorisant l’apparition des relais d’ «affenage » ou « affenadou » fournissant le manger et le gîte. St Jean du Gard en possédait quatre.

L’auberge du Cheval blanc du Pompidou témoigne des débuts de la poste « La porte aux lettres » circulant au XVIIIe siècle.

Quant aux muletiers, ils colportaient culture et idées parfois subversives ! Bibles et autres textes religieux interdits transitaient ainsi !

De tous temps la Corniche a été une route risquée et rendue dangereuse par le banditisme mais aussi par les rudes tempêtes hivernales. Pour la sécuriser, de hautes bornes en pierres jalonnent peu à peu la route et vers 1770 les cantonniers font les « réparations d’entretien ». Des ponts et aqueducs voient le jour.

Les années filent et le pas de l’homme et de l’animal est remplacé par le bruit des voitures. « La course de côte du col St Pierre est née en 1972. »

 « En 1925, un article du Club Cévenol utilise pour la première fois l’appellation ‘’ Corniche des Cévennes’’ ».

Le 17 Aout 1930, la route de la Corniche est inaugurée, devenant rapidement très touristique, malgré l’arrêt brutal dû aux durs combats d’Avril 1944.

Quelle magnifique balade ! Les auteurs nous régalent avec les petites histoires imbriquées dans l’Histoire, superbement illustrées par les aquarelles de Camille Penchinat.

 

Guillemette Chevallier

 

Fédération de chasse : trichinellose

 

Des foyers de trichinellose liées à la consommation de viande de sanglier sont de plus en plus souvent signalés dans le sud-est de la France, en particulier les Cévennes et la Corse. Les chasseurs doivent être vigilants avant de consommer ou céder de la viande de sanglier. La recherche de larves de trichine est indispensable pour toute personne souhaitant faire de la charcuterie : seuls les produits cuits permettent une destruction des trichinelles ; la salaison et la fumaison ne sont pas des techniques assainissantes. Elle est obligatoire dans le cadre de repas de chasse, de repas associatifs et de commercialisation des venaisons, les marchands de gibier et les restaurateurs sont responsables des produits qu’ils mettent sur le marché et il leur appartient de vérifier que les viandes des espèces sensibles à ce parasite ont fait l’objet d’une recherche de larves de trichine, cette démarche s’inscrivant dans une dimension plus globale des règles de bonnes pratiques pour le traitement de la venaison : éviscération précoce, découpe, respect de la chaîne du froid, valables pour tous les gibiers chassés sur nos territoires.

Au niveau individuel, la cuisson suffisante de la viande (71° C, viande grise à cœur) est la méthode de prévention idéale. La congélation (- 20°) n’est pas suffisante pour éliminer tout risque de transmission.

MS

 

Economie Sociale et Solidaire : chantier Pays Cévenol

 

Dans le cadre du mois de l'Economie sociale et solidaire, la recyclerie du Pays cévenol ouvre ses portes avec ses vélos " solidaires et reconditionnés " (adulte et enfants, catalogue en ligne) et  ses créations d’" upcycling " (recyclage " par le haut ") à partir d’éléments mécaniques (ou autres matériaux inemployés) assemblés avec astuce et créativité pour des usages pratiques ou décoratifs. Notamment de magnifiques nichoirs pour oiseaux !

Le chantier d'insertion du pays cévenol œuvre dans le champ de l'économie sociale et solidaire. C’est un dispositif d'insertion par l'activité économique conventionné par l'État et le conseil départemental du Gard. Il recouvre trois domaines : aménagement-entretien, recyclage et communication. Chaque stagiaire est accompagné dans son projet professionnel, ses démarches administratives, les relations avec Pôle emploi.  Ce qui compte c’est la motivation ! Le chantier compte trois encadrants : une chargée de projet, une assistante ressources humaines et une directrice.

En matière de communication les produits sont très diversifiés : affiches, bulletins, flyers, banderoles, agendas, calendriers, panneaux, cartes en tout genre, kakemonos, newsletters, dépliants, cartes géo-touristiques, guides divers... L’apprentissage permet de maîtriser les logiciels de : retouche photos et images, mise en page, vidéo, son, codage (création de site et pages internet), animation en 3D.

Les 19 agents de valorisation du patrimoine sous contrat de six mois renouvelable élaborent un projet professionnel tout en effectuant un stage pratique en insertion : débroussaillage, reconstruction pierre sèche ou maçonnée, réhabilitation de sentier taille de haies ou d’arbres etc. pour le compte d’une collectivité publique ou d’une association.

Les témoignages des stagiaires : Véro, Tony, Christophe, Lucas etc. ne tarissent pas d’éloge sur le bon esprit d’équipe et le cheminement personnel que leur expérience d’insertion les a amenés à faire.

Malgré les contraintes liées au Covid les chantiers continuent : par exemple, à Lasalle, l’année dernière, les pavés de la calade de la rue de l’église ont été remis à niveau et stabilisés (descellés puis joints avec un mélange de sable et de ciment).

Pour intégrer un chantier vous devez impérativement être bénéficiaire du RSA du Gard ou être suivi par la mission locale Garrigue Cévennes ou Pôle emploi. Peu importe votre expérience dans les trois domaines (aménagement, communication et recyclerie). Vous devez avoir un projet ou une ébauche de projet professionnel.

Si vous souhaitez contacter l’association appelez : Patricia Ponsolle - Association Pays cévenol, 24 route d'Alès 30170 Saint-Hippolyte-du-Fort - Portable : 06 85 40 80 76 - Courriel : cipayscevenol@free.fr

La Recyclerie se situe 6 Grand Rue 30170 Saint-Hippolyte-du-Fort (près de la mairie). Elle est ouverte les lundis et vendredis de 9h à 12h et de 13h à 16h.

MS

http://cipayscevenol.free.fr/accueil.html

                         

                                                     +   +   +   +   +   +   +   +   +   +

 

Journée des associations, une « avant-première »

Le samedi 4 septembre 2021, le Grillon a organisé la première journée des associations à Lasalle. Elle s’est tenue sous la halle du marché de 10 heures à 17 heures.

En raison des règles sanitaires en vigueur, l’organisation de cette journée a été considérablement chamboulée. C’est donc plutôt une avant-première édition qui s’est tenue cette année. Cela nous a cependant permis de nous rôder. Nous avons pu tester le lieu, la logistique à mettre en place. Nous avons pu constater que cette journée répondait à un réel besoin. Nous avons bien conscience que beaucoup d’associations n’ont pas pu se joindre à nous et qu’un certain nombre de visiteurs ne sont pas venus.

Toutefois, cela a été un vrai moment de convivialité où public et assos’actifs ont pu échanger. Pendant le temps du déjeuner, les « exposants » se sont retrouvés autour d’un repas improvisé. L’un des objectifs de cette journée était de faire en sorte que les animateurs d’associations se rencontrent et que chacun connaisse mieux ce qui se passe à Lasalle.

Nous remercions les associations présentes

·         La capoièra

·         EVEN

·         Association protestante dite EPI

·         Club cévenol

·         Centre Jean Marie Granier

·         Viv’alto

·         Vaisseau Mère

·         L’Art Scène

·         Les Pas Pressés

·         Interactivitès (hâta yoga)

Et pour terminer, un immense merci à la régie de coordination pour son aide précieuse. Merci Sophie et Odile pour le travail de recensement des associations et de communication. Merci Philippe pour l’énorme aide le jour J, pour l’installation le matin, le transport du matériel et le rangement en fin de journée.

Geneviève Briand

 

La salle culturelle de Monoblet enfin nommée « Espace Culturel Bernard Meulien »

 

Samedi 23 septembre à 18h, le maire et le conseil municipal de Monoblet avaient réuni un certain nombre de personnalités pour transformer la salle culturelle en « Espace Culturel Bernard Meulien ». Les Monoblétois avaient répondu présents à l'invitation et se pressaient sous le barnum pour s'abriter de la pluie et écouter les discours des officiels : le maire et son premier adjoint mais aussi le ¨ Délégué Territorial chargé de mission pour le Développement Culturel des zones à densité évolutive ¨, une improbable ¨ Directrice des affaires culturelles de région Occitanie ¨ et Mme Bibelot, ¨ Sinistre de l'Inculture ¨. Une parodie, d'un ton sarcastique, qui aurait plu à Bernard Meulien.

A partir de 20h30, les spectateurs se sont installés dans la salle pour y découvrir un très beau et poignant montage cinématographique rassemblant des moments forts de la vie artistique de Bernard. Ensuite, ce sont des amis musiciens, diseurs, chanteurs qui ont témoigné de ce personnage hors du commun, de son talent artistique immense, de cette très belle personne !

La fin de la soirée s'est achevée à l'extérieur au son du groupe Muddy Bourbon.

La plaque commémorative sera placée à l'intérieur de la salle. 

 Jean-Louis Jansen

Echo des arts

 

La Fête de l’Alto (Viv’alto) a un " fan " en la personne de Bernard Deschamps

 " Le covid vaincu par l’alto. Ce n’était pas évident. Les bénévoles de l’association Viv’Alto, leur présidente Marie-Hélène Bénéfice et Pierre-Henri Xuereb, le directeur artistique étaient à juste titre inquiets : la pandémie ne risquait-elle pas de dissuader le public de venir assister aux concerts de cette 9e Fête de l’Alto ?

Les ondes musicales (et les mesures barrières) furent les plus fortes qui écartèrent les risques de contamination, et, comme les années précédentes, les mélomanes remplirent les salles tout au long de la semaine, à Lasalle, Les Plantiers, Saint Jean du Gard et le concert de clôture samedi en fin d’après-midi couronna cette réussite.

Les bancs du temple de Lasalle étaient tous occupés quand le violoncelle de Philippe Muller attaqua les premières mesures du Prélude, Suite n°4 de Jean-Sébastien Bach (1720-1723) auquel succéda l’Adagio  pour 3 altos (Ruixin Niu, Pierre-Henri Xuereb, Marta) de Ludwig Van Beethoven (1770-1827), empreint de nostalgie, suivi de l’Andante du Quatuor à cordes n° 13 en la mineur (op. 29) « Rosamunde », écrit par Franz Schubert en 1824 et interprété par de jeunes artistes (Mia, Emilie, Barbara, Antonio) et dont la douceur contraste avec l’âpreté de la Suite de Bach et l’atmosphère de l’Adagio de Beethoven.

Tout au long de cette soirée, nous avons été impressionnés par le talent de ces jeunes filles et de ces jeunes gens qui venaient de participer aux masters classes dirigées par P.H.X.

Burlesque, opus 9, composé en 1855 par Friedrich Hermann, avec ses ondulations, ses clowns sautillants, ses galops audacieux et ses pizzicati, fut l’occasion d’un fou rire irrépressible de la part d’Emilie, de Mia et de Lisa qui, loin de défigurer l’œuvre, ajouta encore à sa gaîté. Avec Allemande (1726-1730) de Jean-Sébastien Bach, le violoncelle de Julia, sur une belle entame grave, nous permit de retrouver notre sérieux au cours d’une conversation musicale très modulée.

J’attendais avec curiosité Kaddisch de Fabien Waksman, adapté pour alto solo par Pierre Henri Xuereb. Les premiers kaddish datent de l’époque de la destruction du Second Temple de Jérusalem par les Romains en 70. Ce sont des prières juives de deuil. Dans le Kaddish de Fabien Waksman, une voix lointaine s’élève comme une plainte qui monte et se transforme en colère puis en révolte, avant de se résigner. Dès les premières notes, la parenté est sensible avec le rythme et la couleur de l’appel du mu'adhdhin dans le rite musulman. Emouvant message de Paix de la part du compositeur !

C’est le Prélude (Modinha) de la Bachianas Brasileiras N°1, interprété par Ruixin Niu, Pierre-Henri Xuereb, Antonello Farulli, Philippe Muller, Marta et Tamara, qui couronna ce concert de clôture longuement applaudi par le public.

Ce fut une belle soirée. Un grand merci aux artistes, professeurs et stagiaires, aux bénévoles de Viv’Alto pour leur engagement. Ils nous ont offert avec cette 9e Fête de l’Alto, des moments d’enchantement partagé, précieux en ces temps troublés par la pandémie et les tragédies qui frappent le monde. "

 Bernard DESCHAMPS 30 août 2021 - Extraits du blog http://www.bernard-deschamps.net/2021/08/une-si-belle-soiree.html

 

Les Amis de la bibliothèque vous suggèrent :  « Gabriële » – Anne et Claire Berest

 Anne et Claire Berest dressent le portrait de leur arrière-grand-mère, Gabriële Buffet-Picabia, une ancêtre dont la famille ne parle pas, une femme qui « avait été un monument ignoré et égaré ».

« Gabriële Buffet, une théoricienne de l’Art visionnaire, femme de Francis Picabia, maîtresse de Marcel Duchamp, amie intime d’Apollinaire. »

 Gabriële, est une jeune femme indépendante. Une musicienne à l’intelligence vive et créatrice qui voudrait composer une « autre » musique. Une grande adepte de Claude Debussy pour qui la musique « doit être pensée non pas pour le papier mais pour les oreilles […]. Cela pose des questions vertigineuses pour la jeune femme : à quoi servent les notes de musique ? Peut-on jouer avec d’autres instruments ? Tous les sons produisent-ils de la musique ? »

Elle rencontre en septembre 1908, à 27 ans, Francis Picabia, peintre à succès dont elle devient l’âme sœur puis l’épouse. Une idylle plus intellectuelle qu’érotique. Pendant vingt ans elle se consacre à ce mari volage, opiomane et joueur. Francis Picabia a un besoin viscéral de Gabriële. Elle seule sait le stimuler, le critiquer. Elle « lui apporte les éléments de pensée qui vont lui permettre de changer sa façon de peindre. » Picabia veut « libérer la peinture de l’imitation et […] il cherche à faire de la peinture une composition symphonique.».

Mal aimé en France, le couple Picabia fait une entrée fracassante à l’Exposition internationale d’art moderne le 17 février 1913 à New York. Un succès phénoménal.

Au cours de l’hiver 1911 Gabriële rencontre Marcel Duchamp qui devient immédiatement un compagnon inséparable de Picabia, avant d’être l’amant de sa femme…Puis le bouillonnant Guillaume Apollinaire entre dans le groupe.

Les auteures font un récit du début du siècle à 1920, ponctué de citations et commentaires décrivant la vie de l’époque. A travers Gabriële Buffet, elles nous font assister à la naissance de l’Art Moderne et à l’arrivée du mouvement Dada.

Gabriële, une figure méconnue et discrète, cependant un personnage brillant, féministe avant l’heure.

Un livre passionnant qui donne envie de se documenter…

Guillemette Chevallier

 

Amitié Cévennes,

 L'association Amitié Cévennes consacre ses activités aux plus de 50 ans de Lasalle et des communes extérieures sur un rayon de 30 km environ. Après quelques années de présidence, Mr Jean Claude Rousset  a « passé le flambeau » à Mr Patrick Larouzé.

Quelques mois chaotiques et enfin l'association a réouvert ses portes, aux Glycines, le mardi 7 septembre avec toujours de nombreuses activités dont voici le détail.

Aux Glycines, activités régulières :

·         tous les mardis à partir de 13 h30 : jeux divers, goûter et petit loto; à 14 h : chorale et pétanque.

·         tous les samedis : à 14 h : pétanque

·          les mercredis (chaque 15 jours) : jeux divers et petite collation de 20 h 30 à 23 h.

·         tous les jeudis de 10 h à 11 h 30 : promenade "d'entretien physique" autour de Lasalle.

·         un jeudi par mois : petite randonnée à l'extérieur avec pique-nique.

·         un jeudi par mois : sortie balade/visite, repas au restaurant

·         un mardi par mois : repas

Activités fin d'année, en plus :

·         Une sortie à la Jonquiera en novembre (date à définir)

·         Spectacle cabaret (avec repas) au Pasino de La Grande Motte le vendredi 3 décembre.

·         Goûter de Noël : mardi 14  décembre

A noter : en fonction des mesures sanitaires, le pass sanitaire est obligatoire

pour toutes les activités.

Pour toute information et ou inscription, personnes à joindre :

Larouzé Patrick président 0618715122

Chabalier Sylvette secrétaire 0675938211

André Huguette vice présidente 0629055844

Graillon Huguette vice présidente 0684011121

 

Les nouveaux projets de l’association EVEN

 

 La devise d’EVEN, LA CULTURE COMME LIEN, est plus que jamais d’actualité.

Nos activités rassemblent artistes et amateurs de tous âges, y compris les personnes confrontées à des difficultés sociales ou psychiques, en situation d’isolement ou d'exclusion.

Depuis 2016, cette aventure humaine nous a fait voyager de surprises en découvertes, de rencontres en partages.

La bonne nouvelle de la rentrée, ce fut que les ateliers de création ont repris comme avant, après ces mois d’épreuves. Premier constat : les liens ont perduré, en dépit de la « distanciation sociale ».  Nous goûtons sans réserve la joie de nous retrouver, pour peindre, dessiner, partager jeux clownesques et théâtraux, repas conviviaux et conférences.

Quelques repères :

Peinture-dessin, en partenariat avec Isis Olivier et Bernard Le Nen : le lundi de 14 à 17h à La filature du pont de fer, tous les 15 jours

Théâtre et clown théâtre, mené en alternance par Josiane Fritz Pantel et Zoé Duponchel. Tous les jeudis, de 14h 15 à 16h30 ou 17h30 salle Viala.

Cette année, à la Filature, plusieurs rendez-vous permettront de découvrir ces deux approches de l’espace scénique.

Le premier sera le jeudi 25 novembre. Il prendra la forme d’une journée porte ouverte.  Bienvenue à tous !

 Cette journée s’inscrit dans le cadre des rencontres Even 3. Le samedi 27 novembre, nous aurons le plaisir de retrouver l’équipe du film « Un projet fou » présenté en juillet au festival de Lasalle. Une citation du réalisateur, Jean-Marc Bourillon, en résume joliment le contenu : « Tenter de créer quelque chose, échouer et recommencer, se donner la liberté de rêver, alors que la vie s’ingénie à y faire obstacle... Il me semble que c’est le destin existentiel de l’humanité, non ? Que l’on soit malade psychique ou pas »

La projection sera suivie d’échanges sur le rôle des clubs thérapeutiques.

Pour ce qui nous concerne, nos projets 2022 s’orienteront vers des créations théâtrales. C’est une manière aussi de convoquer toutes sortes de savoir-faire (musiques, décors, costumes) et de passer du bon temps ensemble.

Mais déjà, vous pouvez nous rejoindre, activistes et rêveurs, bénévoles de tous bords.

Visitez notre site www.evenculture.org

ou contactez nous : 06 21 07 82 44 even30.as@gmail.com

À bientôt !

Anita 

 Un moment magique !

 Concert de Musique algérienne dans le cadre du festival Doc-Cévennes le vendredi 9 juillet à Lasalle, projet monté par l’association A.S.A.R.T.

Plus de 500 spectateurs rassemblés sur la place du village pour entendre les dix-huit musiciens et les douze chanteuses du spectacle « Dune rive à l’autre » dirigé par Amine Soufari, jeune compositeur et chef d’orchestre algérien, installé en France où il termine ses études au conservatoire. La musique était une commande de l’association ASART, musique populaire arrangée pour un orchestre improbable (viole de gambe, violon, violoncelles, saxos, flûte, clarinette basse, accordéons, mangole, banjo , guitare, et bien sur percussions : derbouka, cajon et washboard) pour accompagner des chants en langue arabe et en Kabyle, avec Hacène Benissad en soliste, Claire Léonard en récitante/chanteuse, la sono étant tenue par Eric Gallia, ancien pasteur à Lasalle. Grâce à cette musique caressante et parfois hypnotique, les spectateurs ont été éblouis par la qualité du travail et la précision des arrangements, au point de faire danser en marge du spectacle. Un spectacle bientôt à suivre dans la région dès que les conditions sanitaires le permettront.

CL

 

Association l’Art scène, projets d’automne.

 La chorale de Lasalle reprendra dès septembre, le projet Misa Criolla continue et jouera ses spectacles pour Noël et plus tard. Un travail de création collective autour du rap avec les jeunes de Lasalle et environs mené par un ou plusieurs musiciens professionnels.

Dès que les conditions sanitaires permettront des soirées avec buvette, l’association organisera à la filature plusieurs évènements autour du Jazz. Un concert du groupe « WeJazz » d’Alès, qui viennent de réaliser un enregistrement à la cure, avec notre aide. Soirée sous forme de « Jazz-club » qui proposera un « bœuf »(ou JAM session) aux musiciens locaux après le concert du groupe invité.

Un concert de Jazz vocal polyphonique avec le groupe « OBAJAZZ » de Montpellier qui chante des  grands standards dans le style des double six.

CL

 

Lancement de la maison de production musicale VAISSEAU MERE

sur le territoire du département du Gard.

 Pour marquer nos ambitions, nous avons créé en collaboration avec l'association Linge et Sons, la commune de Lasalle et avec le soutien du Centre national de la musique, une programmation de sept soirées de concerts à l’automne hiver 2021-2022 intitulé : LE CUBE, saison 01 : programmation musicale en 7 épisodes.

Nous avons imaginé une nouvelle forme de diffusion musicale adaptable au contexte sanitaire actuel. Nous avons construit une cabine de streaming vidéo mobile sous la forme d’un grand cube où, à l’intérieur, se produit chaque univers musical. Le public est disposé à 360° autour des artistes. La diffusion des concerts se tient avec une jauge de public adaptée aux recommandations sanitaires actuelles (variable selon l’évolution de la situation). La diffusion en streaming vidéo est faite simultanément sur nos réseaux (YouTube, Instagram), et ceux de nos partenaires.

Avec l'objectif de mettre en avant des créatrices et musiciennes, la programmation musicale s’articule autour de 14 formations composées de 9 musiciennes et 9 musiciens de la région Occitanie et d’ailleurs. Projet solo, duo émergents ou confirmés, les artistes ont été sélectionnés pour leurs singularités, leurs résonances avec notre ligne artistique et leurs caractères atypiques. Après avoir œuvré près de 10 ans au sein du label montpelliérain Linge Records, nous avons tissé tout au long de ces derrières années des liens étroits avec les scènes de musiques actuelles alternatives qui forgent notre direction artistique aujourd'hui.

Rendez-vous dès le 16 septembre prochain, à la Filature du Pont de Fer à Lasalle pour assister au premier concert d'ouverture, Aigue Morte + Daisy Mortem, à partir de 19h00. Programmation complète sur :  www.vaisseau-mere.com

Entrée 7 € (+ adhésion 2 €), buvette et petite restauration sur place.

 Fred Bourguet

 

Journée des associations

Lasalle est bien connu pour le dynamisme de sa vie associative. Mais qui sait vraiment tout ce qui se passe dans notre village ?

Que ce soit dans le domaine culturel, artistique, social, sportif, éducatif, le choix est large mais souvent mal connu.

C’est pourquoi le Grillon, avec le soutien de la commune, a pris l’initiative d'organiser une journée des associations.

Elle aura lieu le samedi 4 septembre 2021, de 10 heures à 17 heures sous la halle du marché (bien évidemment si les conditions sanitaires nous le permettent et dans le respect des règles en vigueur).

Vous êtes tous les bienvenus ! Que vous soyez animateurs d’association ou en recherche d’activité pour vous ou vos enfants. Vous avez peut-être aussi envie de donner de votre temps en tant que bénévole.

Ce sera l’occasion pour les associations de présenter leurs activités, de se rencontrer entre elles et de venir à la rencontre du public. Une belle opportunité de créer de nouveaux liens et de relancer une vie sociale qui nous a tant manquée.

Nous vous attendons nombreux !

 Geneviève Briand

 

                                               +   +   +   +   +   +   +   +   +   +

 

Les Amis de la bibliothèque vous suggèrent :

  « Je vous aiderai à vivre, vous m’aiderez à mourir » – Nathalie Saint- Cricq  (Récit)

 Nathalie Saint-Cricq retrace avec brio, mêlant anecdotes et « grande » Histoire, cette étonnante dernière tranche de vie de Georges Clémenceau s’apprêtant, à 82 ans, a des années passionnées avec Marguerite Baldensperger, éditrice discrète et réservée venue lui proposer d’écrire un livre. Bien que tout les oppose, ils vont être unis par un amour platonique pendant lequel ils vont échanger…670 lettres !

Fils d’un médecin vendéen et lui-même médecin, Georges Clémenceau (1841-1929) a été la principale personnalité du début de la IIIe République.

Il accède une première fois au poste de ministre de l’Intérieur de 1906 à 1909. Son action en matière policière lui valut le surnom de « Tigre ».

Rappelé à la tête du gouvernement par le président Raymond Poincaré, il rassemble toutes les énergies du pays en vue de la victoire contre les allemands lors de la Grande Guerre et y gagne un nouveau surnom « Père de la Victoire ». Il quittera le gouvernement en 1920.

C’est en 1923 que Marguerite Baldensperger va rencontrer cet homme colérique et autoritaire que Léon Daudet avait baptisé « Monsieur Ronchonneau ».

« Il est souvent théâtral, toujours excessif mais au moins je ne m’ennuie jamais avec lui, […] il me donne l’envie de me lever le matin. » écrit Marguerite.

« Il a de ces façons de réécrire l’histoire quand ça l’arrange. Et cette obstination à vouloir qu’on se plie toujours à ses quatre volontés : Il faut, vous devez, vous ne devriez pas, faites, soyez […] reprenez-vous sont ses impératifs quotidiens, officiellement pour mon bien mais toujours avec ce ton de caserne. »

« Nous formons un étrange couple, mais personne dans mon entourage n’y trouve à redire, au contraire. »

« …la vraie histoire (raconte Albert le majordome, à Marguerite) c’est avec le sultan de Solo, aux Indes […] Ce soir-là, c’était comme une fête des Mille et une Nuits. Le président est placé à la droite du maharadjah. Après dix plats et juste avant le curry d’agneau […] le sultan porte un toast à la France, et se penche, rayonnant, vers le président. Il lui demande : ‘’Vous êtes marié ? Combien avez-vous d’enfants ? ‘’. C’est le moment, bien sûr, que je redoutais, j’étais juste derrière eux. (Le sultan était fier de ses 102 enfants) ‘’103’’, répond, imperturbable, le Patron, ‘’et vous ?’’. Soudain, le front de notre hôte s’assombrit. Le reste du dîner fut glacial et notre voyage écourté. Mais notre président était aux anges. Il avait, encore une fois, semé la zizanie, juste pour la joie. »

Un régal de biographie qui n’en est pas une !

 Nathalie Saint-Cricq est une journaliste française née en 1962. Editorialiste politique, ce récit est son premier « roman ».

 Guillemette Chevallier

 

BAL2021 : des murs de Lascaux aux murs de Lasalle

 La BAL2021 a accueilli des touristes égarés, des enfants, des vieux, passants, fidèles des arts, lasallois de souche et nouveaux arrivants. Les artistes plasticiens ont donné de la vie aux rues, halles, places et calades pendant 40 jours. Les artistes de la rue se sont exprimés au cours des six lundis de visites guidées. Chaque visite était l'occasion de voir, écouter, s'émouvoir avec des musicien.es, conteur.se, comédien.es, circassien.es, poète. Près de 400 personnes ont suivi ces visites guidées, davantage encore se sont baladés seuls.

La recette de la BAL art populaire est simple : des habitant.es qui coopèrent, participent, qui aiment, n'aiment pas, des artistes locaux actifs, créatifs, disponibles, joyeux, la mairie qui aide, la régie qui met de l'huile. La marmite de l'USPOP mélange tous ces ingrédients locaux.

Voilà comment commençait la visite :

«  Place aux circuits courts, place à l'art populaire dans les rues de Lasalle : Les arts plastiques vous ouvrent leurs  bras.

L'art est aussi indispensable à la vie que l'air qu'on respire. Il permet ce pas de côté, un regard différent sur le monde ».

Morceau choisi de la chanson de la BAL de David Cros parlant des habitant.es de Lasalle:

Ils vivent en harmonie

En évitant l’outrage

Au rosé, au demi

A chacun son breuvage

Ils chantent la joie d’être

Parfois ils pleurent de rage

Pour ce qui pourrait être

La société partage

Non je ne me souviens plus

Du nom du bal perdu

Ce dont je me souviens

C’est qu’il y a balade

Artistique à Lasalle

Et que c’est de la balle

En amont, en aval

On est tous amiral

Du grand vaisseau Lasalle

 Kaito

 

Les journées du patrimoine

 Pour la première fois depuis longtemps, les journées du patrimoine, ouvertes à tous, seront organisées sur Lasalle les 18 et 19 septembre prochains. Au programme il est prévu des visites des temples et églises de Lasalle, Soudorgues et Sainte Croix de Caderle, sous la conduite d’Alain Chevallier et Luc Meilhac, membres du Club cévenol. Des œuvres d’artistes seront exposées à cette occasion avec également une exposition au petit temple de Lasalle. Un spectacle donné par des associations du village sera présenté le dimanche à la filature du pont de fer. Plus d’infos sur l’agenda de Lasalle du mois de septembre.

 Elisabeth Gérony et Francette Amiel Couderc

 

 

Projet musique algérienne.

L'année dernière, l'association A.s.a.r.t. a constitué un ensemble de 17 musiciens pour interpréter un répertoire de musiques algériennes dont les arrangements originaux sont écrits par Amine Soufari. Amine est un pianiste, compositeur, chef d'orchestre et chef de chœur, musicien pluri instrumentiste algérien. Il a une licence en musicologie et poursuit actuellement ses études en « master et création » au Conservatoire de Marseille.Depuis 2016, il a eu plusieurs commandes de la ville d'Aix en Provence et intervient régulièrement au Festival d'art lyrique d'Aix en Provence et au MUCEM à Marseille.

Depuis l'initiative du projet par l'association Asart, Amine a répondu à d'autres propositions similaires de la part des Conservatoire de Marseille et de Salon de Provence.

Nous avons cette année encore l'opportunité de faire appel à ce musicien doté de qualités artistiques et pédagogiques et souhaitons poursuivre le projet en ajoutant un choeur à l'orchestre déjà constitué. Ce choeur en langue arabe sera dirigé par Amine.Ce projet est ouvert à tous les instrumentistes et chanteurs.

Au moins 2 concerts de restitution seront donnés.

Informations pratiques :8 WE de répétitions sont prévus : le prochain aura lieu les 7/8 nov. au Pont des Arts. Pour plus d’infos, contacter Françoise Malaizé au 04 66 85 48 33 ou assoc.asart@gmail.com

CL

 

Les Amis de la médiathèque vous suggèrent:

 Ame brisée – Akira Mizubayashi  (roman)

L’Homme possède une âme tout comme le violon. L’âme est une petite pièce de bois essentielle au son de l’instrument. L’histoire nous conte la renaissance de deux de ces âmes, celle de l’homme et celle du violon.

1938 à Tokyo le professeur Yu  Mizusawa a formé un quatuor à cordes sino-japonais, malgré la guerre et bravant les interdictions.

Un jour la répétition est interrompue par des militaires en furie. Le professeur Yu est traité de « hikokumin » ou traitre à la nation. Il jouait avec l’ennemi « chinetoque » une musique européenne interdite : Franz Schubert. Le violon de Yu est piétiné. Les quatre personnes sont embarquées.

« L’instrument à corde, brisé, aplati, réduit en morceaux, poussa d’étranges cris d’agonie qu’aucun animal mourant n’eut émis dans la forêt des chasseurs impitoyables. »

Rei, le jeune fils de onze ans du professeur, vit cette scène d’horreur caché dans la grande armoire où l’avait vivement poussé son père avant l’irruption des soldats.

Le jeune Rei ne revit jamais son père.

2005en France, Jacques Maillard, luthier au physique asiatique, a pour compagne Hélène, archetière. Tous deux s’étaient rencontrés pendant leur apprentissage, dans les Vosges, à Mirecourt, capitale de la lutherie française. Jacques avait immédiatement confié à sa compagne son grand désir de redonner vie à son violon malmené.

Une vie calme et laborieuse pour le couple, jusqu’à ce qu’Hélène soit intriguée par un article de journal annonçant la venue à Paris d’une jeune violoniste japonaise de renom, Midori Yamazaki…

Un roman très délicat accompagné par le son du violon ! Un concentré d’émotions décrites d’une écriture fluide et très poétique. La culture japonaise est également bien mise en valeur.

« La musique avançait, revenait, montait, descendait avec une liberté euphorique ; elle faisait penser à une danse joyeuse et sautillante qui semblait exprimer le bonheur de marcher dans un paysage enchanté. » 

Akira Mizubayashi est un écrivain et universitaire japonais. Bien qu’habitant Tokyo, il est l’auteur de plusieurs livres écrits directement en français.

« Ame brisée » a reçu le prix des libraires 2020.

Guillemette Chevallier

 

La fête de l’Alto, on continue …

Elle a eu lieu comme d’habitude à la fin du mois d’août, sereinement. Le public s’est adapté à la mise en place d’une billetterie avec réservation des places en raison des règles sanitaires. Et en définitive, cela a permis l’entrée sans bousculade dans les lieux de concert. Tout le monde est soulagé, les musiciens qui nous ont ravis cet été encore veulent bien revenir…

Autour de Pierre Henri Xuereb se sont retrouvés les violonistes Christophe Giovaninetti et Marc Vieillefon remplaçant avec brio Yibin Li, retenue à New York en raison du covid. Mais la violoniste a tout de même donné, grâce à internet, une Master Class aux jeunes violonistes et altistes à Lasalle, en direct, de New York à la Filature!

L’altiste Ruixin Niu  a par ailleurs présenté une belle expo de photographies sur les murs du temple, derrière les tables de présentation des luthiers. Philippe Muller était aussi présent comme violoncelliste et professeur pour les classes de maître.

La musique, avec ces musiciens experts, nous a fait voyager, nous a offert de jolies surprises. Nous avons découvert le strident piccolo qui pour certain perce un peu les oreilles mais, remarquablement représenté par Jean-Louis Beaumadier, "le Paganini du piccolo" comme l’a nommé Jean-Pierre Rampal. Il était accompagné au piano par Véronique Poltz.

Le concert final a été une apothéose, joué à guichets fermés. Rappelons seulement la standing ovation réservée à Christophe Giovaninetti pour sa Pièce pour quatre violons, d’un style " moderne et expressif " comme l’écrit dans son blog notre fidèle soutien de Viv’Alto, Bernard Deschamps*. Preuve s’il en est qu’une musique actuelle peut être aimée et comprise.

La suite dans le Grillon papier de novembre/décembre 2020...

 

  Assemblee générale de l’association l’art scène du 26 septembre 2020

 

En 2019, l’activité est restée importante avec beaucoup de concerts, activités de formation (stage Jazz,  chorale, langage musical). Le rapport financier laisse apparaître un déficit  pour l’année mais une trésorerie encore saine, capable de financer les projets en cours non terminés à cause du COVID : Missa Criolla et création Murielle Holtz fin octobre 2020.

Annoncée de longue date, la démission de Christophe Lombard comme président est actée :

Andréas JOHNES qui a contribué en partie à la naissance de l’association en 1992, maintenant retraité accepte de prendre la place de président. Le bureau loué à la mairierue de la croix n’est plus utile que pour l’archivage des documents et sa location s’arrêtera en fin d’année.

CL

 

Assemblée générale du Grillon

Notre AG s’est tenue le 3 octobre, en présence d’une vingtaine de personnes qui ont répondu à notre appel à débattre du journal et de sa pérennité. Au delà de l’aspect statutaire (rapport d’activité et rapport financier approuvés, finances saines) cette rencontre a donné lieu à des échanges fructueux pour la poursuite de la publication. D’abord, il semble que la nouvelle présentation, impression tout couleur, soit bien appréciée étant précisé que les prochains numéros reviendront à une couverture en mat, et non plus en brillant, ce qui est plus conforme à l’esprit du journal et à la sobriété revendiquée. Ensuite les explications fournies sur la hausse du prix de vente (augmentation inéluctable d’un prix inchangé depuis 10 ans avec des charges générales, fournitures papier, affranchissement, et autre divers en hausse constante, qualité de présentation bien supérieure) ont semblé convaincre, étant admis que le prix de 3 euros pour un journal bimestriel reste raisonnable. Au delà, plusieurs propositions ont été formulées et nous essaierons de les mettre en œuvre : un journal un peu plus « pétillant » sur la forme et dans le ton, moins lisse (par exemple une rubrique « les pieds dans le plat ») tout en restant fidèle à sa ligne éditoriale, faciliter le débat avec des argumentaires opposés ou en suscitant des contradicteurs, être plus réactif et coller davantage à l’actualité locale, … Tout cela nécessite évidemment un renfort occasionnel ou régulier de l’équipe en place, renfort qui passera par la mise en place d’une boite à idées (à côté de la boite aux lettres du Grillon), par l’organisation de rencontres ouvertes à tous pour recueillir des idées dans la préparation du journal à venir, par un accompagnement des personnes souhaitant écrire mais qui n’osent pas, etc .. Bref un Grillon plus pêchu et plus participatif. Nous ne pourrons le réussir qu’avec vous !

FB

 

Appel de fonds " L'esprit des simples "

L'esprit des simples est un film documentaire qui :

·      Donne la parole aux paysans herboristes producteurs de plantes aromatiques et médicinales,

·      Renoue avec un savoir populaire multiséculaire,

·      Nous interroge sur notre place en tant qu'humain dans le monde du vivant.

Étayé par les contributions de quelques ethnobotaniste, pharmacien, phytothérapeute, anthropologue, le savoir populaire qu'on appelle les SIMPLES, s'est enrichi, il englobe à la fois :

·      La redécouverte du savoir empirique qui relie l'alimentation à la santé,

·      Des remèdes efficaces,

·      Une ouverture d'esprit vers de nouvelles médecines pour être acteur de sa santé,

·      Un état d'être qui relie l'homme à la plante, les humains au monde du vivant dans son ensemble.

Aujourd'hui le montage est terminé, le film dure 90 minutes. Jusqu'à présent financée sur fonds propres, la production a permis :

·      L'achat du matériel,

·      Les tournages de manière intermittente durant une dizaine d'années,

·      Le montage de la version française du film.

Restent à financer :

·      Le mixage du son,

·      L'étalonnage de l'image,

·      Le sous-titrage en anglais pour une diffusion auprès du public non francophone,

·      L’édition d’un premier tirage de 500 DVD sous coffret avec livret du film en version française et en version sous-titrée en anglais.

Bien sûr il y a des contreparties ! Rendez vous sur : https://lesprit-des-simples-le-film.fr/soutenez-le-film

Pierre Verneuil

 

Club cévenol - Le Vercors oublié " 

La dernière conférence de la saison, le 11 août 2020, était une véritable surprise par la démarche et l'approfondissement de la réflexion de l'auteur. Plusieurs dizaines d'années après les faits, Francis Ginbourger recherche avec les méthodes et la rigueur scientifique d'un historien contemporain comment sa famille a vécu, réfugiée en tant que juifs, et résistants, dans le Vercors de la dernière guerre. Le sujet parle aux plus vieux cévenols, qui ont connu cette période et ce climat de résistance, mais le ton est particulier et l'orateur commence par évoquer " Le Silence de la mer " (de Jean Bruller dit Vercors), roman culte s'il en est, que nous avons tous lu dans notre adolescence où un père et sa fille voit leur maison " occupée " par un officier allemand auquel ils n'adressent jamais la parole.

Mais dans sa réflexion le silence prend une autre dimension : compte tenu du drame historique qu'a connu le Vercors où près de 4000 maquisards étaient cachés, qui croyaient attendre la venue de l'aviation alliée après le débarquement alors que ce sont les avions allemands qu'ils ont vu atterrir et les troupes se livrer à un massacre dévastateur aussi bien des maquisards que de la population " civile ". Le traumatisme a été  tel que, de longtemps, les témoignages ont été difficiles à recueillir, car toute geste héroïque a ses zones d'ombres, et celle-ci ne fait pas exception. Francis Ginbourger qui décrit les faits sans les caricaturer nous permet d'entrer dans ces mémoires composites : mémoire empêchée par le silence traumatique des victimes, mémoire obligée, réduite au silence face à une histoire falsifiée, mémoire instrumentalisée, silence d’abstention devant l'activisme des intérêts politiques. Cet aspect de l'histoire ne laissera pas indifférentes non plus, parmi les cévenols, les générations contemporaines de cette époque...

 

MS

 

Les Rencontres judéo-chrétiennes : le retour

Les Rencontres judéo-chrétienne entament leur Saison 3. Nous avons conservé le titre générique qui n’a rien perdu de son actualité : « Le pire est-il évitable » ?  Le père Noé (Noa’h en hébreu) est toujours fidèle au poste pour nous faire part de sa passionnante expérience face à la catastrophe. Et nous pouvons dire que cette histoire concerne tout le monde, quelles que soient nos croyances ou opinions car elle fait partie de la culture de l’humanité.

Nous poursuivrons donc cette étude avec le Pasteur Pierre-Alain Jacot et Gérard Feldman dès le 20 septembre 2020. En réalité, le dialogue ne s’est jamais arrêté. Il s’est poursuivi assidument,  mais  par écrit durant les restrictions dues au confinement.  Nous poursuivrons à partir du verset 14 du C. 6 : « Fais-toi une arche de bois de gôfèr; tu distribueras cette arche en cellules, et tu l'enduiras, en dedans et en dehors, de poix. » (traduction de l’hébreu - Zadok Kahn ) le 20 septembre et nous poursuivrons les fois suivantes.

Gérard Feldmann

La suite dans le Grillon papier de novembre/décembre 2020...

L'AMAP Tinctoriales des Cévennes, recherche des producteurs de plantes tinctoriales!

 Sous l’œil bienveillant de Dominique Cardon, présidente d'honneur de l'AMAP, Directrice de recherche émérite au CNRS, spécialiste de l'archéologie des textiles et de l'histoire des teintures naturelles, de Sandrine Rozier, créatrice de mode, spécialiste du textile teint au naturel, conceptrice de costumes pour le théâtre, la danse et le cirque, à l'Estrechure le  samedi 7 décembre s'est déroulée l'assemblée générale constitutive de l'Amap Tinctoriales des Cévennes. Les membres du bureau élus (Présidente : Cécile Vigny, Trésorière : Laurène Streiff, Secrétaire : Line Ghenzy, Secrétaire-adjointe : Julie Mazoyer) .

Les objectifs de l'AMAP Tinctoriales des Cévennes ?

·         Vendre, échanger des plantes, graines, produites, récoltées sur le territoire

·         Mettre en réseau des producteurs de plantes tinctoriales et des consommateurs, les faire se connaître, se rencontrer, échanger sur leurs besoins collectifs

·         Promulguer les valeurs de soutien et de partage

·         Favoriser les échanges de savoir-faire et les formations sur des techniques de production

·         Participer à des manifestations grand public autour de toutes les facettes et richesses des plantes tinctoriales

L'AMAP recherche des producteurs de plantes tinctoriales, ou des producteurs en devenir, et des consom'acteurs n'hésitez pas à  contacter l'AMAP sur la page facebook "AMAP Tinctoriales des Cévennes" ou par mail : amaptinctorialesdescevennes@laposte.net ou au 06 33 93 27 14.

Cécile Vigny

 

Le FIRA nouveau est arrivé

 Comme son nom l’indique il s’agit bien d’un Festival de l’Itinérance, de la Randonnée et des Activités de pleine nature en Cévennes. Programmée du 5 au 8 juin, cette manifestation majeure en Cévennes prend cette année une dimension plus large dans son contenu et sa diversité. Au-delà des randonnées pédestres d’une demi-journée à 3 jours dont le succès n’est plus à démontrer, le FIRA 2020 s’élargira sur les activités de pleine nature. On pourra ainsi pratiquer canyoning, canoé, vélo, spéléologie, et d’autres activités.

Et ce n’est pas tout ! un véritable Festival se doit d’avoir son salon : Il se déroulera à St Jean du Gard avec un temps fort le 6 juin. Il y aura des stands d’exposition présentant tous les acteurs de la randonnée et des activités pleine nature, associations, fournisseurs d’équipements et de matériels ainsi que nos partenaires institutionnels.

L’aspect culturel n’est pas oublié puisque une grande librairie sera présente, des conférenciers et des écrivains interviendront et des films sur la randonnée et l’aventure seront projetés.

Qui dit Festival dit fête, c’est pourquoi le samedi se terminera par une soirée cévenole, repas et bal’ trad.

Une grande manifestation préparée avec énergie par une équipe de bénévoles enthousiastes et amoureux de la randonnée et des activités de pleine nature, avec le soutien de professionnels.

Contact : le.fira@wanadoo.fr  St Jean du Gard

MS

Parkour à Lasalle les 14 et 15 décembre,

 L’association « Monkey Family » constituée d’un groupe d’amis, tous « traceurs »proposait aux enfants et adolescents une initiation àcette discipline sportive appelée » parkour » ou art du déplacement.Elle consiste à franchir des obstacles urbains ou naturels par des mouvements rapides et agiles et sans l’aide de matériel. Les pratiquants sont dénommés « traceurs » L’initiation se faisait dans la salle polyvalente, les participants étaient aussi déterminés que nombreux, les moniteurs étaient vigilants, attentionnés et motivants !Très, très peu de filles intéressées…,la prochaine fois peut être !

Cette discipline est née en banlieue parisienne au début des années 1990. Elle est restée longtemps inconnue du public, c’est son apparition dans les médias qui l’a rendue populaire, notamment grâce au film « yamakasi » sorti en 2001. Les techniques de franchissement font notamment partie de la pratique de certains arts martiaux, de la gymnastique ou de l’entrainement militaire.

En 2003 le documentaire « Jump London » fait découvrir la discipline aux Britanniques. Parkour est aussi appelé » free running » ou « course libre ». La discipline devient très populaire grâce à internet, elle gagne les gymnases vers 2006 et est enseignée dans les écoles danoises en 2017.

Le parkour se pratique en extérieur, dans le milieu urbain, dans les parcs et forêts mais aussi en salle pour s’entrainer sans se blesser. Les « traceurs » souvent partent en groupe à travers la ville en s’arrêtant de spot en spot pour travailler les gestes techniques.

Être fort pour être utile pourrait définir la finalité de ce sport qui est à la fois le prolongement des jeux d’enfants dans les cours de récréation, une maitrise du déplacement en toute liberté, un dépassement de soi, une recherche de performance….

M Moens

 

L’annuaire des musiciens Sud-Cévennes est lancé !

 Après de longs mois de tergiversations sur la façon de procéder, un document participatif sous forme de tableur ouvert (accessible par un lien) est en ligne pour que les musiciens « du coin » puissent y écrire leur contact et toutes informations concernant leur pratique musicale. La proposition de collaboration a déjà été transmise par courriel à 97 musiciens du sud-Cévennes et devrait être élargie à tous au maximum, par copinage et relations personnelles, X connaît Y qui n’est pas sur la liste et lui transmet le lien et Z qui connaît Y dit «  oh quelle bonne idée »  et s’inscrit. Le seul critère est votre présence sur scène au moins occasionnellement de temps à autre, peu importe que vous soyez amateur (éclairéou non) professionnel (déclaré ou non) mais la porte est ouverte aussi aux pédagogues de la musique.  Si vous avez commencé l’étude du pipeau il a 15 jours, peut être est il sage de surseoir. Mais c’est à vous d’en juger.

Pour avoir le lien, merci de me contacter par mail : christophe.lombard2@gmail.com ou bien demandez le à vos amis musiciens. Je ne le donne pas au grand public pour l’instant, c’est avant tout à usage interne au monde des musiciens. 

Bien entendu, c’est totalement gratuit et sur la base de l’auto-déclaration. Les données concernant chacun sont modifiables directement sur le site, c’est sauvegardé en temps réel en ligne et modifiable par tous. La règle du jeu est qu’on ne touche qu’aux infos qui nous concernent individuellement, on ne modifie pas les données des collègues, on leur donne l’info et chacun gère sa présentation. L’idée est non seulement de trouver l’harmoniciste qui vous manque pour jouer le blues samedi prochain, mais aussi de favoriser des rencontres à venir entre tous, pour de futures soirées, festival, concert public et grands mélanges de genres. Résultats à suivre !

C.L.

 

Biographie de la saga Maeght - Yoyo Maeght (les amis de la bibliothèque)

 Aimé Maeght était un« Marchand de tableaux, éditeur d’art, de livres, de revues. Initiateur de Festivals. Créateur d’une des premières fondations d’art contemporain d’Europe. Défenseur joyeux, insolent et visionnaire d’une certaine idée de l’art. La fondation Marguerite et Aimé Maeght reste son chef d’œuvre, mais il me répétait pourtant que ce n’était pour lui qu’un outil, un instrument simplement plus visible que les autres galeries. »

 

Yoyo Maeght, l’une des petites filles, raconte leur quotidien, et comment à la galerie Maeght, elles sont adulées par Aimé et Marguerite Maeght.

« Je grandis parmi des hommes rares et j’apprends à voir le monde comme Miro me le montre, comme Prévert me le chante, comme Calder, Malraux, Chagall, Papy me le suggèrent dans sa beauté, ses excès, ses secrets, ses drames aussi. Ces grands hommes du XXe forgent mon regard. »

Une enfance de grande liberté dans un luxe sans pareil.

Marguerite, sa femme et complice décède en 1977, Aimé Maeght, à son tour s’éclipse en 1981.

 

Dans une seconde partie, Yoyo Maeght « raconte son papy ».

Hiver 1916, un petit garçon de 10 ans fuit Hazebrouck, près de Lille, avec sa mère et ses trois frères et sœur.

C’est dans un « petit village camisard », Saint Hippolyte du Fort, qu’un paysan, Milou Berbiguier, les accueille. Milou a bon cœur et besoin de bras pour cueillir les feuilles de mûrier, afin de nourrir ses vers à soie.

A la fin de la guerre, Marthe sa mère, épouse le solide Milou. « Les enfants fréquentent l’école du village voisin, Lasalle, où un instituteur remarque le potentiel d’Aimé. »

Soutenu par Milou et animé d’une grande volonté, Aimé travaille dur, puis il étudie à Paris l’impression, au conservatoire national des arts et métiers. 

Fraîchement diplômé il débute en 1926 à Cannes dans une imprimerie comme chromiste. C’est là qu’il rencontrera l’amour de sa vie, Marguerite.

Les jeunes époux ouvrent en 1932 « Arte », leur premier atelier de gravures,le début d’une grande histoire et de belles rencontres.

A la fin de la guerre, le peintre Bonnard présente Aimé à une sommité du petit monde de l’art, Schoeller, qui déclare : « Si je connaissais un con qui m’achète mon droit au bail, je le lui cèderai tout de suite. » « Il est devant vous, ce con, » répond mon jeune grand père avec superbe » Un saut dans le vide ! Et tout s’accélère.

Miro, Giacometti, Chagall, Braque…

Paris, Barcelone, Zurich et New York

« Tout ce qu’Aimé entreprend, il l’accomplit et toujours avec ce fameux esprit. L’esprit Maeght. »

 

Après la disparition des époux Maeght, les années fastes s’éloignent et Yoyo Maeght nous décrit le déclin de l’empire Maeght.Terribles procédures pour la succession,jalousies, mauvaise gestion…

Une saga nous plongeant dans le monde de l’art des  années  1940-1980 et dans l’intimité de grands artistes, mais une aventure se terminant par la déchirure d’un clan.

 Guillemette Chevallier

 

Assemblée générale de l’association l’Art-scène samedi 4 avril aux glycines à 17h.

 Les Lasallois(es) ont pu profiter depuis 28 ans de très nombreux concerts, spectacles,  festivals, d’actions culturelles  sur la région depuis la création de l’association L’Art –scène en sept 1992. Tous ceux qui s’intéressent à la musique sous toutes ses formes, au Jazz, à la polyphonie et au chant choral sont cordialement invités à assister à l’assemblée générale, où seront présentés évidemment les bilans financiers et moraux pour l’année 2019, et où on pourra découvrirles projets, les réalisations en cours et à venir. Les associations sont l’expression d’un désir partagé, qui repose sur le bénévolat d’une équipe, par définition destinée à vieillir. L’équipe actuelle autour du président Christophe Lombard qui souhaite se retirer fatigue et ce sera l’occasion de tirer un petit bilan et de renouveler et rajeunir l’équipe. Un pot amical sera offert aux participants.

CL

 

ASSEMBLEE GENERALE DU GRILLON  SAMEDI 28 MARS : VENEZ NOMBREUX !

 Le 28 mars à 10H30 se tiendra l’assemblée générale annuelle de l’association Le Grillon. Au delà du rapport d’activité et du bilan financier, nous souhaitons cette année ouvrir cette assemblée au plus grand nombre, adhérents ou non. En effet 5 ans après le débat public qui avait permis la relance de notre petit journal, il est temps de faire un bilan partagé de ce qui a pu être réalisé. Et de relancer le débat sur la pertinence d’un journal local d’information, sur les attentes des lecteurs, sur les innovations à entreprendre. Il en va aussi de la pérennité de notre publication, l’équipe actuelle a besoin de sang neuf, d’idées nouvelles !  Vous qui lisez notre petit journal, vous qui l’appréciez ou le critiquez, venez partager un temps d’échanges ! Un pot amical clôturera cette rencontre.

Merci de signaler au journal votre présence (mail : grillon30460@gmail.comou tel 06 87 70 42 94)

FB

 

L’association Savoir et Faire propose depuis 15 ans l’apprentissage de la vannerie sous forme d’ateliers réguliers et de stages à thème. Ainsi, en février2010, Bernard Bertrand, éditeur pyrénéen du bien connu des vanniers «Lien Créatif», est venu à Lasalle pour former à la vannerie sauvage nombre de passionnés d’ici et d’ailleurs. Cette année, Véronique nous arrive de Savoie pour nous guider dans la fabrication d’un chapeau en jonc- qui sera surement très apprécié en été. Les 18 et 19 avril prochain, rejoignons-nous pour ce nouveau

défi lasallois. Contacter France au 06 81 39 94 28 pour toute précision et réservation (page internet : https://www.ledessusdupanier.fr/stages-formations

FT

 

FNACA LASALLE

 Des amis de Lasalle et environ, après avoir adhéré à Anduze de 1970 à 1979, se sont retrouvés. Le Comité Cantonal de Lasalle est né.

Au mois d’aout, Michel Sabourdy, rédacteur en chef de « l’ancien d’Algérie », étant au camping de la Pommeraie à Thoiras et Jack Roussel, bien connu de nous tous, ont eu l’idée de créer un comité à Lasalle déclaré au journal officiel le 14 novembre 1979.

Premier bureau :    Président : Guy Raymond

Vice-président et porte drapeau : Jean-Pierre Cerret

Secrétaire : François Blanc

Trésorier et porte drapeau : Claude Victor

Depuis, des années ont passées et nous avons vieilli. Au bout de quelques temps, le secrétaire a changé. Arrivé de Vauvert où il était gendarme, Henri Vollet a bien vouluremplacer le secrétaire pendant 25 ans. Aujourd’hui il est parti se rapprocher de sa fille à Cadours près de Toulouse.

 Le nouveau bureau aujourd’hui est : Président : Guy Raymond

Secrétaire : Jacques Claeyman

Trésorier : Jean-Charles Martin

Au cours des années, les activités ne manquent pas : repas, loto, gâteau des rois, voyages, cérémonies 8 mai, 11 novembre, 19 mars et toutes les sorties avec le « Maquis Aigoual Cévennes » dont le président est Robert Puech.

Tous les cinq ans, nous fêtons les anniversaires (20, 25,30 et 40 ans)

 la suite dans le Grillon papier de mars / avril 2020...

 

 

Guy Raymond

 

 

 

Amis de la bibliothèque

La double hélice – James D. Watson

 Il y a 66 ans, en 1953, était publiée la conclusion de recherches primordiales.«  L’Acide désoxyribonucléique, ou ADN, qui constitue les chromosomes, est le détenteur de l’information héréditaire. »Une avancée biologique spectaculaire due à la collaboration d’un jeune biologiste américain de 25 ans, James Watson et d’un cristallographe anglais de 33 ans, Francis Crick. 

 Ce livre passionnant est une réédition. James Watson nous livre un récit très personnel de cette aventure. Tel un roman parsemé de démonstrations scientifiques, il nous dit sa quête de laboratoires acceptant de l’accueillir, et ses difficultés à avancer dans sa recherche sur l’ADN.

Son texte est émaillé d’anecdotes :« Je m’aperçois soudain que je risquais d’avoir une veine

insensée. Maurice avait remarqué que ma sœur était très jolie et ils déjeunèrent ensemble […] Si ma sœur plaisait vraiment à Maurice, inévitablement je serais appelé à m’associer étroitement à ses travaux radiographiques sur l’ADN. »

Mais non, et Watson va de Londres à Copenhague, Stockholm, et Cambridge, le système de bourses l’obligeant à changer de laboratoire, selon le bon vouloir de l’administration américaine. Mais toujours cette obsession « Je n’arrivais pas à chasser de mon esprit cette clé possible du secret de la vie »

C’est à Cambridge qu’il rencontre Francis Crick. « Trouver dans le laboratoire de Max quelqu’un qui savait que l’ADN était plus important que les protéines était une chance insigne. »

Francis Crick à qui « rien d’important n’était étranger » était un chercheur remarquable par son immense vivacité de raisonnement, mais chacun redoutait sa voix tonitruante « Quand il riait, tout le monde au Cavendish pouvait le localiser ».

 Nous découvrons un monde très particulier qu’est celui des chercheurs de haut niveau, un monde où jalousies et ambitions personnelles peuvent entraver l’avancée des travaux, un monde misogyne laissant peu de place aux chercheuses.

James Watson et Francis Crick ont reçu le prix Nobel de médecine en 1962.

 Un livre à la portée de tous, esprits scientifiques ou pas.

Guillemette Chevallier

 

Gard Nature

 

Gard Nature est une association qui réunit des passionnés de nature animés par le désir de partager leurs découvertes, leurs observations ou leurs photos.

Les sorties, animées par les adhérents, nous font découvrir les richesses naturelles du département : coquillages au Grau-du-Roi, papillons dans les Cévennes, rapaces au bord du Gardon, orchidées (Durfort – St Martin de Corconac) http://gard-nature.com/sortie-decouverte-du-18-mai-a-durfort/

Gard Nature publie régulièrement divers ouvrages ou documents naturalistes : Oiseaux du Gard, Libellules de France, synthèses naturalistes (Les arbres remarquables du Gard... Oiseaux du Gard)

http://gard-nature.com/

MS

 

A.R.B.R.E.S.

 Le tome 5 des «Arbres remarquables du Gard» est téléchargeable gratuitement sur le site des Tétards arboricoles, aux adresses suivantes :

·      pour la première partie : http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/wp-content/uploads/Arbres-Remarquables-du-Gard-Yves-MaccagnoTome-5-1ère-partie.pdf

·      pour la deuxième partie : http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/wp-content/uploads/Arbres-Remarquables-du-Gard-Yves-Maccagno-Tome-5-2e-partie-l.pdf

 

Les tomes 3 et 4 restent téléchargeables aux adresses suivantes : 

http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/2018/01/30/livre-arbres-remarquables-du-gard-tome-iii/

http://lestetardsarboricoles.fr/wordpress/2018/06/28/livre-arbres-remarquables-du-gard-tome-iv/

 

Après 12 années d'inventaire où j'ai passé en revue plus de 17000 arbres isolés, parcouru 7000 km à pieds dans tous les coins reculés du Gard (y compris ravins, canyons, falaises, grottes et j'en passe), avoir publié les deux premiers tomes sous forme papier et les trois derniers sur Internet (soit plus de 900 pages), je change de méthode et dévoilerai mes découvertes ultérieures au jour le jour, toujours sur le site des Tétards Arboricoles.

Ce département est décidément inépuisable en matière de diversité des paysages et de richesse de ses patrimoines naturel et culturel. Si j'ai réussi à amener quelques personnes supplémentaires à admirer la beauté et la fragilité de nos compagnons feuillés, alors je n'aurai pas perdu mon temps.

 Créée en 1994, l'association A.R.B.R.E.S. (Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Études et Sauvegarde) a pour objectifs:

·      Être un lieu de rassemblement de tous ceux que les Arbres Remarquables intéressent.

·      Stimuler les recherches en profondeur tant biologiques qu'historiques ou folkloriques (légendes et traditions) sur ces témoins du passé.

·      Aider les initiatives d’inventaires locaux d'arbres remarquables, en faisant connaître les réalisations passées ou en cours.

·      Donner notre appui et notre aide à tous ceux qui souhaitent sauver un de ces arbres menacés soit par la maladie, soit par des aménagements préjudiciables.

·      Créer autour des Arbres Remarquables un label efficace pour les protéger.

·      Diffuser les connaissances de toutes sortes qui concernent ces arbres en organisant visites, séminaires, conférences, discussions, expositions, écrits.

L'association organise des sorties sur le terrain pour ses adhérents, celles-ci peuvent durer plusieurs jours et permettent la découverte des arbres remarquables de nos régions, à travers les traditions et l'histoire de leur commune.

L'association publie tous les trimestres "La Feuille d'arbres".

Une exposition itinérante "Tour de France des arbres remarquables" permet de mieux connaître ce patrimoine, parfois millénaire.

Yves Maccagno

https://www.arbres.org/

 

Téléthon

Cette année encore l'équipe du Téléthon a splendidement animé le week-end du 7-8 décembre, précédé – comme toujours – par une exigeante journée " oreillettes ", amoureusement fignolées, dans les règles de l'art, par des doigts experts... Sports, brocante, déguisements, concours de belote, jeux divers, vente de boudin et grand loto ont rempli ces journées d'appel à la générosité des Lasallois pour " innover pour guérir ". La recette annoncée atteint : xx xxx € !

MS

 

Rencontre paysans et vautours sans frontières, entre l’Algérie et les Cévennes

Goupil connexion (http://www.goupilconnexion.org) a invité Hafeda Benmammar Hasnaoui, ingénieure forestière, à rencontrer des citoyens et des bergers engagés pour la biodiversité en Cévennes. Chérif et Djahida Khentous (élevage ovin, maraîchage bio) et Lydie Morel (élevage caprin, fromage bio) nous ont accueillis à la ferme. Ces éleveurs participent au recyclage via des plateformes de soutien alimentaire, une action qui bénéficie plusieurs espèces, dont les vautours. En Europe il y a quatre espèces de vautours, tous sur la liste rouge UICN : percnoptères (http://rapaces.lpo.fr/vautour-percnoptere/presentation), fauves, moines et gypaètes. Un couple de percnoptères, espèce en danger, niche dans notre région. Hafeda est responsable du projet de conservation des vautours percnoptères au Parc national de Tlemcen (Algérie), site de nidification d’un couple de percnoptères. Son but : créer un réseau national et mettre en place un plan d’action pour renforcer l’écosystème recycleur autour des plateformes de soutien alimentaire. Suite aux échanges, l’idée d’embaucher un jeune en service civique (encadrés par Goupil en Algérie) se dessine avec l’objectif de : collecter des données sur le terrain ; développer le recyclage avec les paysans ; sensibiliser le public et soigner les animaux (projet de réintroduction d’Ibis chauve avec le Bioparc de Douée la Fontaine, France).

Isis Olivier et Marie-Pierre Puech (Goupil connexion)

Goupil organise des ateliers sur la biodiversité à Lasalle 

 Goupil connexion http://goupilconnexion.org/ a animé plusieurs ateliers à Lasalle avec le Centre de loisirs et l’École pour sensibiliser les enfants à la biodiversité. Les interventions pédagogiques ont permis aux enfants de mieux connaître les hérissons, les chouettes et les hiboux. Ils ont appris comment bien accueillir les hérissons, comment différencier les espèces de rapaces nocturnes, reconnaître leurs cris et identifier les pelotes de réjection. Avant tout ils ont appris l’importance de mieux protéger la faune sauvage, de plus en plus menacée par les actions directes et indirectes de l’homme. Au Centre de loisirs ils ont fabriqué des abris pour les chauves-souris, ces petits mangeurs de moustiques si utiles. La médiathèque intercommunale a présenté une exposition des dessins de hérissons et des slogans des enfants car ce petit mammifère est en danger. 

 En parallèle, il y a eu trois relâchés au village et dans les jardins familiaux. Les animaux qui ont retrouvé la liberté ont été soignés à l’Hôpital pour la faune sauvage : dix-sept hérissons, plusieurs tourterelles turques et pigeons, deux chouettes chevêches d’Athéna et trois chouettes hulottes, dont un couple trouvé coincé dans une cheminée à St Gilles (30), faute d’arbres pour nicher à la suite des incendies qui ont ravagé la forêt dans les alentours, victimes du changement climatique…

 Marie-Pierre Puech, vétérinaire et présidente de l’association Goupil, a insisté auprès des enfants sur l’importance de veiller sur ces espèces en danger. Le slogan du soir sorti de la bouche des enfants : Bannir la mort aux rats ! 

 Au bord de la Salendrinque, une soixantaine d’enfants et d’adultes sont venus assister au relâcher de ces anges de la nuit. Une occasion exceptionnelle, puisque les enfants ont pu voir les chouettes de près, même les toucher et sentir la douceur de leurs plumes… un moment inoubliable qui a fait des enfants présents des ambassadeurs de la biodiversité.

 

Union Départementale des Ainés et Retraités du Gard   (UDARG)

 L’objet de l’association est social, humanitaire auprès des personnes âgées

L’association agit selon trois axes :

1 - Rassembler et représenter au niveau départemental, Régional et National les clubs de retraités du Gard.

Dans ce cadre, 4 journées de rencontres amicales sont organisées chaque année. Cette année, Le club amitié Glycines de Lasalle a reçu les clubs le 3 octobre autour de randonnées. Nous étions 125 participants ce jour là aux Glycines. Trois balades ont été organisées (3 heures avec René Floutier, 2 heures avec Ghislaine Bonnaud et la découverte insolite de Lasalle avec Alain Robert.

Nous avons ensuite partagé l’apéritif traditionnel et un repas cévenol apprécié de tous, animé par une chanteuse. Journée très réussie avec en prime un très beau temps.

 2 – Organiser des séjours pour personnes à mobilité réduite dit « voyages des ainés accompagnés ». Une ou deux fois par an, l’association propose un séjour d’une semaine qui permet aux participants de sortir de leur isolement et de profiter d’un peu de vacances qu’ils ne pourraient pas avoir par ailleurs.

Une équipe de 15 bénévoles dont 3 infirmières et un médecin retraités accompagnent ces séjours. Nous sommes reconnus au niveau national pour cette activité qui a été lancée à Lasalle par le docteur Violette BRUNET et Aimé NICOLAS en 1986.  De ce fait, traditionnellement, Il y a toujours eu une forte participation des Lasallois y compris dans l’équipe de bénévoles (4 de Lasalle pendant des années). Il n’y a plus de bénévole sur Lasalle du fait de leur âge. C’est effectivement une semaine très fatigante pour les bénévoles qui doivent être disponibles jour et nuit pour encadrer les participants et pousser les fauteuils roulants.

Deux ou trois participants de Lasalle en profitent toujours chaque année.

 3 – Gérer des personnes protégées  en Curatelle ou Tutelle. Cette activité  est réglementée par les juges de tutelles de Nîmes et d’Alès. Deux salariées à Anduze assurent ce travail qui, au-delà de l’aspect gestion des comptes des protégés, demande beaucoup d’humanité pour l’accompagnement moral et social des personnes dans leur vie au quotidien.

  

Brigitte Martin

 

 

 

   USPOP -Brico-café

Cet atelier est mis en place par l'association USPOP, qui est basé à l'église vieille, à Lasalle.

Les "formateurs" sont des adhérents de l'association, qui ont soit des compétences de par leur métiers, soit sont autodidactes. Ce sont en tout cas tous des passionnés de bricolage ! Le but est d'arriver ensemble à réparer les objets cassés, ce n'est pas un service de réparation. Tout le monde met la main à la pâte, afin de comprendre comment faire la fois suivante.

Il est tout à fait possible à quelqu'un ayant des compétences de rejoindre l'équipe afin de faire partager son savoir et ses connaissances. Il suffit qu'il vienne nous rencontrer ! Nous recherchons d'ailleurs une personne qualifiée en petit électronique.

En aucun cas le café brico propose des formations longues durées.

Ouvert tous les premiers samedis du mois de 9h à 12h.

Renseignements : 06 02 06 81 99

Fanny Boix Sabata

... Vivalto-Music (Musique innovation Cévennes)

Il s’agit d’une démarche d’apprentissage et de pratique collective fondée sur l’Orchestre à l’Ecole avec pour particularité d’intégrer les nouveaux outils numériques. Approuvé par l’Education

Nationale et fortement soutenu par la DRAC, le projet s’adresse aux élèves de Lasalle, Les Plantiers, Notre Dame de la Rouvière, Soudorgues et Valleraugue. Les enfants bénéficieront à terme d’une séance hebdomadaire de pratique et de création musicale collective encadrée par un musicien professionnel, l’outil d’apprentissage informatique venant compléter les cours. Ceux qui ont choisi d’apprendre un instrument (clarinette, saxophone ou euphonium) constitueront l’Orchestre de l’école et accompagneront leurs copains dans des pièces avec chant et percussions corporelles. Les apprentis musiciens des 5 écoles seront réunis, hors temps scolaires, une fois par mois pour un travail « en grand orchestre » (une trentaine d’enfants) et sur deux stages de 4 jours sur des périodes de « petites vacances ». Un ou plusieurs temps forts de restitution en public sont prévus.

En 2017-2018 des contacts ont été pris avec les écoles, des questionnaires remis aux familles, des réunions avec parents et élus ont été organisés etc. Un concert au Temple de Lasalle a permis de présenter le projet, des instruments et l’outil informatique.

Pendant l''année 2019 la recherche de financements se poursuit et une intervention d’une demi- journée par trimestre est prévue dans les 5 écoles, avec un travail collectif autour du chant et des percussions corporelles. Le calendrier des interventions est le suivant :

• 10 décembre matin à Soudorgues et le 14 décembre après-midi à Lasalle.Le 08 février après-midi à Lasalle et le 18 février matin à Soudorgues

• 8 Avril matin à Soudorgues et le 12 Avril après-midi à Lasalle.

• 13 avril 2019 à Lasalle : journée de rassemblement des enfants des 5 écoles et restitution publique, accompagnée par le « Jeune orchestre à vent du Conservatoire de Nîmes ».

Renseignements : Association Viv’Alto, 06 76 21 32 20.

Marie-Hélène Bénéfice

Club Amitié Glycines

Les activités du club évoluent en 2019. De nouvelles propositions vous sont faites tout en maintenant toutes les activités régulières actuelles :

• - Mardi après midi 14h aux Glycines : pétanque, chorale, goûter et loto

• - Un mercredi sur deux à 20h30 aux Glycines : jeux de cartes et jeux de société.

• - Jeudi après midi : balades (circuit court et circuit plus long) – rendez-vous à 13h30 aux Glycines.

Plusieurs autres activités vous seront proposées les jeudis :

• - Balade découverte toute la journée une fois par mois.

• - Balades visite à thème (musée, site) tous les deux mois. Même principe d’organisation que les balades découverte avec covoiturage.

• - A partir du mois de Mars, possibilité de pétanque le jeudi après midi.

L’idée d’une petite promenade le matin dans Lasalle (1 h environ), histoire de se motiver mutuellement pour entretenir la forme, a été suggérée. Nous examinons actuellement la mise en place : quel jour, quelle heure ? Les personnes intéressées seront consultées. N’hésitez pas à vous faire connaître.

J-C Rousset

Contacts : Jean-Claude ROUSSET 06 81 84 21 53, Alain ROBERT 06 32 66 41 63, Huguette GRAILLON 06 84 01 11 21, Brigitte MARTIN 06 09 86 58 38

... Collectif La Filature du pont de fer

L’ancienne friche industrielle, la Filature du pont de fer, est devenue un lieu de bouillonnement artistique grâce aux initiatives locales. Aujourd’hui, l’utilisation de ce lieu culturel est gérée par la Régie de coordination. Depuis 2013, le collectif de la Filature du pont de fer œuvre à ses côtés pour améliorer l’offre culturelle, autant sur le plan artistique que sur le plan technique. C'est ainsi le projet de résidences d’artistes a vu le jour (voir Le Grillon mai/juin 2017). Le but : accueillir des artistes venus d’ailleurs. En 2017, les « résidences d’artistes » ont commencé avec la programmation de quatre projets par an. Une association locale assure l’accueil des artistes, la filature est mise à disposition et, dans la mesure du possible, la mairie propose un hébergement gratuit pour les artistes dans les gîtes municipaux.

• En 2017 ont été accueillis la Cie Facile d’Excès, la Cie Le Bastringue, la Cie La Marguerite, le chorégraphe Pedro Prazère,, Sophie Mangin : acrobates, clowns, danseurs, plasticiens et pratiquant des arts numériques.

• En 2018 : Pang Pung trio, quatuor Tchalik, Heather Matthex, Bernard Fléchier : musiciens, photographe, plasticiens, clown...

Le collectif demande aux artistes d’organiser en retour une action (gratuite) en faveur du public local (destinée aux enfants de l’Ecole Le Colombier, du Centre de loisirs ou ouverte à tous). L’action peut prendre différentes formes : présentation du travail effectué, exposition, spectacle en chantier, performance, concert, ateliers artistiques, répétitions ouvertes, etc. Nous avons accueilli des artistes venant d’aussi loin que le Portugal et l’Australie ! Ces résidences sont l’occasion d’échanger, de découvrir, de partager avec les artistes autour de leur travail. N’hésitez pas à consulter le site Internet de Lasalle, rubrique « Collectif du pont de fer » pour en savoir plus.

Isis Olivier, élue municipale

Marthe Omé, association Singulier/Plurielle

Odile Vecciani, régie de coordination

Rencontres judéo-chrétiennes : Que d’eau, que d’eau !!!

La première séance des rencontres judéo chrétiennes de Lasalle s’est tenue le dimanche 25 novembre dernier. Près d’une quarantaine de personnes de tous horizons y ont participé. Ce fut un premier échange très riche qui permit à chacun (e) de se familiariser avec l’approche de l’autre.

Autant dire que le thème : « le pire est-il évitable » n’a été qu’effleuré malgré les interventions très fournies des intervenants et du public. Il sera approfondi lors de la prochaine séance qui sera la 2ème du cycle envisagé. Celle-ci se tiendra le 6 janvier 2019 toujours au Foyer Protestant de Lasalle, toujours à 17h, toujours avec un repas partagé. Nous commencerons l’année avec la présentation de la famille Noé. Dans la famille Noé nous demanderons le père et les fils, tels qu’ils émergent dans le texte biblique. La femme (et mère) est plus discrète mais on pourra aussi se demander pourquoi.

Comme ils le feront tout au long de ce cycle de 6 séances, le Pasteur Pierre-Alain Jacquot et Gérard Feldman introduiront la réunion par un dialogue exprimant des points de vue chrétien et juif.

Les rencontres suivantes auront lieu les 17/02/19 - 31/03/19 - 12/05/19 et 23/06/19, même heure, même lieu. Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues.

Pour tout renseignement : P-A Jacot 06 45 88 08 23 – G. Feldman 06 45 66 90 77

Pour les rencontres judéo-chrétiennes de Lasalle

Gérard Feldman

Fruits oubliés : cépages autorisés en février ?

Ils sont encore officiellement interdits dans l’Union Européenne (règlement européen). Si une tolérance est observée pour un usage amateur, les professionnels ne peuvent pas planter ces cépages sans aller au devant de problèmes administratifs. Les treilles et vignes familiales, bien qu’encore nombreuses dans les campagnes, voient les anciens qui les entretiennent partir sans relève et avec eux les savoir-faire associés. Pourtant ils présentent :

– une bonne adaptation à certains terroirs et des besoins en traitements faibles à nuls.

– une excellente qualité gustative, avec une forte typicité des raisins et des produits alimentaires dérivés : jus, sorbets, confitures, et bien sûr vins.

Fruits Oubliés Réseau milite de longue date pour leur réhabilitation officielle. Les enjeux sont importants et concernent bien d’autres pays que la France : l’Autriche, l’Italie et la Roumanie sont déjà à nos côtés. Un projet de nouveau règlement européen est à l’étude, qui pourrait lever cette interdiction ubuesque ! C'est l'eurodéputé français Eric Andrieu qui a été nommé rapporteur du projet de nouveau règlement européen sur l'agriculture, dans lequel la question des espèces et variétés de vignes autorisées à la culture est précisée.

Le texte va très prochainement être débattu au sein du parlement européen, pour un vote final en février 2019.

Gérald Garcia

                         

 

 

Une journée de réflexion citoyenne en faveur de l’agriculture locale

Le 2 août dernier, des Thoirassiens désireux de soutenir les usages agricoles de leur territoire et deux associations citoyennes : le Collectif des Garrigues (cartographie participative), et Terre de Liens, dont l’objectif est d’enrayer le déclin des terres agricoles pour en préserver l’usage paysan, ont organisé une rencontre ouverte à tous les citoyens concernés par l’avenir des paysages agricoles de leur territoire. Une quinzaine de participants, venus du Gard (dont trois de Thoiras), de Lozère et de l’Hérault, ont bravé la canicule en parcourant des espaces intéressants des communes de Ste Croix de Caderle, St Bonnet, et Thoiras, effectuant relevés cartographiques et observations de terrain, munis de carnets de notes et GPS. Chacun était invité à réfléchir à la manière d’identifier des surfaces « potentiellement mobilisable pour un usage agricole », avant de poursuivre la réflexion collective l’après-midi à Lasalle autour de la question : « Comment chaque habitant, sans être expert agricole, peut participer activement au maintien de l’activité agricole sur son territoire ? ». Si cette première journée avait pour objectif de sensibiliser, un groupe de bénévoles se constitue sur Thoiras et ses alentours afin de poursuivre dans cette belle dynamique de veille active, pour mettre en relation opportunités foncières et besoins de paysans locaux sur nos communes.

Pour en savoir plus : vfc-thoiras@framalistes.org.

Caroline Bascoul, chargée de mission du Collectif des Garrigues,

Emeline Buron, chargé de projet de Terre de liens

 

 

 

Amis de la bibliothèque : Mrs Hemingway – Naomi Wood

 Naomi Wood nous trace un portrait caustique mais plein de tendresse d’Ernest Hemingway, vu par ses quatre épouses successives de 1926 à 1961, de Paris à la Havane, New-York, Chicago et l’Idaho. Quatre femmes touchantes qui ont passionnément aimé  Ernest Hemingway, ce séducteur ne pouvant vivre sans épouse, « L’homme de trop de femmes. » Quatre femmes ayant des regards différents sur cet homme qui trompait allègrement chacune d’elle et « buvait comme un trou » mais toujours dominé par son amour de l’écriture.

 Hadley, la musicienne, tendre et réservée, l’épouse des débuts difficiles à qui Ernest a tout appris.

« Si à l’issue des cent jours [de séparation], tu veux toujours être avec elle, je te donnerai ma bénédiction. Je t’accorderai le divorce. »

Fifi la riche mondaine ambitieuse et effrontée qui s’était immiscée dans le couple d’Ernest et Hadley. « Dans la salle de bains à l’étage, son visage s’éparpille dans les miroirs. Elle a l’air d’une enfant dont l’image dans l’image est reproduite à l’infini. Un nombre infini de femmes trompées la regardent de leurs yeux noirs et tristes.»

Martha l’intrépide, brillante et célèbre journaliste. La seule qui l’ait quitté. Ernest lui avait confessé : «  Marty, j’ai peur […] des femmes et des mots.» Hemingway redoutait la solitude et « le caractère brutal de sa tristesse. »

 Mary Welsh, la journaliste anglaise très dévouée, a été la dernière à l’épouser malgré les alertes de son entourage « contre toute forme d’alliance. Il est atteint d’une courte durée d’attention. » Mary qui malgré son amour ne pourra le sauver du suicide.

 Un roman très documenté. Un roman vivant, et dynamique. Des allers-retours de dates et de lieux incessants ménageant la curiosité.

 « Ernest Hemingway est le représentant le plus typique de ce qu’on a appelé « la génération perdue », une génération jetée dans la Première Guerre mondiale. Les œuvres des écrivains américains de cette génération ont donc remis en question toutes les valeurs morales et les vertus traditionnelles et exprimé avant tout un grand désarroi et un immense désenchantement.» (Encyclopédie Universalis)

 Naomi Wood, née en 1983, est américaine et vit à Londres.

 Guillemette Chevallier

  

 Association Asart : atelier instrumental

 Il est destiné aux adultes qui pratiquent un instrument depuis quelques années (deux ou trois ans). Cela fait un an que l'atelier existe au Pont des arts. Sont déjà là un accordéon diatonique, deux violons, un cajon, une flûte traversière. Nous avons un répertoire d'environ 1h et nous avons joué quelques fois en public. J'écris des arrangements en fonction des possibilités de chaque musicien, ce qui permet à chacun, quel que soit son niveau musical, de s'exprimer. Le répertoire est puisé dans la musique traditionnelle avec une tendance marquée pour les rythmes impairs qui viennent des Balkans. Il y a aussi des chansons, des valses...

Nous répétons tous les jeudis de 19h30 à 21h30

Tarifs: 60€/trim et 10€ d'adhésion annuelle

 Françoise Malaizé

04 66 85 48 33 / 06 78 51 00 79

 

 Faites Z' ensemble

 Dimanche 7 Octobre, ils et elles étaient une centaine à participer à cette fête, ensemble pour  partager  un repas, faire connaissance, créer des liens, s'apprécier autour de divers ateliers: Peinture collective, roda de capoeira, camion cinéma d'Estelle,  fresque photo d'Esther , initiation aux steel  drums de Françoise, Nans le porteur de paroles "ce que j'aime dans mon village"; la programmation est spontanée, légère; ça se déroule tout seul.

Parce que, à la fin de l'hiver,  les réunions et ateliers du "Vivre Ensemble" ont tourné court, deux lasalloises Adi, notre crieuse, et Florence Poilblan ont lancé l'idée de prolonger  en rassemblant les gens autour d'une fête "Faire Ensemble". Les premières réunions en mai et puis une fois par mois ont rassemblé des bénévoles; ils ont communiqué via les nombreuses associations du village pour atteindre le plus grand nombre sans pour autant organiser un forum des associations.

"Si la sauce prend, on remet le couvert au gré des saisons" disait le flyer.

On a pu le vivre, la sauce a bien pris, c'était une belle réussite autour de musiques, jeux, paroles et rencontres dans la diversité.

Ph Marteau

 

  6ème édition de la Fête de l’Alto !

Selon les médias, cette manifestation du mois d'août est devenue « L’incontournable festival en Cévennes en matière de musique classique ». Nous en sommes fiers et plein d’allant car c’est parti pour la prochaine éd. 2019 !

 

C’est d’abord autour de l’alto que se construit le festival. Rappelons que cet instrument fut souvent dans l’ombre du violon qui récolte les honneurs de ses virtuoses. Mais la rivalité entre violonistes et altistes n’est pas ici de mise. La programmation de Pierre-Henri Xuereb met en valeur la richesse de l’alto au côté des autres instruments de l’orchestre. Cette année, les violons ont été présents avec deux violonistes de renommée internationale, Yibin Li et Christophe Giovaninettti qui ont donné des classes de maître. Ils nous ont permis d’entendre La Sonate pour deux violons op.56 de Prokofiev et le Quatuor à cordes en Fa majeur Op.35 de Ravel, œuvres de grandes difficultés.

Les classes de maitres ont été bien suivies : pour l’alto sous la conduite de Pierre-Henri Xuereb ou de Su Zhen qui revient fidèlement depuis trois ans à Lasalle ! Pour le violoncelle, Emmanuelle Bertrand et Philippe Muller et Grégory Daltin pour d’accordéon.

Le Festival s’est exporté à Valleraugue, à Seynes et à Uzès avec respectivement les partenariats de Canto Organo, de la mairie et de l’Office de la Culture.  Il reste à annoncer la prochaine manifestation d’importance : le 2 décembre à Lasalle, le tout nouvel ensemble à cordes « Primrose » donnera un concert.  L’originalité de cet ensemble de 11 musiciens repose sur les 6 altos, cœur de ce dispositif aux sonorités riches et variées inspiré de l’orchestre des 24 violons du Roi (1577-1761). Le film « De mémoire de violon » diffusé durant la semaine de l’Alto témoignait de ce regain d’intérêt que nous serons heureux de partager.

 

Marie-Hélène Bénéfice

 

                                                   +  +  +  +  +  +  +  +  +  +

 

L'Îlot, un « tiers lieu » en Cévennes

Nous avons ouvert l'Îlot au 6 rue Pasteur à St Hippolyte du fort pour « Faire vivre un espace chaleureux, accueillant, ouvert à tous(tes) pour favoriser les liens entre personnes, projets et activités sur le territoire du Piémont Cévenol. »

Espaces partagés et collaboratifs, les « tiers lieux » désignent des lieux de sociabilité́, de médiation, d'innovation et de créativité́ sociale. Ils permettent aux personnes de trouver une solution alternative aux fonctionnements traditionnels, de croiser des mondes qui ne se seraient pas rencontrés par ailleurs, de favoriser des échanges grâce aux animations et événements mis en place. Ils peuvent prendre la forme d’espaces de travail partagés (coworking), d'ateliers partagés artisanaux ou artistiques ou encore accueillir des services hybrides sous la forme de salles de réunions, de jardins et boutiques, cafés, épiceries, ressourceries, espaces de médiation culturelle, etc.

L'Îlot est un lieu de coworking depuis ses débuts. Les différents professionnels qui s'y  retrouvent travaillent sur ordinateur dans des domaines aussi variés que les jeux vidéo, la maintenance de sites web, les projets associatifs ou artistiques. C’est faire le choix de l’indépendance et de la liberté. Indépendants, free-lance et entrepreneurs se heurtent en effet bien souvent au problème de la solitude et de l’isolement social.

A l'îlot nous ouvrons le Café Pop' tous les vendredis soirs. C'est un lieu de rencontre et de partage proposé aux habitants et aux utilisateurs du Tiers Lieu. Il se propose d'être un carrefour social dans la cité. Il est animé́ d'une volonté de mixité des populations, des cultures et des générations  Pour réaliser une nouvelle étape, nous sommes aujourd'hui à la recherche d'un local. Grand. Voire très grand.

Le 8 septembre l'Îlot organise une grande fête des producteurs locaux au Mas Lafont (Cros). Entrée libre.

Le collège de l'association : Clémentine, Didier, Laurent, Dion, Nicolas, Fabien, Stéphanie et Marie.

unautrelieu@gmail.com

 

 Amis de la bibliothèque : « L’ordre du jour » d'Éric Vuillard

Ce court roman historique d’Éric Vuillard, prix Goncourt 2017, nous relate les mois et années précédant l’entrée de la Wehrmacht en Autriche, marquant le début de la deuxième guerre mondiale. Un livre retraçant les compromissions et les lâchetés qu’ont su susciter et exploiter les nazis pour envahir l’Europe.

Dès 1933, des chefs de grandes entreprises étaient convoqués pour financer les projets du nouveau chancelier allemand : Adolf Hitler.

« Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine […] Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président. »

Le 11 mars 1936, après une longue journée le vieux président autrichien obtempère aux exigences d’Hitler : « Enfin, au bout d’un long couloir de discussions, haussant ses lourdes épaules, fatigué, dégouté sans doute, le vieux Miklas, vers minuit […] à contrecœur, finit par nommer le nazi Seyss-Inquart chancelier d’Autriche. Les plus grandes catastrophes s’annoncent souvent à petits pas. »

Un livre enrichissant et agréable à lire. Un rappel inédit, parfois plein d’humour et d’ironie, mais aussi effarant, de l’ascension du nazisme. « C’est au fond une opération totalement improvisée que l’Anschluss, c’est un coup de bluff qui fait que l’Allemagne s’empare de l’Autriche » commente Éric Vuillard

Éric Vuillard, né en 1968 à Lyon, est écrivain et cinéaste.

Guillemette Chevallier

 

 Médiathèque animée à Lasalle

 A la médiathèque de Lasalle, soufflent depuis début 2018 des vents venus de tous horizons. Ainsi y a-t-on commémoré Mai 68, avec un bref exposé replaçant les événements dans leur contexte historique, de nombreux échanges entre acteurs directs et indirects, concours de lancer de pavés, chansons de l’époque entonnées par deux hippies-féministes, murs couverts de reproductions d’affiches – peintes pour l’occasion -  et de slogans – ceux qui avaient fleuri à l’époque et leurs cousins, créés lors d’un atelier d’écriture - sans oublier l’attirail du manifestant averti. Bref, une effervescence fort sympathique et propice à la convivialité.

Autre vent venu souffler à la médiathèque, celui de Frank Pavloff, qui nous a fait pénétrer dans son univers d’écrivain lors de chaleureux échanges, notamment autour de « Matin brun » (1998), son bref récit devenu – à la surprise de sa petite maison d’édition du Cheyne - succès  international, et de l’un de ses derniers romans, « La nuit des enfants qui dansent » (voir le grillon de mars 2018). Souvent inspirés de ses voyages, ses romans sont de véritables voyages dans l’écriture.

Plus tard dans le mois de juin, nos oreilles se sont emplies de sonorités yiddish, avec le concours de Gérard Feldman et de la conteuse, Solène Rasera, qui après nous avoir emmenés vers l’Iran en début d’année, nous a transportés vers Chelm et ses personnages.

Toutes ces animations sont soigneusement préparées dans les coulisses de la médiathèque par William Gosselin et les Amis de la Bibliothèque de Lasalle, dans un souci d’ouverture aux cultures et courants d’ici et d’ailleurs. Et le calendrier des mois à venir (deux animations par mois) est déjà bien rempli…

Marianne Ginsbourger

 

 Club Cévenol, climat et biodiversité

La Commission d'Action est une des structures ouvertes à tous les adhérents du Club qui le souhaitent pour approfondir un sujet d'actualité. La dernière Commission était organisée le 24 juin dernier à l'Observatoire du Mont Aigoual, sur le thème du réchauffement climatique et de la biodiversité, et a rassemblé plus d'une centaine de participants. Les intervenants, Eric Dion, météorologue, et Rémy Noel, ancien agent du Parc des Cévennes, ont fait un point très précis de la situation dans ces domaines.

En matière de biodiversité la disparition des espèces est mille fois supérieure à la normale, et nous vivons la sixième grande vague d'extinction que la planète ait connu. La dernière a eu lieu il y a 55 millions d'années et il a fallu 200 000 ans pour s'en remettre.

Les causes de cette dégradation sont connues : recul des milieux naturels (urbanisation…), surexploitation des ressources (pêche…), développement des espèces envahissantes (Séneçon du Cap, Jussie…), pollutions et changement climatique.

la suite dans le Grillon papier de septembre /octobre 2018...

Alain Chevallier, président de la section de Lasalle du Club cévenol

 

 Echo des arts à Monoblet

Rappel du programme d'automne :

Jeudi 13 septembre à 20h30  Guantanamour de Gérard GELAS, un G.I. et un prisonnier, deux intégristes à leur manière par la troupe Al Dente: Alain Duval et Ronald Leclercq. Mise en scène: Alain Duval. Régie son et lumière : Eric Pottier

Samedi 29 septembre à 20h  Le « Mariage secret », Opéra-Bouffe en 2 actes de Cimarosa par les élèves chanteurs de l'école « Chant dans les vignes » sous la direction artistique de Joëlle Chaine (avec plusieurs chanteuses de Lasalle, Valestalières etc.).

Vendredi 12 octobre à 20h30 Antoine Paul – Premier violon, Marie Lestrelin – Second violon, Marie Walter – Alto, Pierre Poro – Violoncelle, dans un répertoire de musique de chambre

Jeudi 25 octobre à 20h30  La chanteuse et comédienne, Livane, nous propose « Piaf, Fréhel, Damia et moi ». Seule en scène, elle revisite l’univers de ces trois chanteuses populaires déclinant l’amour, la passion, la trahison, la décadence...

Jean-Louis Janssens

 

  Vélo-club : un 14 juillet placé sous le signe du sport

Pour la deuxième année consécutive, la traditionnelle randonnée cycliste organisée par le vélo-club lasallois s’est transformée en « Fête du sport » : un franc succès pour cette édition 2018 qui a réuni 120 participants, venus de loin pour certains (l’un d’eux en provenance de Millau !). Deux parcours étaient proposés aux cyclotouristes, l’un, plus facile, de 40 km, l’autre, difficile, de 80 km avec notamment la montée de l’Eglise de Cros vers Saint Romain de Codières et celle du Col du Lac vers Cézas. Deux circuits étaient  aussi organisés à l’attention des « VTTistes », de 20 et 40 km, le second étant destiné aux sportifs les plus entrainés. Les adeptes du VTT sont d’ailleurs de plus en plus nombreux chaque année, avec, aussi, une participation féminine croissante. Les enfants ont de leur côté pu s’entraîner sur une piste de BMX tracée sur la place. Les marcheurs n’étaient pas oubliés avec une randonnée pédestre autour de Lasalle. Après un repas servi sous les halles, le tournoi de pétanque a rassemblé de très nombreux participants. Une belle journée suivie, en soirée, par le traditionnel feu d’artifice, puis achevée, comme chaque année, par le bal organisé sur la place.

Alain Thomas

 

 Club Amitiés Glycines

Le Club Amitiés Glycines a renouvelé son conseil d'administration (cf. le journal « Trait d'Union »). L’objectif du club est de poursuivre les activités existantes du mardi (jeux divers, pétanque, chorale, goûter et loto), du mercredi soir (jeux de cartes et autres) et du jeudi après-midi (les balades) et d’en créer de nouvelles notamment des journées ou soirées à thème, voyage d’une ou plusieurs journées comme celui prévu en Espagne quatre jours en novembre. Ont été déjà réalisées une journée sur Narbonne, une journée repas grillades, une journée moules frites, une journée aligot, une journée couscous et une soirée soupe à l’oignon sans oublier la journée détente et conviviale du 7 août (balades, pétanque, belote, loto, méchoui en soirée).

Nous poursuivons la diffusion du « Trait d’union » quatre à cinq fois par an à nos 166 adhérents. Nous avons créé un bulletin semestriel (en juin et décembre) qui se trouve chez les deux boulangers et chez Utile. En interne, nous avons créé un bulletin d’activités avec la participation à chaque activité.

Si vous avez 55 ans et plus, c’est facile, venez deux ou trois fois aux activités qui sont susceptibles de vous intéresser et si votre intérêt se confirme, vous règlerez une cotisation annuelle de 18 € qui vous permettra de participer à toutes les activités et voyages organisés par le club à un tarif préférentiel.

 Jean-Claude ROUSSET, président

 

  Terre des Enfants

Voici quelques nouvelles du groupe « Terre des Enfants » de Lasalle. Installé depuis quelques mois au parc des Glycines, quelques habitués du lundi, qui passaient à la boutique, ont mis un peu de temps pour s’habituer au changement de lieu.

Mieux adapté, ce local est plus grand, mieux disposé pour les vêtements, bibelots, vaisselle, chaussures, bijoux et livres, DVD…. Plus facilement accessible en voiture, il nous est aussi plus facile d’exposer à l’extérieur quand le temps le permet. Il commence quand même à être un peu « saturé ». Vous avez dû vous en rendre compte. Nous sommes encore là pour quelques mois de plus, en principe plus d’un an. Si des propositions de nouveau local nous parviennent, nous sommes preneurs.
Nous aurions besoin de renouvellement au niveau des bénévoles, en tout cas de quelques personnes de plus pour étoffer l’équipe. Nicole, puis Marie-Claude nous ont rejoints après le départ de Martine et Josée. Des bénévoles, des bénévoles, comme dans beaucoup d’associations. Venez nous rejoindre…
La situation au Burkina nous préoccupe, avec l’insécurité due à « l’ambiance » armée du Mali, trop proche. Difficile de se rendre là-bas et s’assurer que tout se passe bien. Les projets sont donc revus à la baisse : maintien des parrainages et accompagnement de quelques familles.

 

 

 

                                                          +  +  +  +  +  +  +  +  +

 

  

 Viv'Alto : Fête de l'alto du 20 au 25 août 2018

« Georges Enesco disait : il faut jouer du violon comme de l'alto »

(Ivry Gitlis) 
Après l'Académie de printemps d'avril, Viv'Alto et la Fête de l'alto marquent un point décisif : Ivry Gitlis sera le parrain de la saison 2018 !

Comme chaque année, de grandes têtes d'affiche joueront à Lasalle : Emmanuelle Bertrand et Philippe Muller, références françaises en terme de violoncelle et le duo flamenco Grégory Daltin et Kiko Ruiz. En outre une nouvelle rencontre de luthiers (24 et 25 août) se déroulera avec le film « De mémoire de violon » et les essais d’instruments en public …

Sous la direction artistique de Pierre-Henri Xuereb :

- Huit classes de maîtres ouvertes au public (alto, accordéon, guitare flamenca, violon, violoncelle, composition)

- Sept concerts dont quatre à Lasalle (20 h 30 sauf le concert de clôture à 17 h le samedi) :

              Lundi 20 août à l'église : A. Dvorak, F. Bridge, C. Stamitz, J.S.Bach avec Christophe Giovaninetti au violon, Su Zhen et Pierre-Henri Xuereb à l’alto, et Emmanuelle Bertrand au violoncelle ;

              Mardi 21 août à la Filature du pont de fer : Grégory Daltin à l’accordéon et Kiko Ruiz à la guitare flamenca ;

              Jeudi 23 août à la Filature du pont de fer : J.S. Bach, D. Milhaud, B. Bartok, Offenbach avec Pierre-Henri Xuereb à l’alto et à la viole d’amour, Grégory Daltin à l’accordéon et Philippe Muller au violoncelle, les  stagiaires de la classe de Composition de Luca Antignani ;

              Samedi 25 août au temple : Hummel, W.A. Mozart , B. Bartok, avec Christophe Giovaninetti et Yibin Li au violon, Su Zhen et Pierre-Henri Xuereb à l’alto et à la viole d’amour, Philippe Muller au violoncelle, Grégory Daltin à l’accordéon et Kiko Ruiz à la guitare flamenca.

Toute l'équipe vous attend ! 

M-H Bénéfice (06 76 21 32 20)

 

 Nouveau comité des fêtes et festivités estivales à Lasalle

 

C’est à la toute fin de l’année dernière que s’est mis en place le nouveau comité des fêtes de Lasalle.  Une étape importante car il ne faut pas oublier qu’avant de faire la fête, il faut la préparer ! Et c’est toujours beaucoup d’énergie, de contacts, de décisions à mettre en œuvre dans un total bénévolat avec un timing souvent serré. Composé d’une trentaine de jeunes encadrés par un bureau de huit membres présidé par Stéphane Duval, le comité s’est immédiatement attelé à la tâche pour nous offrir de bons moments.  Ainsi a-t-on pu profiter dès le mois de juin sur la place, d’une diffusion sur écran géant du premier week-end de la coupe du monde de football.  Et pour cet été trois temps forts nous attendent : d’abord, pour la fête du samedi 14 juillet et en partenariat avec le vélo-club Lasallois, l’organisation de rando vélo et marche à pied qui démarrent dès le matin, suivies d’un apéritif puis concours de pétanque dans l’après-midi. Et le soir buvette et restauration rapide puis feu d’artifice au stade et grand bal dansant sur la place. Ensuite la fête de Calviac, qui se tiendra le samedi 4 août avec là encore concours de pétanque, repas assis sur réservation et bal. Enfin la traditionnelle fête du 15 août qui démarrera en fait le vendredi 10 et s’étalera jusqu’au mercredi 15 avec force buvettes, restauration et bals avec orchestres ou DJ. Merci au nouveau comité pour cet investissement au service de la fête, dont nous avons aussi besoin ! Et souhaitons plein succès à ces moments de joie partagée.

Fréderic Bourguet  

 

 EPI

 

L’Association Protestante d’Assistance dite " EPI "  de Lasalle
est gérée par des bénévoles. Elle œuvre à Lasalle et dans les environs pour une entraide solidaire. Une brocante est ouverte tous les lundis de 10 h à 12 h et tous les jeudis de 15 h à 17 h au 116 rue de la Gravière – Lasalle. Une braderie est ouverte tous les lundis de 10 h à 11 h 30 à côté́ du temple.

Vous y serez accueillis et vous pourrez trouver des vêtements, des objets et des petits meubles à des prix modiques.
L’argent récolté́ permet ensuite de soutenir ponctuellement (en lien avec le service social) des personnes qui nous sollicitent.

Nous gérons aussi la laverie au 36 rue de la Place. Pour que ces lieux soient approvisionnés, n’hésitez pas à venir déposer vos dons. Nous récupérons aussi les appareils ménagers, HIFI en état de marche et les meubles plus volumineux, lits en état correct.

Nous vous remercions à l’avance de votre collaboration et de votre participation.

Dorothé Espaze

Tel 06 31 40 36 82 – 06 79 97 44 72 – 06 72 28 12 18

 

 Club Amitiés Glycines

 

Jean-Claude Rousset, nouveau président du Club, a rappelé, au cours de la dernière assemblée générale, que vingt-six nouveaux adhérents ont rejoint le club grâce aux nouvelles activités proposées : pétanque le mardi, balades le jeudi et jeux de société́ le mercredi soir. Il s’agit de balades adaptées aux personnes     « âgées » et chaque semaine deux sous-groupes sont formés (2 heures maxi pour les uns et 3 heures pour les plus vaillants). Il a remercié les membres du CA qui ont contribué́ à son bon fonctionnement, notamment le président sortant Guy Raymond, Jean-Claude Rousset, force de propositions, Brigitte Martin pour la trésorerie et Huguette Graillon pour l’intendance.

Pour l'été sont prévus :

              Dimanche 1er juillet 2018 à Ste Croix de Caderle : la chorale du club donne un concert à 17 heures à la chapelle. Ouvert à tous.

              Mardi 7 août 2018 dans le parc des Glycines : journée de fête avec balades (une courte et une plus longue), concours de boules, restauration rapide, jeux de cartes, loto, apéritif et méchoui en soirée.

Brigitte Martin

 

 

 Une nouvelle association à Lasalle : Terre commune

Déclarée le 20 septembre 2017 en préfecture, elle a pour objet de : favoriser l'obtention d'espaces d'habitation, de travail et de loisir pour les personnes « physiques » ou « morales » : maisons, appartements, immeubles, terrains à bâtir, cabanes, ruines, locaux commerciaux, locaux publics, terres agricoles, etc. L'association cherche à obtenir et utiliser ces espaces par l'achat, la location, le prêt, le don, la concession, etc.... Elle œuvre à la construction, la rénovation et l'entretien de tous types de bâtis dans une perspective écologique : architecture, maçonnerie, électricité, plomberie, chauffage, isolation, toiture, peinture, enduit, etc..... De la même manière elle œuvre à l'entretien des terres « abandonnées » et à leur « remise en culture ».

L'idée est de permettre à celles et ceux qui le souhaitent et qui en ont besoin d'améliorer leurs conditions de logement (pour habiter ou travailler) ou de bénéficier de parcelles de terre pour les jardins et les cultures.

Romuald Raveau, président

Elodie Fournioux, secrétaire et trésorière

terre-commune@riseup.net – 07 69 39 49 06

 

 Amis de la bibliothèque

Les huit montagnes – Paolo Cognetti (roman)

 

Ce livre est un véritable hymne à l’amitié et à la montagne. « Viens j’ai un truc à te montrer » disait Bruno le petit vacher de Grana dans le Val d’Aoste en Italie. Que d’expériences pour Pietro, petit citadin des années 1980 ! Ensemble ils ont exploré et apprivoisé ces montagnes, faisant naître une solide amitié entre eux. Le père de Pietro, taiseux et dur, lui enseigne, plus particulièrement, les rudiments nécessaires à la vie de la montagne, au cours d’expéditions pendant lesquelles il découvre moult pics et glaciers magiques … jusqu’au jour où le jeune garçon a le courage de lui dire « J’en ai pas envie, je reste ici. » Vingt ans après, Pietro revient dans ses montagnes pour tenter de renouer avec son passé et son ami et frère de montagne Bruno.

« Ce qui est beau avec les lacs alpins, c’est que l’on ne s’attend jamais à les trouver si on ne sait pas qu’ils sont là […] on dépasse la berge et là, sous les yeux, c’est un paysage nouveau qui s’ouvre. »

Un magnifique roman intime, empli de poésie, célébrant, l’amitié et la transmission sans omettre les traditions montagnardes et de magnifiques descriptions de paysages…le tout avec une pointe de philosophie. « Il faut faire ce que la vie t’a appris à faire […] Moi, je sais vivre en montagne […] C’est pas rien quand même, non ? Eh bien il m’a fallu attendre quarante ans avant de comprendre que ça n’était pas donné à tout le monde. »

Paolo Cognetti est un écrivain italien né en 1978. Auteur de documentaires, il a écrit des livres sur l’Amérique et la montagne dont il est féru. Son premier roman « Les huit montagnes » a reçu le prix Médicis étranger en 2017

 

Guillemette Chevallier

 

 Société d’Histoire du Protestantisme de Nîmes et du Gard : " Le Jeu du jour et de la nuit "

 « C’est l’histoire d’un temps où le temps va trop vite où il faut aux plus jeunes envisager l’épreuve en hommes accomplis. » (C. Leroy).

Dimanche 19 août à 20h spectacle théâtral au temple de Lasalle sur une idée originale de Jacques Monteil et Serge Rigal. En juin 1944, le jour où Lasalle a failli être rasée, entre otages et SS se dresse un homme hors du commun… »

Evocation d’un épisode de la vie du jeune Pierre Séguy (1921-1990), de son vrai nom : Herbert Steinschneider, résistant juif autrichien, étudiant en 1943 à la Faculté protestante de théologie à Montpellier, et pasteur suppléant à Lasalle. La famille Steinschneider est issue de la bourgeoisie viennoise, dont les membres se sont convertis au protestantisme pour échapper à l’antisémitisme. Elle est apparentée au philosophe allemand Edmund Husserl et à l’explorateur Paul-Émile Victor.

Le parcours d’une personnalité hors du commun.

Texte de Claude Leroy – Musique Michel Pagès – Récitant Michel Proc - Mise en scène : Josiane Fritz-Pantel

Libre participation aux frais

J. Monteil

 

 

 

 Champ/Contrechamp : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

 

C'était la question posée à l’occasion du Festival international du film documentaire de Lasalle qui s’est déroulé du 9 au 12 mai. Ce fut cette fois encore une belle tranche de vie dans le village, l’occasion de mêler villageois, festivaliers et invités.

L’excellente programmation a attiré plus de spectateurs encore que l’année précédente, 52 films ont été projetés, riches en émotions, mettant en scène des individus combattifs. Un hommage particulier fut notamment rendu à la réalisatrice Michka Saäl décédée en 2017. Les invités, hébergés comme chaque année chez l’habitant, étaient présents pour animer les débats et répondre aux questions.

La météo a perturbé l’installation et la désinstallation mais elle a joué le jeu jusqu’au samedi, permettant aux festivaliers de se régaler sur la place du village où étaient installées les échoppes locales de restauration.

C’est Marie-Jo Fuster et ses éclaireurs qui assuraient avec succès et générosité l’intendance des bénévoles qui, sous la supervision du très dynamique Philippe Alverde, assuraient la logistique du festival. Le nouveau comité des fêtes gérait le bar sous les halles.

Une énergie exceptionnelle s’est dégagée pendant ces quatre jours fondée sur l’émotion, la réflexion, la remise en cause, la solidarité ! Bravo à l’Association Champ-Contrechamp qui malgré certaines subventions en baisse n’abandonne pas et a trouvé de généreux mécènes qui, comme nous, désirent pérenniser cet évènement Lasallois.

Michèle Moens

 

 Echo des Arts (Monoblet) : programme d'été dans la salle culturelle

 

Jeudi 5 juillet 21h – Posologies, 21 chansons malicieusement mises en scène par les Sœurs Antienne, Carole Rocalba et Sylvia Bottiau

Du samedi 28 juillet au samedi 4 août (15h – 19 h) – Atelier de patchworks par l'Ecole buissonnière

Jeudi 19 juillet 21h – Flamenco - La Madrugada, une compagnie de Flamenco traditionnel, avec Antonio Chiquero (guitare) et Juana Rodriguez (danse)

Jeudi 02 août 21h - Jazz - "Beatles in Jazz" par le duo Frédéric Monzo (piano) et Gérard Couderc (saxo et flûte)

Lundi 20 août 21 h - Musique classique - Concert d'ouverture du stage musical "Les Cévennes en musique" par les professeurs: Nicolas Vallette (Flûte), Byron Wallis (violon), Agnès Bonjean (piano), Irène Assayag (clavecin) et Grégoire Catelin (violoncelle)

Samedi 18 août 21h - Musique classique - Concert de clôture du stage musical par les professeurs et les stagiaires

Bienvenue à tous.

Jean Louis Janssen

 

 

 

« Chanter la vie ! »

L’intérêt et le goût pour les chants dits traditionnels ou populaires a toujours été plus ou moins présent selon les époques. Si l’humain chante seul ou en groupe depuis la nuit des temps, c’est bien qu’il y trouve un sens. Découvrir, écouter et chanter ces répertoires est, à mon sens, une porte ouverte sur la vie. La pratique de la polyphonie permet, entre autres, à un groupe d’êtres humains de mêler sa voix avec celles des autres afin d’élaborer un projet et donc de se fédérer. Ce projet polyphonique est possiblement aussi un lieu pour raconter des histoires, exprimer autrement ses peines, ses colères, ses amours et ses joies. C’est un espace où l’écoute est la pièce maîtresse de la construction musicale à naître. C’est l’occasion de découvrir cet instrument fascinant qu’est la voix humaine et donc son corps. Ces chants riches d’un point vue musicologique, social et culturel, donnent la possibilité de voyager dans l’espace et dans le temps. C’est dans cet esprit que les ateliers de chant traditionnel à cappella ont été mis en place à l’association Lo Quinquet, école de musique de Monoblet, depuis 2012. Chanter est accessible à tous et reste un outil sensible pour partager et cultiver sa curiosité et ses connaissances.

Cécilia Simonet 

Le samedi 5 mai 2018 à 20h est prévu un double concert de musique traditionnelle à l’église de Soudorgues avec De Lutzia Sonorum formé par Aurore Delighazarian, Cécilia Simonet et Virginie Ardaen. Les trois chanteuses riches de leurs expériences musicales travaillent sur un répertoire de polyphonies traditionnelles à cappella. Baignées dans une écoute attentive, avec leurs voix comme outils, le trio invite à un voyage autour de chants de l'espace occitan avec des escapades du pays Basque à la Corse. En deuxième partie de soirée, le duo Violoneuses avec Mana Serrano et Perrine Bourel. Ces deux joueuses de violons timbrés, puisent dans les paysages musicaux archaïques des Alpes du sud et du Massif Central. Elles fabriquent une matière brute et poétique entre musique traditionnelle et expérimentale. La soirée est proposée par la compagnie de la Marguerite. Entrée 15€ et 10€ tarif réduit. Réservation 06.01.74.87.83

Aurore Delighazarian

 

 

 

 

 17e Festival documentaire (9 au 12 mai 2018) de Lasalle

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » (Aragon.)

Le Festival documentaire se tient depuis 17 ans à Lasalle, toujours à l’Ascension. Elévation spirituelle oblige. C’est un rendez-vous incontournable. Il dépasse les frontières cévenoles et même françaises. Le Grillon a demandé à Gérard Feldman, président de l’Association Champ-contrechamp, de nous présenter la 17ème édition.

Le Grillon : Comment se présente le Festival cette année ?

GF : - Le thème adopté se réfère à un poème d’Aragon rendu célèbre par Léo Ferré : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ». Il fait écho au thème choisi par les ateliers Varan : «  Est-ce ainsi que les jeunes vivent ? ». Les lasallois ont pu voir gratuitement les neuf films très réussis présentés par des étudiants encadrés par leurs professeurs. Un vrai régal. Ils pourront les revoir lors du Festival.

Le 17e Festival s’efforce dans son contenu et dans son organisation de s’ouvrir sur un public plus large. Tout en restant fidèle à son histoire, marquée notamment par le parrainage de Raymond Aubrac, Armand Gatti et Stéphane Hessel, nous avons réfléchi sur notre charte. Nous nous sommes mis d’accord pour prioriser des réalisateurs qui font œuvre créatrice, sans pour autant prétendre parler « au nom du peuple ».

Nous souhaitons nous ouvrir encore plus en direction des Lasallois. Tous ceux qui en ont envie doivent pouvoir participer au festival à tous les stades. C’est pourquoi nous avons mis en place des commissions ouvertes. Elles permettent d’intégrer des bénévoles qui ne souhaitent pas forcément s’investir dans le Conseil d’Administration ou même dans la vie de l’association. Il est évident que ce festival ne pourrait exister sans le travail des bénévoles mais aussi sans le soutien de nos mécènes, aujourd’hui, pour la plupart d’entre eux, ayant de fortes attaches sur notre territoire cévenol.

Cette ouverture se traduit par de nouveaux partenariats. Le Comité des Fêtes de Lasalle s’associera à nous pour animer les soirées sous les Halles. Nous développons aussi un partenariat « cinéma-musique » avec l’association « Vivalto » qui nous offre de si beaux concerts tout au long de l’année, avec la projection du film « Kinshasa Symphonie »…

Le Grillon : Quelle sera la programmation ?

la suite dans le Grillon papier de mai/juin2018_

 

Propos recueillis par Fred Bourguet

 

La Médiathèque et les « Amis de la Bibliothèque »

 

Plusieurs soirées très appréciées :

 

« Orient Express » où Chérif Khentous nous a fait partager son voyage en Iran, accompagné de contes dits par Solène. Lui et ses filles avaient préparé différents mets orientaux qui ont régalé nos papilles.

Marthe Omé accompagnée d’AnnePiffard au violoncelle a célébré le vingtième printemps des poètes par « les voix du poème ». Les oiseaux d'Isis ont réjoui nos yeux, faisant échos au texte « Nous folie que de vivre » qui fera l'objet d'un livre avec dessins.

 

« La peinture est un poème sans voix

Le poème est une peinture invisible »

Michèle Métail, écrivaine et spécialiste de la poésie chinoise ancienne, a combiné dessins chinois anciens et poèmes lus en chinois et français : Wang Wei, Li Bo, Wang Zhihuan …tous poètes chinois du VIIIe siècle.

Eliane de Latour, anthropologue et documentariste, nous a projeté un documentaire « Le reflet de la vie » : Sept personnes dans la dernière droite de leur vie, puis lu des extraits de son roman «  Malik Ambar » Un esclave africain devenu Roi Régent en Inde au 16/17e siècle, accompagnée par Christophe Lombard, musicien.

 

GC

 

 L'université sauvage et populaire

Kaito Marcos poursuit depuis longtemps déjà le projet d'un habitat collectif intergénérationnel.  Ce projet s'est concrétisé à Lasalle et voilà deux ans maintenant qu'il est en cours. Kaito a racheté l'ancien presbytère qu'il restaure avec ses cohabitants…qui ont entre 15 mois et 69 ans. Certains espaces sont privés, d'autres partagés à la convenance des habitants. Dans le jardin, deux caravanes au cas ou… L'ancienne chapelle à été très joliment restaurée et transformée en espace culturel. Siège de l'USPOP (Université sauvage et populaire ), elle abrite des répétitions de concert , de spectacles de théâtre et de cirque. Un samedi par mois une cantine populaire y est organisée. Un repas convivial est servi au modeste prix de 5 euros à tous ceux qui le désirent.

A propos de l'USOP :

" Sauvage " parce que le savoir n'est pas la propriété exclusive de l'université. Il est caché un peu partout et chez beaucoup de gens. Un thème est présenté pendant 15 à 20 minutes  sous forme de vidéo, photos, dessins, objets, sketches… Les participants sont invités à se mettre par deux autour d'un verre et à se poser les questions qu'ils soumettrons ensuite.  Autour d'un deuxième verre une synthèse sera présentée, validée, mise en ligne… D'autres types d'animation sont possibles, à inventer, à recopier, tester.  L'objectif étant de passer un moment rigolo, riche et étonnant donnant la parole à chacun en rupture avec la traditionnelle compétence universitaire !

Renseignements : Kaito Marcos - 06 74 64 59 34   - kaitomarcos@gmail.com

Michèle Moens

 

 Jus de pommes : création d'une association de producteurs

Le Groupe de travail des producteurs de jus de pomme des Vallées cévenoles et Mont-Lozère a tenu une assemblée générale constitutive mardi 27 mars, à 14H, à la salle communale de St Frézal de Ventalon. Plus de 150 producteurs (100 000 litres en moyenne), sont engagés dans la création d’une marque collective enregistrée à l'INPI. Le travail a été initié à l’origine par producteurs de la CUMA du Ventalon et la démarche a été élargie aux cinq autres ateliers de jus autour du Mont-Lozère.

Les objectifs ? :

·      Garantir une qualité de produit par un cahier des charges,

·      Promouvoir la pérennisation des vergers et des variétés et le jus de pomme produit,

·      Faire vivre la marque au travers des outils de communication,

·      Partager et transmettre les savoirs, par la formation, l’information,

·      Valoriser les variétés de pommes anciennes et locales,

·      Planter pour pérenniser le verger de variétés anciennes et locales,

·      Développer, sensibiliser les producteurs et ateliers (Altier, Ispagnac, Génolhac, St Michel de Dèze, Florac, Ste Croix Vallée Française, etc),

·      Communiquer auprès des partenaires institutionnels, des agriculteurs/trices, des consommateurs/trices, etc.

L'association propose aussi de lancer un « verger d’apprentissage » avec 2-3 producteurs volontaires, sur des types de sols et climats différents, pour être un lieu support de production de plants et greffons et un lieu support de formation (taille, greffe, reconnaissance variétés, etc.).

 

Virginie Guiroy, chargée de mission ruralité – Alès agglomération
virginie.guiroy@alesagglo.fr Alès : 04.34.24.70.95 / Génolhac : 04.66.61.08.34 

 

                                                   +   +   +   +   +   +   +   +   +

 

Association des amis de la bibliothèque

Frank Pavloff, La nuit des enfants qui dansent, (Roman)

La nuit des enfants qui dansent s’ouvre sur un clair-obscur. Dans une friche située sur les bords du Lac de Constance, éclairé par quelques projecteurs, un « Arlequin aux cheveux de lin » d’une vingtaine d’années, Zâl, danse dans le vide, sur une slack (sangle élastique) accompagné de ses oiseaux. Au sol, dans l’ombre de la nuit, parmi les jeunes spectateurs, un homme « d’une autre génération », Andras, enveloppé dans un manteau de drap gris.

Peu de temps après le spectacle, Zâl embarque Andreas dans son camion et s’ébauche une relation entre ces deux hommes que tout semble opposer. Zâl, tourné vers l’avenir, flotte dans l’air en compagnie de ses oiseaux, cherche à s’élever vers les étoiles, par le sport ou en prenant appui sur son livre fétiche, La Conférence des oiseaux. Tandis qu’Andras, attaché à ses racines, est plombé par le passé de son pays natal, la Hongrie, « cœur déchiré de la vieille Europe, avec la barbarie fasciste qui battait dans une de ses oreillettes et la soumission stalinienne qui battait dans l’autre ». Il considère avec un certain scepticisme ces jeunes qui lui paraissent ignorer les réalités de notre monde, croient que « l’Histoire n’est qu’une peau desséchée, un saut de côté, hop la mue tombe et vive le nouveau corps sans  mémoire ! ».

 

la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2018...

 

Marianne Ginsbourger

  

  Coopérative bouchère paysanne : appel aux dons

Demeurée seule candidate recevable pour la reprise et la gestion de l'abattoir du Vigan, la Coopérative Bouchère Paysanne a signé un bail emphytéotique, qui lui attribue toutes les charges d'un propriétaire (taxe foncière, assurances, frais de réparation, d'investissement à venir) avec un bail locatif destiné à rembourser les emprunts de la collectivité. Elle sollicite des soutiens sous forme d'adhésion ou de don à l'association "Collectif pour la promotion de l'abattoir du Vigan".

Les éleveurs repreneurs ont affiché leur charte éthique sur Facebook https://www.facebook.com/notes/mobilisation-paysanne-pour-labattoir-du-vigan

MS

 

 Migrants : que sont-ils devenus ?

Dans les précédents numéros du Grillon, nous vous avons informés sur la famille et les jeunes venus d'Afghanistan et accueillis à Lasalle.

Aujourd'hui une page se tourne ; en effet le CAO-CADA de l'ancienne gendarmerie est fermé depuis début février et le centre d'accueil géré par la Clède a été transféré à Cendras.

Des dix jeunes qui y ont séjourné, sept ont obtenu la protection subsidiaire (l'asile en France), trois autres attendent soit la décision de l'OFPRA, soit le jugement de la CNDA, soit la fin du délai pour re-présenter une demande d'asile. Des sept qui ont obtenu un droit de séjour en France, un est parti travailler à Marseille, deux autres sont au CADA de Nîmes, un autre est inscrit à Pole Emploi et suit des cours de français à Alès. Les trois derniers ont commencé le 29 janvier à Saint-Jean de Védas un stage de formation aux métiers de magasin. Cette formation, dite « programme HOPE » est organisée par l'AFPA, avec un soutien d’Etat, d’organismes de formation et d’entreprises ; c'est une bénévole du Collectif Solidarité Migrants qui a ouvert les portes menant à cette formation.

Pendant cette année passée à Lasalle, alors que la Clède se chargeait des démarches administratives et de l'hébergement, qu'ont-ils fait ?? Ces jeunes afghans ont vécu loin de leurs familles, de leur pays, en suspension, juste un téléphone pour garder un peu le contact, contraints à l'inactivité. Ils ont digéré leur passé et limité leur projet de vie au strict lendemain. Le collectif a essayé de donner un sens à ces longs jours d'attente en organisant des cours de français, de théâtre et d'arts plastiques ainsi que deux ou trois manifestations lasalloises pour les faire connaitre : l'exposition au temple, la soirée du 29 septembre et un stand à la fête de la châtaigne. L'argent récolté et les nombreux lasallois présents ont donné un signe tangible de solidarité.

  la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2018...

 

  Philippe Marteau.

 

 Association et soutien de l'Etat

 Le Premier ministre s'est adressé aux associations le 9 novembre dernier pour leur annoncer le lancement d'un " processus de travail participatif " visant à construire une stratégie de développement de la vie associative dans le cadre du Conseil supérieur de l'économie sociale et solidaire. A compter du 1er janvier 2018 un compte d'engagement citoyen est mis en place dans le cadre du compte personnel de formation. La diminution du nombre des contrats aidés (réduit à 200000) réservera ceux qui demeurent aux territoires ruraux et aux associations de " l'urgence sociale et sanitaire " et à l'accompagnement des enfants en situation de handicap à l'école. Le Fonds pour le développement de la vie associative doit compenser la fin de la Réserve parlementaire pour les associations les plus fragiles ou les plus petites. Globalement les crédits dédiés aux associations augmenteraient de 67,6 millions d'euros en 2018 non compris l'aide à l'emploi représenté par le dispositif d'allègement de charges patronales à partir de 2019, et le crédit d'impôt sur la taxe sur les salaires (CITS). L'action publique a besoin des associations, rappelle le Premier ministre, mais il faut faire en sorte que les associations se développent sans être dépendantes de l'Etat ".

 

Caroline Megglé, Groupe " Caisse des dépôts " au service des territoires

 

 

Viv’Alto Mania

Fin de la trève hivernale, ce printemps s'ouvre dimanche 1er avril avec  le trio Basaltes, trois professeurs du conservatoire de Nîmes (Paul Collin, Alto/ Hélène Castel, Basson et Isabelle Artal, percussions à la filature de Lasalle,

Ouverture suivie d'une dynamique " Académie de Printemps " : cinq classes de Maîtres en présence de Maurice Bourgue (déjà venu à Lasalle) au  Hautbois, Hélène Bernardy  à la voix, Gilles Alonso à « Musique pour l’image " (musique de film), Frédéric Audibert au violoncelle et Pierre Henry Xuereb à l’alto..

Trois dates à inscrire sur vos agendas dès aujourd'hui :

- samedi 21 avril à 20h30, à la Filature Ciné-concert : création musicale de Gilles Alonzo pour quatuor à cordes, harpe et piano surle fil " Sherlock Holmes Junior " (Buster Keaton, 1924)

- dimanche à 22 avril à 17h : concert de clôture des classes de maîtres par les élèves et  les professeurs,

- lundi 23 avril : " l'évènement à ne pas manquer " le jeune Quatuor Tchalik qui sort d'un concert à Uzès, vient suivre une classe de maître publique de 10h à midi avec Pierre Henry Xuereb et Frédéric Audibert. Créé en 2013 ce quatuor a remporté le Chamber Music Award de l’International Summer Academy de l’Université de Vienne (ISA), et le prix de la Fondazione Monte dei Paschi 2017 à Sienne. Il est invité à plusieurs reprises à se produire en direct sur France Musique.

Rendez-vous à l'Académie !

Marie-Hélène Bénéfice

vivaltoencevennes.jimdo.com

 

 

 

Association des amis de la bibliothèque

Le chardon et le bleuet Janet Teissier du Cros

   

C'est après la guerre que Janet écrit ce livre retraçant cette période de 1939-1945, d’après son journal.

 « L’imagination est un luxe que seuls ceux qui se sentent encore loin du danger peuvent se permettre. Les allemands avaient à peine envahi la France que mon imagination se ferma, et elle resta sourde, muette et aveugle pendant quatre longues années. »

 

 Janet Grierson, issue d’une vieille famille écossaise, a épousé François Teissier du Cros, appartenant à une ancienne famille cévenole de Valleraugue.

 

Dès la mobilisation de son mari en septembre 1939, elle s’installe chez ses beaux-parents à Mandiargues, puis dans sa petite maison de Valleraugue, dépourvue de tout confort.

 

« Une fois de plus me vint le sentiment que c’était une région magique hors de portée du mal, et que là nous serions en sécurité. » …et pourtant … !

 

Janet nous conte avec beaucoup d’humour ces multiples actes du quotidien, difficiles pour une jeune citadine habituée à être servie : lessive des draps dans la rivière, tomettes à astiquer, expéditions interminables à la recherche d’un peu de nourriture pour ses trois enfants, bains dans le tub dans une maison inchauffable…

 

Ses rencontres multiples et variées, avec le pasteur Boegner, François Charles-Roux, la famille Levi-Strauss…, tous réfugiés à Valleraugue, puis l’arrivée des maquisards…sont évoquées avec esprit.

 

De magnifiques portraits de ceux qui l’entourent, une fine analyse des évènements en cours ou passés, des réflexions tour à tour philosophiques, politiques et parfois poétiques de la situation.

 

Une chronique au jour le jour dite dans une agréable écriture par une jeune femme combative, amoureuse des Cévennes…et de la vie.

 

 « J’ai souvent pensé que le désir de bonheur qui est en nous est une merveille et qu’il est difficile de le faire mourir. »

 

« Un grand document et une authentique œuvre littéraire par les qualités du récit comme par le style » P.Cabanel

 

Guillemette Chevallier

 

 

 

 "Mon rouge aux joues"

 

 Soirée lecture théâtralisée le 18 novembre : la lectrice-actrice Aurélie Turlet et François Ceccaldi le créateur de l'environnement sonore ont baigné d'émotions contrastées les spectateurs réunis sur le plateau scénique de la Filature du pont de fer (Lasalle). Le dispositif inhabituel où les spectateurs portaient des casques audio permettant de recevoir un cocktail sonore de textes dits et de bruitages musicaux a parfaitement fonctionné pour qui s'est laissé envahir par le propos de l'auteur :  "Mon rouge aux joues" s’appuie sur les différentes émotions qui provoquent "une montée de rouge" sur le visage... J’ai imaginé trois monologues enchevêtrés  au sein desquels on devinerait les désirs, les hontes, les peurs et les colères de devoir perpétuer un rituel.... Trois monologues pour mieux voir quels types de loups ces trois figures transportent avec elles… " (Sandrine Roche, jeune auteure de théâtre déjà très expérimentée : https://www.editionstheatrales.fr/auteurs/sandrine-roche-246.html)

 

 Aurélie Turlet, avec une densité, une retenue et une émotion sur le fil, assurait la lecture du texte. Extrait :: " Si, oui, si on changeait, non ? On pourrait changer, changer un peu les habitudes non ? Ca serait bien, non ? Pourquoi ? C’est mal ? Une surprise, c’est mal ? Pourquoi ? On ne peut pas faire de surprise ? On m’en fait bien des surprises, à moi. On peut faire des surprises à sa grand-­‐mère, quand même ? Pourquoi pas elle ? Elle a quoi de spécial ? Maman ? Non, ça ne m’ennuie pas. Mais non, c’est pas ça, j’ai l’habitude. C’est juste... Oui, je sais, ça lui fait plaisir. C’est ça son cadeau, oui. Je sais. Je suis son cadeau. Bon. Mais on pourrait quand même... "  (la fille, au téléphone...)

 

 Oui, l'alchimie mère-fille n'est pas toujours heureuse, les contes de notre enfance le disent le plus souvent même si, le politiquement correct oblige, on a souvent transformé les personnages de mères en " belles-mères ", forcément indignes. Les loups sont partout, surtout à l'intérieur de chacun(e).

 

 MS

 

 

 

Une vie après VARAN :

 

Lors du dernier festival Doc Cévennes vous avez pu voir plusieurs stands, des livres,

 

des DVD à la vente, mais aussi celui d'une association qui a connu son origine à

 

Lasalle:« Échos du Réel ». Elle est composée de cinq des huit réalisateurs qui ont

 

suivi la formation à la réalisation de documentaires avec les Ateliers Varan durant

 

l'hiver 2016: Guillaume Llong, Maria Van Munster, Sonia Séjourné, Victor Catalán et

 

Elodie Buisson. Après avoir filmé et projeté leur documentaire à la Filature de

 

Lasalle, ils ont décidé de se regrouper en collectif à Montpellier pour continuer à faire

 

des films avec la même idée de travail et d'exigence de création apprises avec Varan.

 

En avril 2017 ils auto-produisent, Rémi Fombeur s'offre une nouvelle vie, réalisé par

 

Sonia Séjourné. Ce documentaire fiction au ton décalé, satirique et humoristique,

 

traite du changement de cap professionnel d'un homme de 42 ans. Le film a été écrit,

 

réalisé, monté en un mois grâce à la participation active de tous les membres de

 

l’association, que ce soit en tant que réalisateur, technicien ou scénariste. Echos du

 

Réel a organisé le 21 avril dernier à Montpellier une soirée projection-débat

 

participatif sur le thème du travail.

 

La force de ce collectif est de mutualiser les compétences et les moyens techniques

 

pour réaliser des films tout en apprenant les rouages de la production audiovisuelle.

 

Ils sont actuellement en tournage sur le projet de Guillaume, sur les vacances d’un

 

enfant qui entre insouciance et questionnement fait face a ses angoisses en dessinant

 

monstres et super-héros.

 

Vous pouvez en savoir plus sur leurs projets grâce à leur page Facebook, et les

 

soutenir dans leurs futures réalisations:

 

https://www.facebook.com/Echos-du-r%C3%A9el-368019423600645/

 

Si vous voulez adhérer ou soutenir l'association, vous pouvez les contacter également

 

par courriel: echosdureel@ntymail.com.

 

Bonne chance à eux, en attendant de voir leurs films et de recevoir la prochaine

 

formation Varan dans notre village pour de nouveaux tournages. Le 1er novembre 2017 : à l’occasion de la fête de la Châtaigne de Lasalle, Varan a projeté  le documentaire " Les frères Fayet " en  présence de la réalisatrice Sonia Séjourné.

 

 Fred Bourguet

 

 

 

Balade contée

 

 La compagnie L'Araignée au Plafond s'est  reformée il y a un an. Cet été au parc des Glycines, ses membres nous disaient leur contes le lundi après-midi. Puis avec l'automne, ils nous ont proposé une activité originale: les balades contées.

 

 Nous étions une quarantaine de tous âges au rendez-vous de ce dimanche 29 Octobre pour une balade qui nous a emmenés au col du Lièvre puis vers les Combes et la Borie.

 

Après une demie-heure de marche, c'est la pause; on s'assied en cercle, le silence se fait. Et là, la voix chaude de Samuel  s'élève et nous raconte l'histoire de Issouflé Madumba du pays mandingue ; le griot s'accompagne d'un N'goni, instrument à cordes pincées; la magie opére et avec un peu d'imagination, le chataignier sous lequel nous sommes rassemblés se transforme en baobab.

 

Puis la marche reprend et plus loin, nous écoutons  les conseils que les Trois Corneilles donnent au Prince et au Pélerin pour trouver la princesse Clairedelune.

 

Un conteur invité, Kamel  Guemoun, nous parle de l'Etoile du Premier Jour du Monde et ses enfants le Soleil, le Vent et la Lune.

 

Pour terminer, Solène nous fait vivre le Voyage de Shlemel à Varsovie.  Clément l'accompagne de son gazdrum puis d'une scie musicale.

 

La compagnie l'Araignée au Plafond était aussi présente à la fête de la châtaigne ou elle nous a régalés de ses contes et pomme de terre frites.

 

Elle exerce son activité toute l'année sous des formes différentes : les balades contées en automne et au printemps puis un projet de caravane-scène sur les routes du pays et des animations pour des fêtes chez des particuliers.

 

Vous pouvez les contacter au 06 75 51 40 68.

 

 Ph Marteau

 

 

 

 

Club amitiés Glycines

 

 Yvette et Henri Vollet ont quitté Lasalle le 31 Octobre pour partir à Cadours (près de Toulouse) dans le village où est leur fille. Le vendredi 27 octobre, plus d’une quarantaine de personnes sont venues pour leur dire au revoir autour d’un pot de l’amitié.

 

 

L’un et l’autre s'étaient beaucoup investis au sein du village. Henri fut conseiller municipal avec Jean-Louis Pesenti comme maire. Il a participé activement au foyer socio-culturel et aux fêtes votives avec Jean-Charles Martin. Henri et Yvette étaient tous les deux très engagés dans la FNACA (22 ans de secrétariat pour Henri) et le club amitié Glycines avec Guy Raymond sans oublier le Téléthon. Et, à l’UDARG (association départementale), ils se sont dévoués pendant de nombreuses années au sein de l’équipe des ainés accompagnés avec Laurette Jouve d’abord puis Denise Sanchez ensuite.

 

Nous pouvions toujours compter sur eux.

 

L’AMITIE

 

L’amitié c’est une écoute Quand le cœur est en déroute Qui jamais ne se permet De juger ni de peiner Elle peut tout partager De nos joies, de nos secrets Que ce soit la nuit, le jour Elle vole à notre secours Impalpable comme le vent Forte comme l’océan L’amitié vaut de l’or Que l’on garde comme un trésor

 

Poème d’Henri Vollet

 

 Brigitte MARTIN

 

                                            +  +  +  +  +  +  +  +  +  +

 

 

Assemblée générale de l’APAHL : une page se tourne 

Le 22 août dernier, l’Association pour l’Aménagement Harmonieux de Lasalle a tenu son Assemblée générale annuelle en présence d’une vingtaine de participants. Lors de la présentation du rapport moral, le président, Jacques Ramat, a rappelé les points marquants de l’exercice écoulé, parmi lesquels les conséquences de la décision du maire d’abandonner le projet de PLU dont le suivi avait, tout au long de ces dernières années, constitué un thème de vigilance majeur pour l’Association. Quant au groupe relatif à l’amélioration de la circulation dans le village, dont la création avait été décidée lors de la précédente AG, il n’a reçu aucune information sur les travaux de la commission extra-municipale que la mairie a fait le choix de réunir sur le sujet.

Face à l’absence de thèmes moteurs pour les mois à venir (cf. abandon du PLU), à la difficulté à faire participer de manière active les membres de l’Association à des réflexions constructives sur le devenir du village et au constat d’un manque d’intérêt des habitants permanents de Lasalle pour l’APAHL, huit des douze membres du Conseil d’administration – dont les quatre membres du bureau - décident de démissionner ou de ne pas se représenter au suffrage des adhérents. Une nouvelle équipe reprend donc les rênes de l’APAHL :

Président : Bruno Lacour-Veyranne

Secrétaire : Elisabeth Gérony

Trésorière : Laurence de Geyer

Souhaitons-lui une parfaite réussite dans la promotion de l’aménagement harmonieux de notre village.

Le bureau sortant (Jacques Ramat, Frédéric Bourguet, Aimé Brut, Sophie Thomas-Roubine)

 

 Criée publique

Place du marché, derrière les halles ou devant le temple, « Adi la crieuse » a recueilli cet été vos messages de la semaine dans les boîtes prévues en lieux publics, pour les annoncer sur le marché à midi.

Petites annonces, remarques, idées, coups de gueule ou de cœur, sursaut politique ou élans poétiques, propositions, informations, rendez-vous, événements, histoires, anecdotes, blagues sont à déposer durant la semaine dans les boîtes prévues à cet effet dans divers lieux publics de Lasalle... sauf les insultes personnelles, propos racistes, sexistes, homophobes.

Venez les écouter pour mettre ensemble les pieds dans l'E.P.L.A. (Espace de Parole Libre et Artisanal).

Service public soutenu intégralement par la Fédération de vos généreux Fonds de Poche !

Adi

 

 Mieux connaître le Vélo Club lasallois 

Le Grillon a rencontré René Floutier, président du Vélo Club Lasallois, club cycliste plus connu sous le nom et le maillot des « Amis du Fageas ». Il a bien voulu nous aider à mieux faire connaître cette association sportive.

L’ambition du « VCL » est de promouvoir le cyclotourisme en rassemblant des pratiquants et en organisant des randonnées tout au long de l’année. Créé il y a quelques années par René Floutier et quelques amis passionnés de vélo, affilié à la Fédération française de cyclotourisme, le club compte aujourd’hui plus d’une trentaine de membres, dont trois « féminines », qui peuvent se retrouver tous les mercredis et tous les samedis ou dimanches pour des « sorties » de trois ou quatre heures à partir de Lasalle. Les participants sont de tous niveaux, on s’attend au passage des cols et le caractère convivial de ces rassemblements l’emporte sur la recherche de la performance. D’ailleurs, les « non licenciés » peuvent se joindre aux « Amis du Fageas », dans la limite de trois sorties par an (pour des motifs d’assurance). L’association comprend aussi, progrès oblige, des participants dotés de vélos électriques qui viennent profiter de la compagnie et des parcours des « cyclos ».   

Le « VCL » organise également la Fête du sport, qui s’est tenue le 14 juillet cette année, en proposant à tous les passionnés du vélo ou du VTT des circuits tracés autour de Lasalle. Il contribue aussi au Téléthon en recueillant de façon originale des fonds, le peloton des « Amis du Fageas » parcourant tous les villages avoisinants suivi d’une voiture qui distribue des fougasses. Et pour les plus entrainés ou les plus passionnés, il y a la participation à des randonnées organisées par d’autres associations, qui permettent de découvrir d’autres horizons. Enfin, le sommet de la saison, c’est le déplacement en mai pour deux ou trois jours à Vaison-la-Romaine pour « faire » le Ventoux, aboutissement de toute carrière de cyclotouriste !

Il n’est jamais trop tard pour se mettre au vélo, c’est un sport complet, accessible à tous. Alors n’hésitez pas, rejoignez les Amis du Fageas, ils vous accueilleront chaleureusement.

Alain Thomas

 

 L’Association des « pas pressés »

Joli jeu de mot pour ce club de randonneurs, association affiliée à la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP) qui existe à Lasalle depuis près de 40 ans ! Avec une quarantaine d’adhérents et sympathisants, une bonne vingtaine participent régulièrement aux sorties. Cette association vient de tenir son assemblée générale et a élu un nouveau bureau : Yves Treiber en est le président, Nicole Vioux assure le secrétariat et Annie et Luc Ternissien font fonction de trésorier et trésorier adjoint.

Une association bien vivante qui organise tous les 2 jeudis après-midi par mois une marche-balade de 4 à 6 kms, et tous les 2 dimanches une rando plus conséquente sur la journée (10 à 15 kms environ). Impératif, être à l’heure ! Départ à 13h30 précises les jeudis et à 9h pétantes les dimanches, une règle bien compréhensible compte tenu du nombre de participants. Au-delà de cette activité régulière, l’association organise également quelques évènements qui rythment l’année  : l’assemblée générale en septembre permet d’arrêter le programme des sorties jusqu'à janvier. Viennent ensuite la galette des rois et le programme de février à juin, puis l’omelette pascale, et enfin la sortie annuelle de 2/3 jours autour du mois de mai. A noter également que l’association participe et soutient le téléthon avec notamment une proposition de sortie spéciale ouverte à tous (en 2016 c’était le « lever du jour au Brion » !

La cotisation annuelle, qui couvre l’adhésion au club et la licence de la FFRP, s’élève à 35 euros. Clin d’œil sympa, avant adhésion une randonnée découverte est offerte à ceux qui le souhaitent.

Pour adhérer et participer aux activités, contacter les membres du bureau ou téléphoner au 04 66 85 25 23

Frederic Bourguet

 

Champ-contrechamp et le festival du film documentaire : 16 ans, l'âge de la maturation.

Le Grillon a pris contact avec le nouveau Président de l'Association Champ-contrechamp / DOC Cévennes, Gérard Feldman. Il nous parle des transformations en cours dans cette association qui touche de près les lasallois. Cela fait déjà 16 ans que le Festival des films documentaires rythme la vie du village.

Le Grillon : D'après certaines rumeurs, il y a du nouveau du côté du Festival des films documentaires de Lasalle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

G. F. : - Oui. Le 29 août dernier s'est tenue une Assemblée extraordinaire de l'association. Cette assemblée a constaté le succès croissant du festival. Celui-ci a rassemblé environ 5000 spectateurs en 2017 sur notre commune, et près de 6 000 avec le Réseau. L'A.G. a pris acte de notre extension. Elle est aussi géographique. Depuis 2015, le festival a essaimé dans des communes de la Communauté Aigoual Cévennes, de la Communauté des Communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises, de la Communauté des Communes du Pays Viganais et même au-delà en Lozère. Cette dynamique positive implique des choix organisationnels et un renforcement indispensables. Sinon l'association ne pouvait plus suivre. A ce propos je voudrais remercier la Présidente sortante Michèle Moens qui a assuré avant moi, la fonction de Présidente et qui a contribué à ce succès, avec beaucoup de générosité.

Le Grillon : - Comment allez-vous gérer cette évolution ?

G.F. : - Nous avons décidé de construire trois pôles différents, qui restent, bien entendu rattachés à l'association :

• DOC-Cévennes Festival : recentré sur Lasalle, le week-end de l’Ascension, comme c’était le cas jusqu’en 2014. Henri de Latour en sera le délégué pour la programmation. Il s'agit de renforcer le lien des lasallois avec leur festival. Faire en sorte qu'il ne leur échappe pas. La culture est devenue une part importante de l'identité du village.

• DOC-Cévennes Réseau : un réseau de diffusion mensuel du documentaire en Cévennes prenant appui sur les sites ayant pris part au festival entre 2015 et 2017 mais aussi de nouveau sites motivés pour le rejoindre. Soit, environ, entre 32 à 36 séances sur l’année. Guilhem Brouillet sera le Coordinateur Général du Réseau.

• DOC-Cévennes Production : produit ou co-produit des films documentaires ou des fictions en fonction de l’engagement de l’association sur ces projets. Cela concerne notamment les films réalisés localement dans le cadre des ateliers Varan et avec l'école de Lasalle.

Le Grillon : - D'autres changements ?

La suite dans le Grillon papier de novembre/décembre 2017..

.Propos recueillis par Luc Meilhac

  

 Amis de la bibliothèque : " Le tour du monde du roi Zibeline " – Jean-Christophe Rufin

Tel un conte oriental, Auguste et Aphanasie décrivent avec minutie leur périple à travers le monde du XVIIIe siècle à Benjamin Franklin, vieillard perclus de rhumatismes. « En suivant pendant tant de nuits les étoiles aveuglantes dans le ciel noir, il me semblait qu’était tracé pour nous quelque part un destin singulier. Quoique nous fassions, nous étions condamnés à le rejoindre et à le subir. ». Le couple arrive de Madagascar où le comte Auguste est… Roi !

Né en Hongrie, le jeune Auguste Benjowski a un précepteur français, contemporain de Voltaire. L’armée impériale, puis la déportation en Sibérie « Il y a deux manières opposées et cependant comparables de punir un homme : le condamner à l’enfermement ou le jeter dans l’infini. » Aphanasie, la fille du gouverneur, lui fait découvrir l’amour et c’est ensemble qu’ils prennent la fuite. De périlleuses et rocambolesques traversées en mer, la Chine puis enfin la France où le roi le mandate pour créer un établissement français à Madagascar : « Et voilà que son roi me choisissait personnellement, moi, Auguste Benjowski, sujet sans maître, bagnard évadé, pour être l’instrument d’un de ses desseins politiques. » …

Réalité ou fiction ? Les Malgaches quant à eux continuent d’honorer sa mémoire. Un roman tour à tour philosophique et historique avec une étude psychologique intéressante des personnages. Une lecture fort agréable grâce à la verve et à la plume de J.C. Rufin. Né à Bourges en 1952, il est médecin, historien, écrivain et diplomate français. Il devient en 2008 le plus jeune membre de l’Académie française.

Guillemette Chevallier

 

 

Soirée soutien aux migrants

 Vendredi 29 septembre, à la Filature du Pont de Fer, plus de 200 personnes se sont rassemblées au cours d'une fête organisée par le collectif de soutien aux migrants. Musique et danse avec le quintet vocal Envois Groupés, les groupes lasallois des Fanfarons et des Fendékés et leurs fans ainsi que le DJ Richard qui a su trouver les rythmes dansants d'Afghanistan .

Théâtre avec la compagnie La Tribouille qui, au son du violoncelliste Daniel Trutet, nous a émus en évoquant les réfugiés africains que Pierre Roba a rencontrés dans les squats de Nantes. Les membres et sympathisants du collectif assuraient la restauration faite comme à la maison et les jeunes du CAO de Lasalle avaient préparé plusieurs soupes afghanes qui ont été très appréciées.

Ils remercient tous les artistes et participants à cette belle soirée pour leur soutien et leur enthousiasme. Le collectif donne rendez-vous à tous les lasallois et visiteurs lors de la prochaine fête de la châtaigne où ils tiendront un stand et serviront de nouveau la fameuse soupe afghane.

Philippe Marteau

 

ASART/ Le Nez Au vent : jeu de clowns

Les stages et ateliers permettent de révéler la part poétique, absurde, onirique, décalée qui se trouve en chacun de nous, de retrouver notre innocence, notre naïveté, notre capacité d’enfant à jouer avec rien, à nous étonner, et de donner toutes ces richesses au service du jeu théâtral clownesque. Mon intention est d’être dans l’instant présent. Cela demande à se saisir du ténu, du presque rien, du détail. C’est ce qui donne le goût. L’invitation est de goûter à l’infime présence du geste, du son, de la voix, de la sensation, de l’émotion et de s’en étonner ! Car cet instant est unique à chaque fois et que l’étonnement nous met en éveil. Chaque journée de 6 heures commence par une mise en disponibilité mentale et corporelle, un échauffement corporel et vocal qui prépare à la mise en jeu du corps et de l’imaginaire. Un second temps aborde de façon ludique les différentes entrées possibles dans l’univers clownesque, en s’appuyant sur les ressources de l’imagination, des émotions, et de la créativité de chacun et en les reliant à des repères théoriques du jeu théâtral clownesque. En fin de séquence nous abordons et expérimentons les règles de l’improvisation dans le lâcher prise et la conscience de l’acteur, et nous terminons par des improvisations en solo, duo, trio, sous le regard du groupe dans le rôle du public et avec des temps de parole après les impros pour repérer ce qui se passe en chacun, les personnages apparus, les différents registres du clown.
Quatre dimanches d'Initiation au Jeu Clownesque auront lieu au Pont des Arts à Lasalle (30) les : 8/10/17, 3/12/17, 14/01/18, 25/03/18.

Zoé Duponchel

Site : lenezauvent.org - 04 30 38 59 94 / 06.71.78.01.13

 

amis de la bibliothèque

 « Règne animal », Jean Baptiste Del Amo (roman)

Ce roman de Jean Baptiste Del Amo a reçu le prix du Livre Inter 2017. L’auteur conte la vie d’une famille d’éleveurs de porcs sur plusieurs générations, au XXe s, dans le Gers. L’aïeule est Eléonore, nourrie par une truie avant d’être à son tour chargée de l’engraissement des animaux. L’élevage deviendra intensif, méprisant les animaux, les hommes et la nature…avant un inévitable effondrement. Un livre dur et cru aux descriptions trop sadiques pour mon goût, mais une belle écriture, parfois même poétique !

Un roman sur l’acharnement de l’homme sur l’animal…ou de l’animal sur l’homme ? Un sujet terriblement actuel et empli de métaphores, un livre intéressant.

« T’as remarqué que leur pupille reflète toujours notre visage ? dit Henry. Si tu fais bien attention. C’est un détail, mais parfois, je vois plus que ça. Ça me saute à la gueule. C’est comme regarder dans un miroir sans tain ou au fond d’un puits. Tu te vois, mais tu vois autre chose, autre chose qui s’agite en dessous, comme...comme si tu voyais aussi de la manière dont eux te voient, avec leurs yeux de bête. »

« En ces temps très « vegan », le troisième roman du jeune Jean-Baptiste Del Amo, va faire parler. Un livre surprenant, signé par une plume enragée. » (Le Point)

 

Guillemette Chevallier

 

 « Une vie » Simone Veil (autobiographie)

 

Impossible que le Grillon ne rende pas hommage à cette grande dame. J’ai donc repris son autobiographie avec grand intérêt. Simone Veil, tout en racontant ces jours dramatiques vécus par elle, nous livre ses réflexions à posteriori sur l’attitude des français de l’époque.

Son enfance heureuse dans une famille aimante, dont l’appartenance à la communauté juive allait autant de soi que la laïcité, d’où l’incompréhension «N’étions-nous pas français au même titre que les autres ? »

Magistrat dans l’administration pénitentiaire elle se considérait comme « une sorte de militante des prisons » Un grand désir « d’adapter la justice au monde » et un parcours important au conseil supérieur de la magistrature.

La Loi sur l’interruption volontaire de grossesse en 1974, après moult difficultés, puis autre défi : la construction de l’Europe. Première femme présidente du parlement européen.

Ministre de la santé, Haut conseil à l’Intégration, Conseil Constitutionnel et enfin présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

Une vie enrichissante et trépidante. Une vie brillante. Un livre intéressant dans lequel elle n’hésite pas à égratigner certains hommes politiques…

 

Guillemette Chevallier

 

 La fabuleuse histoire des Cévennes racontée par ses roches et ses paysages

Docteur en géologie, Florence Arnaud publie un guide sur la géologie des Cévennes, à la fois scientifique et à la portée du plus grand nombre, doté de cartes et schémas pédagogiques, pour comprendre la formation de cette région et de ses paysages. C’est un précieux support pour les Cévenols mais aussi pour toute personne œuvrant dans la transmission des savoirs : enseignants, accompagnateurs de moyenne montagne, employés d’offices de tourisme ou hébergeurs soucieux de délivrer une information de qualité.

Un voyage dans l’espace-temps

Ce guide est un fabuleux voyage à remonter le temps, aux origines de la Terre secouée d’événements : dérive des continents, éruptions de volcans, cristallisation de magmas, formation des minerais, de fossiles, épopée des dinosaures, montée de la mer … Du mont Aigoual aux Causses, du mont Lozère aux contreforts du sud, en passant par Alès et ses environs, l’histoire cévenole se lit dans ses schistes, granites, calcaires, amphibolites et tant d’autres roches et éléments jaloux de leurs propriétés, de leurs couleurs et reflets uniques. Dans le règne actuel de l’immédiateté, la géologie invite à toucher du doigt le temps long. « Tel un papillon qui ne vivrait qu’une demi-seconde et ne verrait qu’un environnement figé et limité, nous ne voyons qu’un instant éphémère, non représentatif des processus géologiques », observe Florence Arnaud.

La géologie permet aussi de comprendre l’histoire humaine, des activités et cultures (magnaneries, châtaigneraies, mines …). Ainsi, ce guide est une clé pour saisir la personnalité des Cévennes, la mémoire de ses habitants, à partir une géologie qui poursuit en secret son perpétuel mouvement.

Guide géologique des Cévennes, Éditions Schisto, 2017. En version numérique uniquement. 86 pages, 80 photographies couleur, 34 illustrations dont 3 cartes. En vente sur la boutique en ligne du site www.decouverte-cevennes.fr (6,50€).

Luc Meilhac

 Festival Doc-Cévennes, premier bilan

La 16ème édition du festival international du Documentaire en Cévennes (Doc-Cévennes) s’est tenue du 19 au 27 mai dernier dans plusieurs villages Cévenols, Lasalle en constituant la tête de pont. D’après les premiers chiffres qui nous ont été transmis, il semblerait que 2017 soit un bon cru : en effet 5000 entrées payantes ont été enregistrées dans les « salles obscures » de notre village et environ 1000 sur le territoire Cévenol, ce qui constitue une hausse d’environ 10% par rapport à 2016. Joli résultat qui atteste de la notoriété grandissante de cette manifestation, Doc-Cévennes tenant la 3ème place du film documentaire derrière Marseille et Lussas. Et à l’heure où l’offre culturelle ne cesse de se développer, tous domaines confondus, il n’est pas si simple de maintenir voire d’accroître son rayonnement.

Il faut souligner la richesse de la programmation et l’implication forte des bénévoles et des Lasallois : ainsi par exemple, sous l’égide de Marie-José Fuster, toute une équipe d’Eclaireurs s’est occupée de la restauration de l’ensemble des bénévoles, le bénéfice dégagé permettant de financer un « camp d’éclais » en Amérique du sud. La Compagnie Microsillon (Boris et Patricia) a assuré l’animation des halles et n’oublions pas non plus la belle animation commerciale de la place.

FB

 Viv'Alto : MUsIC, pour MUSique Inter Cévennes.

Le projet MUSIC a pour philosophie d'intégrer les nouveaux outils du numérique (TICE) en accompagnement d’une démarche d’apprentissage et de pratique musicale fondée sur l’orchestre à l’école, portant les valeurs humanistes si bien mises en évidence par le projet vénézuélien El Sistema (cf. projection du 3 août dernier). Nicolas Stimbre, musicien enseignant désormais habitué « des rendez-vous Lasallois », est chargé d’une étude de faisabilité de ce projet, également soutenu par la DRAC Occitanie. Il a décrit pour Le Grillon les grandes lignes de ce dispositif :

« Envisagé en direction des écoles de la communauté de communes, ce projet prévoit de se déployer sur quatre sites à l’horizon de la rentrée 2018/2019. Les enfants des écoles participantes bénéficieront d’une séance hebdomadaire de pratique et de création musicale collective encadrée par un musicien professionnel. Parmi eux, ceux qui auront choisi d’apprendre un instrument constitueront l’orchestre de l'école, et accompagneront les autres dans des pièces avec chant et percussions corporelles. Trois instruments seront proposés : la clarinette, le saxophone et l’euphonium (encore appelé tuba, à ne pas confondre avec l’hélicon ! Le tuba peut être léger et très agile !) Ces instruments ont été choisis car aigu, médium, grave, ils constituent le cœur d’un orchestre à vent. 

...la suite dans le Grillon papier de septembre/octobre 2017

 

Nicolas Stimbre

 

 Ensemble vocal des Cévennes : Roméo, Juliette et les autres.

Le pari a été tenu : plus de 2000 personnes ont assisté, les 21-22-23 juillet à Anduze aux représentations de l'opéra « Roméo et Juliette » d'après Charles Gounod, données par l'Ensemble vocal et l'Ensemble instrumental des Cévennes dirigés par Karen Kapferer . Dans cette aventure rien n'était assuré d'avance et jusqu'aux derniers moments les ajustements musicaux et scéniques en ont fait frémir plus d'un ! Mais beaucoup d’atouts
étaient réunis...

- L'œuvre d'abord (inspirée de Shakespeare) emblématique d'un drame humain qui déchire les cœurs : la jeunesse, l'amour, la haine, l'espoir, le malheur... Portée par de belles envolées musicales sur des tonalités très contrastées, la musique de Charles Gounod résonne de roulements de tambours, éclats de cuivres, distorsions des cordes, noirceur des mélodies de deuil, suavité des envolées lyriques et romantiques...

...la suite dans le Grillon papier de septembre/octobre 2017

 Michelle Sabatier

 

 LaSalle2Gym : Ateliers de gymnastique pour adultes

Ces dames de l'Association LaSalle2Gym n'excluent pas les messieurs de leurs activités sportives au Foyer Multisports contrairement à ce qu'on pourrait croire au vue de la photo !

Horaires des cours :

- jeudi de 19 h à 20 h (gymnastique cardio-tonique),

- mercredi de 10 h à 11 h 30 (gymnastique « Pilate »* et stretching).

Les cours reprennent mercredi 20 septembre à 10 h pour la gym Pilates et jeudi 21 septembre à 19 h pour la gym cardio-tonique.

Rendez-vous : 81, rue de la Place à Lasalle. Renseignements 04 66 54 82 25

* La méthode Pilates est une gymnastique douce composée d'un ensemble d'exercices posturaux et de mouvements qui ont pour but de renforcer et d'étirer les muscles profonds et stabilisateurs et d'améliorer l'alignement corporel.

MS

 

Asart : Bonbecs

Les « Bonbecs » (orchestre junior de Lasalle ) ont joué au marché le lundi 3 juillet pour recueillir une participation des Lasallois à leur voyage prévu en Corse : « tournée musicale et pédagogique » du 22 au 29 août 2017. Si vous voulez les rejoindre, à leur retour, dans l'apprentissage musical, n'hésitez pas et appelez : 04 66 85 48 33 / 06 78 51 00 79

Françoise Malaizé

 

 " De Luther à Luther King " au Musée du Désert Mialet 28-29-30 juillet 2017

 

Catégorie " Grand spectacle son et lumière " " De Luther à Luther King " avançait l'ambition d'être " Une histoire de la liberté de conscience ". C''est en effet l'un des marqueur identitaires de la communauté protestante que de se référer à cette liberté essentielle : le droit de croire (ou pas) selon les modalités propres à chacun, le droit de l'exprimer, en public ou en privé, sous réserve de ne pas porter atteinte à l'ordre public (Déclaration des droits de l'homme).

mémoire commune :

...la suite  dans le Grillon papier de septembre/octobre 2017

 

MS

 

  Club cévenol

Que fait le Club cévenol nous demande-t-on souvent ? Association nationale avec des groupes locaux très autonomes, nous pouvons répondre pour ce qui est du Groupe " LasalleMr Liron " en particulier sous l'aspect " propositions culturelles et découvertes du patrimoine cévenol ". En juillet-août en effet la section de Lasalle a invité des conférenciers : certains " du cru " (comme on dit) pour valoriser leur perception de l'histoire et des lieux, d'autres reconnus pour leurs compétences dans des domaines divers, qui devraient intéresser les habitants et les visiteurs du val de Salindrenque. Sans entrer dans le détail du programme, lieux, heures et dates (voir pour cela l'Agenda de la commune de Lasalle : www.lasalle.fr) citons :

Conférences en juillet : - Luc Garraud du Conservatoire Botanique National Alpin (CBNA), spécialiste  des communautés végétales (phytosociologie) et des mousses (bryologie) qui abordera le concept de coévolution des sociétés humaines et des communautés végétales et conduira aussi les promeneurs sur un parcours botanique autour du village. - Evelyne Brandts, professeur agrégé d'allemand, correspondante de l'Académie de Nîmes, qui évoquera la vie de Herbert Stein-Schneider, dit Pierre Séguy (ou pasteurs Séguy), dont le nom a été donné à la place (parking) devant le monument en l'honneur du combat de Cornelly pendant la Résistance. - Philippe Rouen, écrivain, petit-fils d'une descendante de la famille Pintard (originaire des Plantiers) auteur d'un ouvrage sur le parcours américain d'Antoine Pintard émigré en 1686 " à cause de la sévérité de mon Roi à l'égard de l'Eglise Réformée et fondateur de la bourse de Wall street.

la suite dans le Grillon papier de juillet/août 2017...

MS

 

Comité des fêtes de Lasalle

Depuis 2016 une nouvelle équipe à repris le Comité des Fêtes pour continuer à animer les fêtes  du Village. Cette année encore nous vous proposons un programme  festif et dansant. Mais ce sera la dernière année, c'est pourquoi nous lançons un appel aux bonnes volontés qui auraient envie de reprendre l'aventure à partir de l'année prochaine. Rejoignez nous pour que le village continue à être animé  les soirs d'été. 

14 juillet 2017 : - A partir de 19h : buvette - De 19h30 à 22h et de 22h à 24 h : musique avec

11 - 12 - 13 Août f - Fête votive et buvette sous les halles Jaqueline Bouvot (Comitedesfeteslasalle1@gmail.com)

 

Collectif d'artistes pour la restauration du temple de Lasalle

Exils du chaos à la fraternité : une exposition ouverte aux quatre vents... Ils l'ont fait ! Ce projet un peu fou de couvrir de toiles peintes les murs extérieurs du temple de Lasalle, ils l'ont réalisé ! Onze artistes à l'affiche : Francette Amiel-Couderc, Christian Astor, Michel Bonenfant, Hélène Bremond, Jacqueline de Coninck, Rika Derickere, Maryse Girgenti, Bernard Le Nen, Olivia Maurey-Barisson, Isis Olivier, Marthe Omé. Onze toiles, format 2 mètres sur 2, qui ne semblent pas si grandes une fois en place. Ce fut pourtant une drôle d'affaire que de les accrocher. Echelles, échafaudage, bonnes volontés. Ils ont travaillé de 9h du matin à 11h du soir et encore le lendemain matin  car bien répartir et aligner droit (enfin presque, on n'est pas au Louvre!) n'était pas facile. Le thème traité était austère : Exils, du chaos à la fraternité. Pourtant, la fraternité est bien là. 

la suite dans le Grillon papier de juillet/août 2017...

Françoise Schmid-Granier et Jacqueline de Coninck

 

Association des amis de la bibliothèque

Les Laboureurs d’Amérique – De la Corniche des Cévennes à Wall Street ou l’extraordinaire destin d’Antoine Pintard-  Philippe Rouen 

« Antoine comprend […] que son existence a enfin trouvé un écrin où les valeurs qui lui sont chères pourront s’épanouir. » Le commerce l’enrichira rapidement et il deviendra juge de paix. Antoine s’éteint en 1732. « En quittant Saint Roman en 1687 par le haut du vacoreligionnaires réformés enchaînés et en partance pour les galères marseillaises, le jeune Pintard, fuit les guerres de religions. Après un long périple à travers la France, il embarque fin Mars 1688 à La Rochelle vers l’île de Saint Christophe aux Antilles où il passe quelques années. Tout est dit dans le titre. Philippe Rouen nous retrace l’histoire incroyable et vraie, d’Antoine Pintard, Cévenol Réformé du XVIIe. En 1686, à Saint-Roman-de-Tousque, Antoine a 28 ans et  « L’esprit de Calvin souffle sur la famille Pintard ». Contrairement à de nombreux sur cette île qu’Antoine le cévenol huguenot à la Foi vivace mais étriquée, passe d’une vision étroite à une vision plus ouverte.  Arrivé en 1691 dans le petit port de New York, llon de la Baume, entre le Col de l’Exil et le col Saint Pierre où serpente aujourd’hui la Corniche des Cévennes, Antoine rêvait à la cité de l’Eternel […], il ne savait pas en posant ses valises sur les quais de l’Amérique en ce jour de printemps 1691, qu’il apportait sa pierre à la construction de ce qui serait un jour New York. » Il ne savait pas non plus que ses descendants suivraient ses pas et inventeraient New York City, ni que son arrière-petit-fils John contribuerait à la naissance de Wall Street ! Philippe Rouen nous conte la fabuleuse histoire des Pintard, en la replaçant dans son contexte : la situation au XVIIe des Cévennes, des Antilles, puis la naissance de New York…. 

Philippe Rouen, docteur en droit et licencié ès-lettres anglaises, a des origines cévenoles et suivi une partie de ses études aux USA.

Guillemette Chevallier

 

Fruits oubliés s'installe à Lasalle

" L'association Fruits Oubliés Réseau est née dans les Cévennes il y a déjà plus de 30 ans, sous l'impulsion de passionnés de variétés anciennes de fruits, conscients du risque de disparition de la diversité fruitière et des conséquences graves que cela aurait sur l'environnement et sur la qualité de notre alimentation. Elle a tout d'abord collecté, multiplié et diffusé les variétés fruitières locales. Elle a ensuite évolué vers une activité éditoriale, avec la revue "Fruits oubliés", qui présente chaque trimestre la diversité fruitière (espèces cultivées et sauvages, variétés traditionnelles), ses enjeux, et les acteurs de sa sauvegarde. L'association est également à l'origine des journées de l'arbre, de la plante et du fruit de Saint Jean du Gard. Elle participe également, au niveau national, au rassemblement des protecteurs de la diversité fruitière, pour porter haut la voix des fruits, et plus largement de la diversité cultivée, indispensable pour des cultures résistantes aux maladies et au changement climatique, et pour des aliments à haute valeur nutritionnelle. Elle milite enfin au niveau européen pour la réhabilitation des cépages interdits, comme le Clinton et l'Isabelle, bien connus dans les Cévennes. L'association vient de déménager ses locaux dans le village de Lasalle, au 75 rue de la Place. Les permanents ous y accueilleront avec plaisir (sur rendez-vous). L'association organise un apéritif pour son arrivée, le samedi 10 juin à 11h, dans ses locaux. Contact : 04 66 85 33 37 / contact@fruitsoublies.org / Retrouvez les publications de l'association et plein d'infos sur le site web : www.fruitsoublies.org "

Martin Lacroix

 

le Collectif du Pont de fer pour la Filature

 

Les associations culturelles réunies pour promouvoir le lieu artistique municipal :

  

Elles sont douze associations culturelles à louer toute l’année la salle de spectacle de la Filature du pont de fer. Depuis plus de trois ans elles se réunissent une fois par trimestre et ont constitué le Collectif du Pont de fer, qui inclut une délégation d’élus municipaux et la régie de coordination.

 

 

 

Les objectifs sont clairement exposés dans la charte : d’abord, proposer aux habitants des animations culturelles enrichies par les réseaux artistiques de tous les membres du collectif ; ensuite améliorer la visibilité des programmes de la Filature ; enfin, proposer une amélioration progressive de l’équipement technique de la salle.

 

 

 

C’est en septembre 2013 que le maire, Henri de Latour, a souhaité engager une réflexion commune avec les associations organisatrices de manifestations, sur la question suivante :

 

« Comment maintenir une programmation riche et de qualité, tout en se limitant aux moyens du village et des associations organisatrices ? » ; il s’agissait à l’époque d’étudier la viabilité d’un poste salarié mutualisé au service commun des organisateurs.

 

  

Les membres actuels du Collectif du Pont de fer : Délégation municipale (Michel Lafont et Isis Olivier) – Régie de coordination – As’art – Association Singulier/Plurielle – Centre d’Art JM. Granier – Champ Contrechamp – Cie Les acteurs de bonne foi – Cie Le nez au vent – Cie Microsillon – Cinéco–Club Cévenol – Even – L’Art Scène – Viv’Alto.

 

...La suite dans le Grillon papier de mai/juin 2017

 

    

Pour le Collectif,
Patricia Marinier (Cie Microsillon)
Odile Vecciani (Régie de coordination)

 

   

Les Amis de la Bibliothèque de Lasalle

 

 

-  L'Assemblée générale

 

Réunis pour leur AG le 24 février les membres de l'association ont constaté que

 

nos bénévoles continuent à assurer plus de 2300 heures de travail par an qui consistent en :

 

  - des permanences régulières à la médiathèque,

 

  - des lectures une journée toutes les trois semaines pour les classes de maternelle et primaire

 

  - l’achat pour plus de 1000€ en 2016 de livres grâce aux cotisations de nos adhérents (10€ par an et par famille)

 

  - le passage du bibliobus 3 à 4 fois par an

 

  - l’alimentation du blog des Amis de la Bibliothèque http://bibliothequelasalle.blogspot.fr

 

  -  l’organisation de différentes rencontres (lectures, débats, conférence)

 

  -  la lecture d’un livre pour les lecteurs dans chaque Grillon

 

  -  le suivi des 4 brochures éditées ces dernières années (Robert Francisque, des Camisards aux Maquisards, Mémoires du bosquet, et l’empreinte du Magnan)

 

Pour 2017, une grande nouveauté : une de nos bénévoles propose d’animer un atelier d’initiation à l’informatique le vendredi matin.

 

Christiane Lafont a passé le flambeau à Marianne Ginsbourger au poste de présidente avec Sonia Belidian en appui. Isabelle Chinchilla prend le poste de secrétaire. La séance a été levée suivie du verre de l’amitié.

 

 

Christiane Lafont

 

 

 

-  Conseils de lecture

 

Le testament Aulick – Pierre Servent (Roman)

 

 

 

Alexandre Plainlevé est un professeur d’histoire passionné par le passé. Il aime faire revivre les « âmes des disparus » devant ses élèves éberlués, à l’aide de toutes sortes de témoignages et objets de l’époque étudiée.

 

La découverte chez un étrange brocanteur montpelliérain, d’une barrette militaire germano-russe de la Première Guerre mondiale l’intrigua. Elle était accompagnée d’une étrange bible « trafiquée ». « Réparties en plusieurs endroits plusieurs dizaines de pages non imprimées étaient recouvertes d’une écriture serrée au crayon à papier. » Des pages indécelables signées par un soldat allemand : K.

 

C’est à Clara, une collègue professeur, qu’il demande de déchiffrer ces pages…des pages totalement « déstabilisantes » : une véritable confession.

 

Qui était K : l’ami de guerre de deux autres K dès 1914 ? Un soldat bavarois devenu diplomate du IIIe Reich en 1945 ? Un simple écrivain ?

 

Et Clara, cette collègue qui l’obsède mais lui résiste ?

 

Quant à l’étrange monsieur Licorne, cet antiquaire dont il ignore le véritable nom ?

 

 Pierre Servent nous retrace l’Histoire méconnue de l’Allemagne du début du XXe siècle.

 

Le lecteur est interpellé : Comment un homme équilibré a-t-il pu se laisser entrainer dans le sillage d’Hitler ? Comment tout homme peut-il se laisser embrigader ?

 

Malgré ses premières pages un peu longues, un livre passionnant, roman et documentaire. A lire absolument.

 

 

 

Pierre Servent, né en 1954 à Montpellier, est colonel de réserve et ancien journaliste. Il est l’auteur de plusieurs essais. Expert en stratégie militaire il est consultant « défense » de France 2 et dans « C dans l’air »

 

Le testament Aulick est son premier roman.

 

 

 

Guillemette Chevallier

 

 

 

-  Initiation à l'informatique

 

 Contrairement à ce que vous pensez, l'informatique ne concerne pas que les jeunes.

 

L'apprentissage est rapide et apporte une ouverture et des échanges qui enrichissent notre vie intellectuelle et affective et évite parfois l'isolement.

 

En apprenant tranquillement à domestiquer cette souris qui ouvre tant de portes sur le net , vous pourrez de chez vous, avoir accès à l'information, avoir des réponses à tout questionnement personnel et quotidien, resserrer les liens avec des amis éloignés,  envoyer et recevoir des messages et/ ou des photos de proches ...

 

L'Association des Amis de la Bibliothèque de Lasalle vous propose des ateliers, le vendredi de 10h à 12h, le mardi de 16h à 18h, le mercredi de 10h à 12h et de 15h à 18h, le vendredi de 16h30 à 18h et le samedi de 10h à midi.

 

Renseignements et inscriptions au 04 66 83 99 14. Nous fixerons les dates des ateliers en fonction de vos réponses. Merci.

 

Isabelle Chinchilla

 

 

 

 

 Festival Champ/Contrechamp

 

 

 

 

Il est là, il arrive, le festival se déroulera du vendredi 19 mai au samedi 27 mai et concernera, outre Lasalle, les communes de Ganges, Le Vigan, Valleraugue, Pont de Montvert, Ispagnac, Vialas et Anduze ! Un territoire élargi qui s’identifie au classement de Causses et Cévennes au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Festival engagé, cette édition met en avant l’expression « Tout va bien » ! Clin d’œil ironique et désabusé face à un monde de plus en plus inquiétant ou espoir dans les voix montantes chaque jour plus nombreuses pour une société plus juste, plus respectueuse de son environnement, plus humaine ? Nous verrons bien lors de la programmation qui sera présentée début mai.

 

En attendant nous nous réjouissons de la venue de cet événement qui nous propose des projections suivies de rencontres avec les réalisateurs invités et des débats avec artistes, journalistes et personnalités diverses, le tout contribuant largement à la qualité du festival.

  

Frédéric Bourguet

 

 

  Association " De la Balle"

  

L’idée d’une association sportive sur Lasalle est venue d’une bande de copains qui se rassemblait régulièrement pour jouer au football.

 

Toujours plus nombreux grâce à l’ambiance et au bouche à oreille, nous jouons tous les jeudis à 18h depuis deux ans. Cette activité de loisir destinée aux adultes, avec la présence de quelques jeunes, permet de partager un moment entre personnes d’horizons divers.

 

 En créant l’association, nous voulions promouvoir le sport dans son ensemble.

 

 L’investissement de la mairie dans des buts de foot à 7, a favorisé la venue de jeunes toujours plus nombreux. Puis des rencontres de tennis se sont organisées et des cours  sont proposés. Cette nouvelle activité vient s’ajouter à celles menées lors des T.A.P. à l’école de la commune. Nous aimerions avoir du volley-ball au stade les dimanches ; avis aux amateurs ! De nombreux jeunes sont en demande de football encadré. De plus, il manque des propositions pour les moins de cinq ans …

 

Bien sûr nous souhaiterions un développement plus important des infrastructures sportives de la commune, même si beaucoup a déjà été fait : tonte de la pelouse, entretien des locaux et éclairage. Nous espérons notamment le nivellement du stade, le changement des filets de tennis, la mise en place des nouveaux buts de foot. Tout cela ne pourra se réaliser qu’avec la participation des usagers et des services de la mairie.

 

 Le 14 juillet, l’Amicale Sportive de Lasalle, regroupant plusieurs associations, prévoit une journée sportive : tournoi de football, tournoi de tennis, randonnées pédestres, course cycliste, et concours de pétanque. D’autres propositions sont possibles, et toutes les aides seront les bienvenues.

 

Dans une ambiance amicale, nous cherchons à pérenniser le sport sur la commune et avoir des projets. Le sport valorise des notions essentielles à notre bien-être physique, mental, respect des autres et des règles de jeu, connaissance de son corps. C’est dans cet esprit que je vous invite à participer, vous investir ou simplement venir profiter d’un moment ludique et sportif.

 

 Que ce soit avec une association ou à titre personnel, partager des moments ensemble, permettra d’enrichir et d’améliorer notre vie collective et personnelle.

 

  Guillaume Beccherle Tel : 06 86 96 12 16 Mail : rasbecc@yahoo.fr

 

 

    

 

Le rôle des associations

 

Les associations jouent un rôle largement méconnu dans beaucoup de domaines : le sport, la culture, le social, la santé, l'environnement. Il y a aujourd'hui entre 15 500 et 16 500 associations dans le Gard animées par des bénévoles dont le nombre varie de 160 000 à 170 000. En France existent 1,3 million d'associations déclarées, animées par 16 millions de bénévoles et employant 1,8 millions de salariés (un salarié sur dix, plus que la construction ou les transports) soit environ 11 % de l'emploi du secteur privé.

 Dans le Gard, c'est l'arrondissement de Nîmes qui regroupe la majorité des associations (68 %), suivi de celui d'Alès (22 %) et de celui du Vigan (10 %). Le rythme de création des associations a faibli dans les années 2009 et 2011. Depuis il se redresse sans avoir retrouvé la dynamique des années 2005 à 2008. Les principaux domaines d'activités concernés sont la culture, le sport, les loisirs. Viennent ensuite le social, l'économie, puis l'environnement et la santé.

 Chaque année, plus de mille nouvelles associations sont créées dans le département. Mais cette dynamique cache aussi une certaine instabilité car les associations sont largement soumises aux fluctuations budgétaires et à celles des motivations de leurs membres et de leurs dirigeants... Une association c'est fragile et, comme les espèces en danger, il arrive que cela disparaisse. Pourtant ce n'est jamais une bonne nouvelle car tout ce qui est organisation « venue du bas » (« bottom up » comme disent les Anglais) nous ouvre des espaces de liberté précieuse, nous grandit en nous donnant des responsabilités et crée du « lien social » physique, intellectuel et affectif. C'est un grand mérite de les conserver et de les faire prospérer... tout en les transformant pour les rendre aptes à s'adapter à mesure que le temps passe. 

 

Michelle Sabatier

(Chiffres extraits du rapport « L'essentiel de la vie associative dans le Gard » - Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports).

 

 

 Amis de la bibliothèque

Chanson douce – Leïla Slimani (Roman)- Prix Goncourt 2016

 

« Ma nounou est une fée » Ce sont les paroles de Myriam quand elle raconte comment Louise a sauvé sa famille du désastre lorsque, avocate, elle décide de reprendre son travail. En quelques semaines la maison pagaille de Myriam et Paul est rangée et réorganisée. Les enfants, Mila et Adam, sont calmes et le diner prêt le soir à leur retour. « Ils ont le sentiment d’avoir trouvé une perle rare, d’être bénis ». Parfois de légers détails irritent la mère de famille… mais elle ne réagit pas. Tout va bien pour les enfants, c’est le principal et elle n’a pas le temps.

La nounou prend de plus en plus d’emprise sur le foyer....

 

Le livre débute par la scène finale, un tableau d’horreur. La nounou a tué les deux petits enfants dont elle avait la garde. « Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. »

Leila Slimani ne nous ménage pas.

Un récit bien construit et original, incitant à lire la suite. Des phrases courtes et incisives, pas de sentimentalité, des faits et des descriptions précises provoquant au fur et à mesure de la lecture un certain malaise.

Le lecteur suit l’évolution du mécanisme : une nounou trop parfaite dans un foyer qu’elle voudrait idéal, face à des parents trop préoccupés par leur carrière.

 Un thriller psychologique et social mené de main de maître. Un roman qui fait froid dans le dos par son réalisme.

Un roman brillant et de lecture agréable !

 

Leïla Slimani est née en 1981 à Rabat au Maroc, d’une mère franco-marocaine et d’un père marocain. Journaliste, « Chanson douce » est son deuxième roman.

 

Guillemette Chevallier

 

 

 Comité des fêtes

 

Le comité des fêtes sort de son repos hivernal... et s'inquiète de l'avenir. Nous remercions tous ceux qui se sont engagés en 2016 pour leur participation active. Comme bon nombre d'associations nous manquons de bénévoles, certains membres du bureau sont démissionnaires. La réception des diverses manifestations de l'année 2016 a été en majorité positive : pour continuer dans cette démarche rejoignez-nous, faites-nous part de vos expériences, de vos idées, de vos envies, de vos attentes, de votre bonne humeur... A bientôt

 Jacqueline Bouvot

Comitedesfeteslasalle1@gmail.com 

 

 Champ-Contrechamp : le Festival du film documentaire

 

Le 14 janvier dernier, s’est tenue l’assemblée générale de l’association Champ-Contrechamp qui organise le « Festival international du documentaire en Cévennes » depuis 2015, date à partir de laquelle la diffusion du festival s’est élargie à six communes en sus de Lasalle.

Pour mémoire, Champ-contrechamp est une structure consolidée, avec une centaine d’adhérents et deux salariés, l’un à mi-temps et l’autre en contrat aidé. Le budget de l’association s’élève à près de 100 000 euros, grâce notamment au concours indispensable du mécénat, et 110 bénévoles se rendent disponibles pendant la manifestation.

Cette AG fut l’occasion de tirer un bilan de l’édition 2016 et de découvrir les premières tendances de la programmation 2017.

En terme de bilan d’abord, 2016 qui fut l’année des 15 ans du festival, a été un bon cru : près de 6500 entrées payantes, neuf jours de diffusion sur dix salles, 2/3 de films étrangers, une soixantaine d’invités représentant quinze nationalités différentes, huit films réalisés localement avec les ateliers Varan, une belle et riche diversité.

Les différents partenariats mis en place avec le Parc national des Cévennes (film réalisé avec les enfants de l’école de Lasalle), le Rectorat (séances réservées au public scolaire), ainsi que la Faculté des lettres de Montpellier (implication des étudiants de la section cinéma) ont également contribué à la réussite de cette édition qui, cette année encore, a cherché à associer le plus possible la population à travers une dizaine d’associations locales.

Pour 2017, l’ambition est forte avec le renouvellement et l’extension des partenariats, et un objectif de sept mille entrées ! Une certaine forme d’ironie est également exprimée avec le thème de cette édition : « Tout va bien ! »

 

...la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2017

Frédéric Bourguet

 

 

 Club cévenol

 

L’Assemblée générale du Club cévenol, Groupe du mont Liron, qui s'est tenue à Lasalle samedi 28 janvier, a réuni une quarantaine de participants. Elle a donné l'occasion de projeter le film de Raymond Achilli : « Passeur de vie, passeur d'histoires » consacré au parcours de Daniel Travier, directeur du Musée des vallées cévenoles à Saint-Jean du Gard. En présentant son propre cheminement et l'histoire des collections, il dévoile les fondements de sa passion dans son attachement à la culture cévenole. Son travail de recherche est un bel exemple de la formation par la pratique, l'expérience et la rencontre avec l'autre : cinquante ans de collecte d'objets associés au recueil du témoignage des acteurs d'une société aujourd'hui disparue.

Raymond Achilli, son réalisateur, y associe sa sensibilité propre avec un souci d'authenticité de l'image et de recherche de l'angle, de l'éclairage, du cadrage, qui parlera directement au cœur du spectateur. Le film est aussi une réflexion sur ce que l'historien Philippe Joutard et l'ethnologue Jean-Noël Pelen entendent par la notion de « reflet d'une société vivante ». Une belle étape avant l'ouverture de la Filature de Maison Rouge.

 

Michelle Sabatier

 

 

 VIV'ALTO

 

Sans attendre la fin de l'hiver, Viv'Alto reprend son élan avec deux concerts en mars et avril :

Lundi 6 mars à 20h30 à l'église Saint Pierre

Le Trio Quodlibet (violon, alto, violoncelle) interprète les « Variations Goldberg » de J.S.Bach, version trio à cordes de Bruno Giuranna.

Une anecdote à propos de ces « Variations » mondialement célèbres : le comte von Keyserling de Leipzig, souffrant d’insomnie, avait un domestique nommé Goldberg qui était claveciniste, élève de Bach, et chargé de distraire les nuits de son maître. Mais celui-ci en avait assez d’entendre les mêmes pièces ... Il demanda alors à Bach de lui composer une nouvelle œuvre. Ce dernier lui proposa ces magnifiques et très difficiles variations (ce qui laisse supposer le niveau du domestique !), synthèse de tout l’art du clavier et de l’écriture. (Jean-Marc Onkelinx Musicologue)

Mardi 4 avril à 20h30 à l’Eglise Saint-Pierre

L. Van BEETHOVEN : Sérénade pour flûte, violon et alto,

J. CANTELOUBE : Chants d'Auvergne pour flûte et harpe,

L. de SAINT LUBIN : Variations pour violon seul sur un air de DONIZETTI,

C. DEBUSSY : Sonate pour flûte, alto et harpe.

Les interprètes seront des « habitués » (et amis...) de Vivalto : Pierre-Henri Xuereb, altiste, directeur artistique du festival, Fabrice Pierre, harpiste et chef d’orchestre, Dejan Bogdanovic, violoniste. Ils seront exceptionnellement accompagnés d'un invité d'honneur : Patrick GALLOIS, flûtiste.

Patrick Gallois fait partie des musiciens français qui occupent le devant de la scène musicale internationale. Nommé à 21 ans première flûte solo de l'Orchestre National de France, sous la direction musicale de Lorin Maazel, il a joué sous la direction de Léonard Bernstein, Seiji Ozawa, Pierre Boulez, Karl Boehm, Eugen Jochum, Sergiu Celibidache au cours d'une carrière qui lui a fait connaître les orchestres du monde entier.

 

...la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2017

Marie-Hélène Bénéfice

 

 Association Le Filon : vos fruitiers

Les arbres fruitiers sont présents partout dans notre territoire des Cévennes, bien adapté pour de nombreuses espèces, ils offrent une très grande diversité de variétés traditionnelles locales. Encore faut-il savoir comment les cultiver pour garantir leur succès. L'association Le Filon est née en 2008 de la volonté de permettre au plus grand nombre de se ré-approprier les savoir-faire simples liés au verger. Elle organise des journées thématiques qui visent à acquérir les quelques compétences techniques spécifiques nécessaires pour être autonome dans son verger et qui mettent en œuvre des pratiques respectueuses des arbres et de leur environnement. La méthode pédagogique développée est active et participative. L'accent est mis sur la pratique car seuls les exercices permettent les réflexions globales et l'analyse.
Tout au long de la journée alternent des séquences théoriques qui permettent la compréhension, des démonstrations qui améliorent l'ancrage, et des mises en situation où s'acquiert l'habileté du geste et l'assurance.
Rendez-vous à 9 h ou 9 h 30 à Paillière dans le verger pédagogique, sauf pour les sessions autour de l'olivier qui se déroulent à Lasalle. Les dates sont choisies en fonction de la lune. 

25 € la journée, sauf greffage des fruitiers (30 €)

Greffage des oliviers (Lasalle) 4 mars et 29 avril

Taille des oliviers (Paillière) : 18 mars

Greffage des fruitiers (Paillière) : 25 mars

Pierre sèche (Paillière) : 22 avril

L'inscription est obligatoire pour prévoir la documentation. Envoyez un SMS au 06 20 16 66 86 ou un mail à contract@lefilonvert.org

Sylvie Dupard

www.lefilonvert.org

 

Rencontre autour de l’Ayurveda

 

L'Ayurveda est la science de la vie et l'art de vivre indien. Son approche envers la santé se base sur notre lien avec la Nature, sur l'observation et sur l'expérimentation. C'est un système de soin préventif autant que réparateur qui prend en considération l'être dans sa totalité. En Ayurveda le système digestif est l'acteur principal de la santé.

 

Le 9 mars à 15h l'association « Le jardin de l'éveil » (www.lejardindeleveil.fr) présente les bases de l'Ayurveda, en focalisant sur notre système digestif, dans les locaux de « Interactivités », au 118 Rue de la Gravière (RDC première porte à gauche).

La participation est sur la base du prix libre et conscient.

 

« Interactivités » est une association loi 1901 basée à Lasalle, qui a pour objet de faciliter la pratique d'activités culturelles, artistiques et de loisirs ainsi que la communication autour de ces activités. Contact : infos@interactivites.fr, 09 50 19 14 99 (répondeur).

 

Silvana Möllerhenn

 

 

Fédération de chasse : cultures faunistiques

Certains ont pu voir un panneau « cultures faunistiques » sur la route entre Monoblet et St Hippolyte-du-Fort et se poser la question : de quoi s'agit-il ? Ou mieux encore : c'est pour engraisser les sangliers ! Et bien non...

Le dispositif « cultures faunistiques » a été initié il y a de nombreuses années afin de favoriser les populations de « petite » faune (lièvre, lapin, perdrix...) et fournir une alternative au développement des friches. La création de cultures à but faunistique contribue au maintien des milieux ouverts et crée des milieux de vie, de refuge, d'alimentation et de reproduction favorables. Cette action permet la revalorisation biologique des milieux fermés ou en cours de fermeture par les broussailles ou le boisement. N'oublions pas en effet que la « fermeture » des milieux (jusqu'à 90 % de la surface dans certaines parties du territoire) est l'un des aspects les plus néfastes à la richesse de la biodiversité.

Les cultures faunistiques ont de nombreux intérêts, comme par exemple :

elles contribuent à capter les eaux de ruissellement,

elles assurent de meilleures connexions entre les territoires favorables à la faune ;

elles permettent d’augmenter la surface accueillante à ces espèces sur une exploitation agricole ;

elles embellissent le paysage et limitent le risque incendie ;

elles participent à la conservation de nombreuses espèces d’intérêt patrimonial (Aigle de Bonelli par exemple) ;

sources de nourritures directes (graines, parties vertes, fleurs), ou indirectes (développement des insectes dont se nourrissent les poussins de nombreuses espèces d'oiseaux), elles maintiennent en même temps des lieux de vie, refuge pour la faune.

Associations de chasse, collectivités, agriculteurs, propriétaires, aménageurs peuvent trouver conseils et renseignements sur l’implantation de cultures faunistiques (diagnostics préalables à l’implantation, définition du mélange d’espèces adaptées…) auprès de la Fédération Régionale des Chasseurs du Languedoc-Roussillon  (04 67 73 27 70).

 Michelle Sabatier

 

                         +  +  +  +  +

                                                            

Association des amis de la bibliothèque 

« Le charme discret de l’intestin » – Giulia Enders

 

« Notre sphincter interne est un petit gars tout en muscles. Sa devise : « Quand il faut que ça sorte, il faut que ça sorte. » Et il n’y a pas là matière à tergiverser pendant des heures. Le sphincter externe, lui, doit toujours faire face à la complexité du monde extérieur. »…

Giulia Enders, jeune allemande étudiante en médecine, nous dit tout sur cet organe encore mal aimé, pourtant considéré comme un second cerveau : notre intestin. L’auteure nous convie à une visite guidée très détaillée de notre tube digestif : « le jardin secret »  de la bouche, l’œsophage « pro du remue-ménage », l’estomac « petite poche de guingois », l’intestin grêle « grand zigzagueur devant l’Eternel » etc. Tous nos organes digestifs ainsi que leur fonctionnement sont expliqués avec beaucoup d’humour. « Les deux intestins, le grêle et le gros, n’ont pas la même philosophie du travail. Le gros intestin est plutôt du genre tranquille […] Il suit son instinct. »

La promenade terminée, Giulia Enders nous signale les gros besoins de cet intestin pour bien faire son travail. Les troupes indispensables de bactéries et d’enzymes, les prébiotiques, et les probiotiques… l’auteure nous invite à prendre garde à nos comportements alimentaires pour faire du bien à notre ventre. C’est en termes simples et pleins d’humour qu’elle nous explique le rôle joué par ce deuxième cerveau dans certaines maladies telles que Parkinson, surpoids, dépression, allergies … Impressionnant ce monde de l’infiniment petit qui s’active à l’intérieur de notre corps !

Un livre à lire absolument, qui permet de s’instruire avec beaucoup de plaisir, les illustrations humoristiques de Jill Enders, sœur de l’auteure, y participant. Véritable phénomène de librairie en Allemagne, ce livre est maintenant publié dans vingt cinq pays.

Guillemette Chevallier

 

 Maison de retraite

L’association des bénévoles de la maison de retraite a repris ses activités depuis le mois de septembre.

Le jour de notre rentrée, nous avons organisé un loto gratuit pour les résidents avec 10 quines à la ligne et 2 cartons pleins : Un réservé aux dames et un pour les messieurs.

Pour la semaine bleue, c'est la chanteuse Isa qui a animé l'après-midi du dimanche avec le répertoire des chansons anciennes de notre midi. Ce moment récréatif s'est terminé par un goûter (sacristains et boissons) offerts par l'association à toutes les personnes présentes : résidents, bénévoles, visiteurs et personnel.

Le Père Noël des bénévoles est passé aux Glycines le lundi 26 décembre après-midi : distribution des cadeaux à chaque résident, chants sur le thème de l'hiver par Isa suivis d'un goûter et boissons pour tous.

Pour 2017, nous avons déjà 2 grandes animations au programme pour le premier trimestre : notre loto annuel le : samedi 11 février et l’assemblée générale de notre association le 11 mars, suivie d'une animation avec le grand chœur St Christolen (environ 50 choristes). Goûter et boissons offerts.

Magalie Crouzet

Présidente des bénévoles

 

 Association des Parents d'Elèves

L'A.P.E. de l'école du Colombier de Lasalle a renouvelé son bureau pour l'année 2016-17. La présidente élue est : Mme Christelle Artigues. Le but de cette association est d'agir ensemble pour organiser des activités d'enseignement ou présentant un intérêt particulier pour les élèves et les familles. Elle apporte également un soutien financier aux projets pédagogiques. Plusieurs manifestations sont déjà programmées pour le 1er semestre 2017 : carnaval (11 mars) et loto (26 mars), puis marché de Pâques, tournée de brioches, fête des enfants, vide-grenier, fête de l'école etc.

Christelle Artigues

 

 Association pour la préservation de la Vallée de la Salindrenque

Le Grillon a été informé par l'association de l'existence d'une pétition (https://www.change.org) qui avoisine les 700 signatures (début décembre)  contre la « disneylisation » de la vallée, suite aux aménagements du camping « Le Filament » (ex « La Pommeraie ») aujourd'hui géré par le groupe « Capfun ». Les témoignages des riverains font état d'un bruit de voisinage gênant et persistant : « Malgré de nombreuses plaintes des riverains auprès des responsables du camping, nous constatons que, hier au soir, le 25 août, une soirée festive nous empêchait de nous tenir sur notre terrasse. L’intensité sonore était hors norme, les bruits d’amplificateurs remplissaient l’espace pourtant vaste et criaient leur mépris de la nuit, de la vallée de la Salindrenque et de tous ceux qui vivent dans cette vallée. ». « En acquérant ce camping les nouveaux propriétaires n’ont peut-être pas réfléchi au fait que « ici » n’était pas partout ailleurs et que « ici » était constitué de personnes vivantes qui avaient une idée de leur région, de leur village, de leur patrimoine ; les attaches sont toujours variées mais il ne viendrait à l’idée d’aucune de ces personnes  de s’emparer de la nuit des autres, de leur tranquillité et de leur espace visuel en l’enlaidissant. »

L'accueil de plus de 700 personnes sur une surface limitée (7 ha) dans une commune (Thoiras) qui dépasse à peine les 400 habitants n'est pas sans poser de problèmes. Aussi nous avons confronté le questionnement des " pétitionnaires " et le point de vue des gestionnaires du camping, sachant bien que chaque partie tire l'information dans la direction qui correspond à son ressenti : 

la suite dans le Grillon papier de janvier/février 2017...

Michelle Sabatier

 

   Le Club Cévenol et le Camping "Le Filament"

 Association créée en 1894 et forte de plus de 1500 adhérents, le Club Cévenol a pour but, depuis plus de 120 ans, de sauvegarder le patrimoine naturel et culturel des Cévennes et des Causses et de promouvoir un tourisme respectueux de l'esprit des Cévennes. La Section de Lasalle est consternée par l'évolution du Camping de la Pommeraie, devenu le Filament à Thoiras : forte densification des implantations de mobile-homes, équipements ludiques imposants aux couleurs vives, développement des animations diurnes et nocturnes sans respect pour le site ni pour le voisinage…. Ces équipements ne respectent pas les spécificités des Cévennes et les formes de tourisme que le Club Cévenol souhaite voir se développer.

la suite dans le Grillon papier de janvier/février 2017...

Le président du " Groupe du mont Liron " du Club cévenol,

Alain Chevallier.

 

 

 

Amis de la bibliothèque " Petit pays " – Gaël Faye

 Un magnifique premier roman du rappeur Gaël Faye né au Burundi.

 

1993 à Bugarama au Burundi, Gaby et Ana vivent leurs derniers jours d’insouciance. Leur père, entrepreneur français, et leur mère, Rwandaise très attachée à son pays, vont se séparer alors que la violence envahit progressivement ce « petit pays » voisin du Rwanda.

 

Au Burundi, comme au Rwanda on trouve plusieurs ethnies dont les Hutu « ils sont petits avec de gros nez » et les Tutsi « comme votre maman […] ils sont grands et maigres avec des nez fins. » « Pourquoi se font-ils la guerre ? » « Parce qu’ils n’ont pas le même nez. » Gabriel dit Gaby, se remémore ses moments d’enfance, ses équipées souvent cocasses avec les copains africains, les mangues volées, la beauté des massifs de bougainvilliers et des haies d’ibiscus, l’immense bibliothèque de madame Economopoulos avec qui il découvre le plaisir des livres. Un petit pays mais un paradis. Puis l’enfance est bousculée, « Cet après-midi-là, pour la première fois de ma vie, je suis entré dans la réalité profonde de ce pays. J’ai découvert l’antagonisme hutu et tutsi […]. La guerre, sans qu’on lui demande, se charge toujours de nous trouver un ennemi. »

 

Le pays a basculé. Au Burundi « on vivait dans cette atmosphère étrange, ni paix ni guerre […] L’insécurité était devenue une sensation aussi banale que la faim, la soif ou la chaleur »... « La fureur et le sang côtoyaient nos gestes quotidiens.»…jusqu’au jour ou Gaby et sa petite sœur Ana sont envoyés en France.

 

« On ne doit pas douter de la beauté des choses, même sous un ciel tortionnaire. Si tu n’es pas étonné par le chant du coq ou par la lumière au-dessus des crêtes, si tu ne crois pas en la bonté de ton âme, alors tu ne te bats plus, et c’est comme si tu étais mort. »

 

Gaël Faye nous conte avec talent et sensibilité l’histoire de ce peuple meurtri.

 

Guillemette Chevallier

 

 

Association " Les Pitchounets "

 

 

 

Il est des associations tellement actives, et des gens tellement engagés dans leur « asso », que le Grillon peine à rendre compte de tout ! C'est le cas des Pitchounets qui nous envoient régulièrement leur superbe bulletin « La Gazette des Pitchounets » : 16 pages pour la dernière édition !

 

C'est vrai que l'actualité ne manquait pas, nous devrons nous contenter d'évoquer la grande kermesse du 9 juillet avec concours de pétanque, loto, twirling, concert de la fanfare « Les Ambassadeurs », défilé de mode des stylistes locales (Sarah et Aurélia), mais aussi les ateliers métiers : « petit mitron », ferrage de chevaux, tissage et filage comme autrefois, fabrication de pompons (pour les transhumants), apiculture, couture, peinture, poterie, masques de théâtre, jeux divers (du maquillage au « photo-ma-tronche » et de la pêche aux canards à la soirée « mousse » etc.). Sans oublier la visite de la fameuse « marraine » Alexandre Lamy !

 

Tout ça grâce aux bénévoles et aux partenaires publics et privés (CCI d'Alès, Chambre des métiers du Gard). Un élan de solidarité qui fait chaud aux cœurs des Pitchounets et de leurs familles : Louane, Auriane, Louis, Enzo, Romain, Hugo, Léo et Quentin...

 

Grâce aux fonds récoltés ces familles pourront bénéficier d'une aide en lien direct avec l'état de santé de l'enfant malade ou en situation de handicap. Si vous voulez vous associer à cette chaude dynamique vous pouvez retrouver les Pitchounets le samedi 5 novembre à 11 h à la salle polyvalente de Vabres (bilan et projets). Renseignements : pichounetslasalle@gmail.com

 

MS

 

 

 

 Vivalto 2016 : 4e édition de la Fête de l'Alto

 

La dernière « Fête de l'Alto », du 22 au 27 août, a eu un caractère particulièrement exotique grâce à la présence d'un groupe de plus de vingt jeunes chinois de Pékin et sept jeunes coréens de Séoul, découvrant la France grâce aux classes de maîtres auxquelles ils ont studieusement participé, au côté d'autres stagiaires de nationalités diverses (33 stagiaires en tout). 

 

Bilan :

 

- 800 entrées aux concerts, réparties entre Lasalle, Ste Croix de Caderle et Valleraugue, avec une palme particulière au concert donné dans le temple de Lasalle où un public très ouvert a pu prendre place (peut-être grâce à l'heure moins tardive que les autres). Les lieux investis témoignent de l'accueil reçu : église, temple, filature, foyer Viala, école, cure, foyer les Glycines… sans compter les gîtes, pour accueillir les 55 personnes logées, et la restauration (repas de midi servis à l'Etape du randonneur ceux d'après concert préparés par Viv'alto).

 

- 7 musiciens professionnels ont animé six « classes de maîtres » et un « atelier chant », grâce auxquels une grande variété de talents a pu s'exprimer.

 

- 17 bénévoles se sont donnés sans compter (ainsi que les hébergeurs bénévoles) !

 

Projet :

 

Comme en 2015, des subventions ont été versées par la commune de Lasalle et la communauté de communes « Causse Aigoual Cévennes – Terres Solidaires ». Nous espérons pouvoir obtenir aussi l'aide financière promise par Alès mécénat..

 

Pour la 5ème édition, en 2017, est prévue la venue de musiciens et choristes norvégiens. Deux concerts sont annoncés dès le printemps : un quatuor italien « Jeunes Talents » et Dejan Bogdanovic (violoniste que les habitués connaissent bien). En attendant, rendez-vous le samedi 29 octobre à la filature du Pont de fer pour un concert innovant en trio : clarinette (Nicolas Stimbre), marimba (A. Charabinaud) et accordéon (S. Mazoyer) : « Musique nomade » (venue des pays de l'Est).

 

Marie-Hélène Bénéfice

 

 

 Un moment de partage aux jardins partagés

 

 

Sous un beau soleil et une chaude température, le samedi 10 septembre, Stéphanie nous a fait découvrir « les jardins partagés ». Ils sont une vingtaine de familles à se partager des parcelles individuelles et une parcelle collective pour semer, cultiver, récolter. Chacun fait selon son idée avec un échange des connaissances. L’ensemble est très poétique, il y règne une atmosphère bucolique. Un atelier de poterie permettait aux enfants de réaliser des petites figurines… Puis ensuite, nous nous sommes retrouvés petits et grands, sous un arbre pour écouter Solène, qui nous a conté de belles histoires… L’auditoire était très attentif ! De magnifiques salades toutes aussi appétissantes les unes que les autres, rouleaux de printemps et autres nombreux mets furent partagés. L’après-midi certains échangèrent, d’autres s’exprimèrent en musique et chansons et les artistes comme Nicolas et Jean-Paul, nous firent découvrir le Land’ art au travers de deux sculptures.

 

« Le jardin est ouvert si vous souhaitez le visiter, nous rencontrer ! » Chaque Lasallois ou association lasalloise peut faire une demande de parcelle (s'adresser à  jardinsdemeraudes@gmail.com). Au plaisir de vous y croiser.

 

Idelette Deshons-Marteau

 

 

 

Assemblée générale de l’APAHL « Une association qui se veut force de proposition ».

 

 

 Le 17 août dernier, l’Association pour l’aménagement harmonieux de Lasalle, forte de plus de 90 adhérents, a tenu son Assemblée générale annuelle en présence d’une quarantaine de participants.

 

Lors de la présentation du rapport moral, Frédéric Bourguet, s’exprimant au nom du président Jacques Ramat, excusé, a rappelé les principales actions engagées au cours de l’exercice écoulé ; parmi celles-ci, on retiendra plus particulièrement :

 

   la veille attentive concernant le PLU, dossier dont l’avancement a été une fois de plus retardé dans l’attente de l’étude relative à l’écoulement des eaux de pluie ; si l’on peut s’attendre à ce que l’enquête publique ne soit pas lancée avant le printemps 2017, l’APAHL sera, il va de soi, attentive à faire part de ses observations le moment venu ;

 

   le lancement, sous l’égide de Nathalie Masselin, d’un important travail d’enquête relatif à l’esthétique des façades et ouvertures s’appuyant sur une revue des réfections réussies dans des villages du Languedoc.

 

Traçant les perspectives pour l’exercice à venir, l‘Assemblée a décidé – outre la poursuite du suivi de toutes les actions importantes pour le village – du lancement de deux groupes de travail :

 

  le premier, relatif aux prescriptions architecturales, aura vocation, en s’appuyant sur le travail d’enquête déjà réalisé sur le sujet, à dégager des recommandations concrètes (façades, palettes de couleurs, ouvertures…) en vue de la transmission d’un document à la municipalité ;

 

  le second, partant du constat des difficultés de circulation dans le village devra, sans faire abstraction des différentes études d’ores et déjà réalisées sur le sujet, formuler des préconisations aussi concrètes que réalistes.

 

Une association impliquée, donc, dans la vie du village, qui revendique sa légitimité à être entendue sur tous les sujets intéressant le devenir de Lasalle.

 

Contact APAHL : apahl30460@gmail.com

 

Sophie Thomas-Roubine  

 

 

Club cévenol : Artisans et commerçants dans les années cinquante

 

 

 Le Club cévenol vous a proposé cet été en juillet et août une nouvelle balade animée par Alain Robert. Vous étiez nombreux à venir découvrir ou à vous remettre en mémoire les artisans et commerçants qui longeaient « la rue » de Lasalle dans les années 50.

 

Ils étaient une centaine qui faisaient vivre Lasalle et apportaient aux habitants tout ce dont ils avaient besoin : boulangers-pâtissiers, bouchers-charcutiers, menuisiers, cordonniers, cafetiers, garagistes (sans être exhaustif), mais aussi laitières, maréchal-ferrant, tailleur, bourrelier, … sans oublier la personne qui apportait les télégrammes et celle qui distribuait à domicile le journal quotidien, à l’heure qui lui convenait…

 

Nous n’allons pas les recenser un par un, mais en prendre quelques-uns au hasard pour vous donner envie de participer l’été prochain à cette balade. Vous y trouverez certainement un peu de nostalgie, de l’amusement aussi et évidemment conscience d’un monde qui change.

 

  L’épicerie Pantel qui proposait des produits de première nécessité. On y trouvait de tout, accompagné du sourire de Mme Pantel : du savon, de l’huile, des pantoufles, des bonbons, des lampes, du sucre, des légumes du pays, …

 

  Le cordonnier Ismaël Verdier, un vrai lasallois qui parlait la bouche pleine de « semences » (petits clous de cordonnier), …

 

  L’électricien Pierre Pantel qui réparait tout, la tête toujours dans un poste radio, puis un poste télé, à toute heure du jour et de la nuit, …

 

  L’épicerie-primeur Rosette Couderc, la « maison du cœur », les enfants allaient chercher le lait frais et revenaient les poches pleines de bonbons, …

 

  La mercerie des sœurs Viala, sur la place de l’église qui proposait tout ce qui concerne la mercerie !!! (voir photo)

 

  Le sabotier Louis Aflatet qui creusait et polissait le bois de noyer, de bouleau, d’ormeau, de sapin pour faire des sabots d’adultes et d’enfants, …

 

Voilà donc une belle balade de 2 à 3 heures à programmer pour l’été prochain… et merci à Alain Robert de nous permettre de ne pas oublier ce passé qui somme toute n’est pas si loin de nous.

 

Luc Meilhac

 

 

 

Club cévenol : « Cévennes, Regards croisés » - Histoire d’un livre

 

 

L’histoire commence par un éditeur passionné, Yann Cruvellier, qui a créé, il y a maintenant plus de 10 ans, une maison d’édition, Alcide, qui développe différentes collections de livres sur la région, Cévennes, Camargue, Uzès, petits livres sur l’histoire des villes, l’histoire des camisards, et des collections de beaux-livres de photos, dessins et aquarelles.

 

Il nous proposa ce projet original de mêler photos et dessins ou aquarelles et de travailler sur les métiers, les pratiques, « les travaux et les jours » des cévenols : métiers du passé pour la soie, métiers en survie pour la châtaigne, métiers en développement pour l’oignon doux, en passant par le miel, la poterie, la transhumance, le travail des guides du Parc des Cévennes autour des vautours, le travail autour de la pierre et de l’eau, puisque, dans ce petit pays de pente, il faut à la fois la garder, la conduire où il faut pour survivre, et s’en protéger ! Tous ces métiers ont marqué les paysages et les architectures de leur empreinte.

 

Nous sommes, tous les trois, des amoureux des Cévennes et avions déjà, Thierry Vezon et moi-même, un début de moisson ; une grande liberté nous est laissée pour poursuivre nos découvertes et nos rencontres sur le terrain. Et nous avons eu la chance que Patrick Cabanel, professeur d’histoire et Président du Club cévenol, accepte de faire les textes : il est intervenu à la fin. Nous lui avons présenté notre récolte, mise en ordre, et il a écrit un texte très personnel et poétique, mais sa grande culture historique est bien présente sous le texte.

 

Photo et dessin, deux techniques différentes, mais qui se complètent. Le dessin permet de mettre en valeur un élément, d’oublier certains détails malheureux. Je me suis plus attachée aux architectures et aux objets. J’ai besoin de silence, de solitude pour me concentrer ; Thierry a partagé les chemins de transhumance avec les bergers, a côtoyé les apiculteurs, les bâtisseurs de pierre, les agriculteurs d’oignons doux, les gardes du Parc des Cévennes qui baguent les vautours le long des parois des gorges de la Jonte. Il prend son temps pour chercher certaines lumières, les ciels gris qu’il affectionne.

 

Après le travail sur le fond, il y a un travail sur la forme. Pour qu’un livre devienne un bel objet, agréable à parcourir, une cinquième personne entre en scène, Christophe Dabadie, le graphiste, qui, en lien avec l’éditeur, compose l’ouvrage à partir des matériaux que nous lui donnons : choix des polices, travail sur les têtes de chapitres, composition des pages pour que photos et dessins ou aquarelles se mettent en valeur et ne se nuisent pas … travail invisible, mais essentiel.

 

Cette aventure est donc un travail d’équipe : plaisir de la découverte, plaisir des rencontres et du partage des savoirs ancestraux. Chacun à sa place, nous nous sommes laissés guider par nos émotions et nous espérons avoir fait partager notre amour des Cévennes.

 

Camille Penchinat (aquarelles) avec Thierry Vezon (photos)  Patrick Cabanel (texte)

 

 ,

  Association " Terre de Mauripe " à Soudorgues

  

 Soudorgues est passé de 231 habitants en 2002 à 298 aujourd'hui : pour assurer le dynamisme d'une commune, il faut nécessairement mettre en place des outils qui renforcent son attractivité et son développement. En 2002, après que la commune ait rénové complètement l'école, la mairie a décidé de faire l'acquisition des bâtiments du " Bon Repos " (lieu d'accueil pour les pasteurs protestants et leurs familles) pour y créer quatre logements sociaux, un atelier de poterie et le " multiple rural " (lieu à vocations multiples tant associative que commerciale) que l'association " Terre de Mauripe " gère aujourd'hui.

 

En effet " Terre de Mauripe " est une boutique mais aussi une association, qui a fêté ses 10 ans l'année dernière et qui regroupe maintenant douze producteurs locaux (fruits et légumes, pain et viennoiseries, produits transformés, confitures, sirops, miels, plantes médicinales, produits cosmétiques, produits artisanaux, poterie, cuir, bois tourné etc.) complétés par des produits de première nécessité en " dépannage " pour les résidents du village.

 

Mais c'est aussi :

 

- un groupement d'achat de produits bio (farines, pommes, oranges...),

 

- une petite galerie qui accueille de mai à septembre des artistes locaux (ou pas...) comme Léo-Vinh au mois de juillet,

 

- un service touristique de proximité (informations, activités, livres sur les Cévennes).

 

L'ensemble est ouvert toute l'année 6 jours sur 7 (sauf lundi, jour de marché de Lasalle) le matin, grâce à un demi-poste (Marie-Laure) et une quinzaine de bénévoles qui viennent renforcer le dispositif le week-end et en période estivale.

 

Terre de Mauripe maintient sa cohérence et sa dynamique en organisant des rencontres ouvertes à tous, les 3ème samedi du mois (repas partagés) autour de thèmes d'actualité, dans une volonté d'action pratique : le recyclage des déchets, les toilettes sèches, la phytoépuration, autant de thèmes qui ont abouti à des aménagements fonctionnels venant apporter des solutions à des problèmes concrets.

 

En septembre prochain la réflexion va porter sur la question de l'eau " sous le filtre " de la Loi NOTRe qui en confie la gestion aux communautés de communes. Or Soudorgues gère et a rénové ses réseaux au plus près du terrain et des ressources locales et ne souhaite pas voir cette capacité lui échapper pour être dévolue à des sociétés privées. Nous avons un " fontainier " (Marc) qui suit la gestion des compteurs, actionne et répare éventuellement les vannes des deux bassins d'alimentation, intervient tous les jours si nécessaire en cas de fuite d'eau etc. Nous allons donc réfléchir ensemble pour faire des propositions argumentées solides à la communauté de communes afin de ne pas perdre le bénéfice de ce qui fonctionne correctement à la satisfaction générale … un " plan B " en somme !

 

Mais Terre de Mauripe c'est aussi une fête le 1er dimanche d'août : 340 repas servis en 2015 qui témoignent de la dynamique villageoise !

 

A Soudorgues, nous avons démontré :

 

- qu'une activité économique peut parfaitement fonctionner à l'échelle villageoise : il y a 30 petites entreprises (dont 7 dans le bâtiment des Cadenèdes construit par la commune) ;

 

- qu'une école en classe unique bénéficiant d'une pédagogie différenciée, de nombreuses activités périscolaires et d'une cantine bio, était attractive pour les parents d'élèves, et motivante pour les enfants.

 

Nous nous efforçons ainsi de " vivre nos utopies " et de ne pas se contenter de rêver ou d'espérer !

 

Entretien avec J-L Fine (Michelle Sabatier)

 

   

Association LaSalle2Gyms – Saison 2016-2017

 

L'association LaSalle2Gyms a programmé son assemblée générale de rentrée le 1er septembre à 18 h. Les cours de gym seront assurés par notre monitrice Anne-Marie Tabart et débuteront le mercredi 21 septembre à 10 h.

 

Pour tou(te)s les nouveaux (elles) venu(e)s, venez essayer gratuitement la séance du mercredi matin de 10 h à 11 h (Stretching et Pilates) et celle du jeudi soir de 19 h à 20 h (cardio, gym tonic).

 

Vous recevrez les informations nécessaires ces jours-là.

 

Les cours (et les réunions) se tiennent dans la salle du foyer au-dessus de la médiathèque.

 

A nos retrouvailles toniques !

 

 

Lyse Gras

 

 

 

 

Association Les Amis de la bibliothèque 

 

 

" Le Liseur de 6 h 27 "  Jean-Paul Didierlaurent  (Roman)

 

En ces temps moroses, un conte moderne réjouissant :

 

« Pour tous les voyageurs présents dans la rame, il était le liseur, ce type étrange qui, tous les jours de la semaine, parcourait à haute et intelligible voix les quelques pages tirées de sa serviette. »

 

Une recette de cuisine ou une page de livre d’histoire, ou encore la page 48 du dernier Goncourt, Guylain lisait les textes avec toujours la même application, jusqu’à ce que le RER de 6 h 27 arrive en gare, enchantant les voyageurs le temps d’un trajet….et provoquant de surprenantes rencontres …

 

« Deux petites grands-mères qui le mangeaient littéralement des yeux. […] « Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. […] Ben voilà, en fait, on aimerait bien que vous veniez des fois lire à la maison… »

 

Un premier roman qui « enchantera votre journée »

 

Guillemette Chevallier

 

 

Trois jours et une vie    Pierre Lemaître (Roman)

 

1999, le jeune Antoine vit avec sa mère, une femme autoritaire, à Beauval. Une vie réglée entre le collège et ses rêveries d’adolescent, jusqu’à la mort d’Ulysse, le petit chien des voisins, suivie par la disparition du petit Rémi âgé de 6 ans, le confident d’Antoine. Ces deux évènements tragiques bouleverseront à jamais la vie du jeune homme.

 

Un roman écrit comme un thriller, dans lequel l’auteur nous fait vivre tour à tour l’enquête - qu’est donc devenu Rémi ? - et l’évolution psychologique du coupable…

 

Un suspense fort agréablement écrit par Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013 avec « Au revoir là-haut »

 

Guillemette Chevallier

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Art-Scène : Summertime en Cévennes au Mas de Clarou

 

Chanter un standard de jazz ou de bossa nova parmi ceux proposés par les formateurs, accompagné par un pianiste, découvrir l’improvisation, travailler les rythmes, le « scat ». Chanter ensemble une polyphonie qui permet l’improvisation à tour de rôle. Il suffit d’aimer le jazz et d’avoir une pratique du chant et aborder l’improvisation, par une pratique collective des « Circle songs » et un travail spécifique des gammes, modes, en même temps que de l'expression sur les standards proposés.

Stage de 6 jours du samedi 13 au jeudi 18 août 2016 avec présentation publique en fin de stage jeudi 18 août à 16h00 à la Filature du pont de fer (mercredi 17 août à 18h, au Mas de Clarou)  Lasalle.

info@l-art-scene.org 07 83 61 69 07

 

 Amis de la bibliothèque

 Yeruldelgger – Ian Manook  (Roman Policier)

Un thriller fort bien mené, haletant et rugueux, doublé de descriptions foisonnantes d’us et coutumes. Un roman surprenant les papilles avec ses recettes culinaires et l’esprit avec ses paysages, sans oublier l’aspect politico-économique de la Mongolie, lieu de l’action.

Yeruldelgger était noté comme très bon inspecteur de police de Mongolie, jusqu’à l’assassinat non élucidé de sa fillette Kushi, ceci afin de le déstabiliser et l’obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat de « terres rares » dans la steppe. La découverte du cadavre d’une autre petite fille, enfouie dans le sable de la steppe, va l'obliger à affronter de terribles vérités et l’inciter à puiser ses forces dans les traditions de son enfance. Yeruldelgger est un « homme en colère » qui ne va pas renoncer et se battre malgré les multiples épreuves et horreurs.

 « La grand-mère se leva pour décrocher une besace accrochée à la selle (de son cheval) et en sortit une petite gamelle de kuushuur et un boodog de marmotte entier [….]  L’eau pour le thé salé au beurre chauffait déjà et il sentit couler en lui tout l’amour simple des gens de la steppe. »

Ian Manook est l’un des pseudonymes de Patrick Manoukian, globe-trotter passionné, né à Meudon et basé en France.

Très complet et agréable à lire

Guillemette Chevallier

 

 L'été du Club cévenol

Le Club Cévenol a pour but de sauvegarder le patrimoine naturel et culturel des Cévennes et des Causses, d’encourager toutes les initiatives orientées vers le maintien et la création d’activités permettant aux Cévenols et Caussenards de continuer à vivre dans leur pays, tout en maintenant les traditions d’accueil et d’hospitalité des Cévennes et des Causses, de favoriser uniquement les formes d’un tourisme qui sache respecter leur originalité. Plusieurs conférences et visites à thèmes par la section locale de Lasalle témoigneront cet été encore de sa volonté de mettre en valeur le patrimoine culturel et historique, tout en ouvrant le débat sur les sujets de société à l'heure d’aujourd’hui.

Conférences

- 22 juillet au temple : « Antifascistes allemands : de l'Allemagne aux Cévennes » par Mme Evelyne Brants, auteur, avec son mari Victor, d’ «  Aujourd’hui l’Allemagne » (Prix parlementaire franco-allemand 2011).

- 28 juillet 18h30 à la Filature du Pont de fer : Camille Penchinat (aquarelles) et Patrick Cabanel auteurs de « Cévennes : regards croisés », avec les photographies de Thierry Vezon, paru aux éditions Alcide de Nîmes.

- 11 août à 18 h 30 à la Filature du Pont de Fer, en partenariat avec les Amis de la Bibliothèque : Anne-Marie Brisebarre, ethnologue, auteur de « Chemins de transhumance - Histoires de bêtes et bergers du voyage » (Delachaux et Niestle, 2013) a transhumé avec les bergers dans les Cévennes et les Alpes pendant quinze ans. Elle abordera le rôle de l'agropastoralisme, et notamment de la transhumance, dans la construction du paysage et de l'identité des Cévennes, et sa place dans la société contemporaine.

- 18 aout à 18h30 à la Filature du Pont de Fer : « Histoire de l’aéropostale » par M Bastianelli)

Visites à thèmes

- les 7 et 28 juillet, 4 et 18 aout, à 17h, le classique « Lasalle insolite » par Robert Puech et Alain Robert : histoire, tradition et résistance par les témoins eux-mêmes ;

- les 19 juillet et 9 aout à 10h, « Artisans et commerçants à Lasalle dans les années cinquante » par Alain Robert

- 21 juillet et 11 aout à 9h30, « L'empreinte du Magnan » par Alain Chevallier : les filatures de soie, l'élevage du ver à soie et ses conséquences sur le paysage, la démographie, l'économie et l'urbanisme.

- visites des châteaux le 15 juillet  (des plaines) et le 12 aout (des collines), départ à 8h30 avec inscription obligatoire à l’office du tourisme, par Luc Meilhac, avec la collaboration des propriétaires qui accueillent les visiteurs : pourquoi tant de « châteaux », de quelle(s) époque(s), quelle histoire derrière chacun ?

Informations complémentaires sur : http://blog.club-cevenol.net/ et sur le site Internet de la commune : www.lasalle.fr

Alain Chevallier

 

 

 Vivalto 

 

Fête de l'Alto du 22 au 27 août

 

L'édition 2016 joue la carte chinoise : elle réunira, les habitués, fidèles du festival et de nouveaux venus invités en résidence, avec un coup de projecteur tout particulier sur la musique traditionnelle et contemporaine chinoise représentée par une virtuose de l’èrhù »: instrument de musique traditionnel chinois – l'équivalent du violon pour les occidentaux -. Ecoutez l’èrhù : https://youtu.be/CbuQzyLrg0A

A côté de cette note orientale des compositeurs plus classiques, connus ou à découvrir, comme chaque année : Frank Bridge, Alan Richardson, Arthur Benjamin, Niccolo Paganini, Ernest Chausson, Claude Debussy, Gabriel Fauré, Franz Liszt, Frédéric Chopin, Rebecca Clarke, Dimitri Chostakovitch, et des instrumentistes (altiste, accordéoniste, harpiste, pianiste, clarinettiste etc.).

Six concerts, des auditions, une conférence sur les instruments traditionnels chinois, cinq classes de maître publiques et plusieurs classes d'ensemble (alto, chant choral, accordéon...).

Programme détaillé sur le site : http://vivaltoencevennes.jimdo.com

M-H Benefice

 

 Les Pitchounets 

   7ème kermesse

L'association « Rêvons pour nos Pitchounets » organise le 9 juillet prochain sa traditionnelle kermesse qui sera cette année sur le thème des métiers. Cette animation a pour but de recueillir des fonds au profit des enfants malades ou en situation de handicap pour nous permettre de mener à bien des actions concrètes (réalisation de rêves, financement de séjour handisport, aide financière pour du matériel..). L’ensemble des bénévoles, en présence d’Alexandra LAMY et les enfants de l’association, œuvreront pour que cette journée soit une fois encore un moment inoubliable placé sous le signe de la convivialité, du partage et de la générosité.

Au programme de cette journée : don du sang de 11h à 17h, concours de pétanque enfants à 10h30, jeux pour enfants à partir de 14h sur la place, concours de pétanque adulte à 14h30, loto dans la cour de l’école à 15h, repas sous les halles à 20h suivi d’une soirée mousse.

Huguette ANDRE, présidente

                                      

certain nombre de mobile-home en plastique ont été remplacés par des bungalows de bois.

 

                                                  +  +  +  +  +  +  +  +  +  +